AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | .
 

 It's a dangerous love affair ...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
  

avatar

Erre ici depuis : 06/09/2014
Âge : 28 ans
Missives : 319
Occupation : Fossoyeur de Dödskalle, le maniaque à la pelle, il creuse
DC : Noah et Saria, les étrangers

Feuille de personnage
Dispo RP: Disponible
Son rêve: Il meurt après avoir supplié son frère jumeau, Kjell, de ne pas partir.
Relations:
MessageSujet: It's a dangerous love affair ...   Sam 4 Avr - 16:01


it's a dangerous love affair


Il y avait toujours un corps à enterrer au cimetière et l'estomac d'Yngve était vide.

Le temps avait changé, l'air avait changé et même lui. Les premiers rayons de soleil étaient apparus en ville pour ce mois de Mars et les premiers cadavres aussi. La neige avait fondu, laissant derrière elle un peu plus d'eau et un peu de tristesse dans le coeur du fossoyeur. Adieu la poudreuse s'était dit le brun, on se verra l'hiver prochain. L'atmosphère était moins dure et on voyait l'ombre de sourires sur le visage des habitants... Pourtant, Yngve avait toujours sa cicatrice, bien intacte, sur sa paume, souvenir d'un rêve un peu trop réel. C'était quelque chose qu'il était incapable d'expliquer, cette soirée, cette journée. Il avait pris grand soin d'éviter Dahud et Sanja par la suite. Il avait besoin de penser, de réfléchir et surtout, il n'avait aucune envie de s'imposer la compagnie des autres alors... Il ne le faisait tout simplement pas. Yngve était bien mieux seul avec ses pensées et dans son cimetière. Déjà, il ne savait pas quoi penser de cette nuit, sur le coup il avait bien ri mais le rêve qu'il avait fait sur Sanja changeait la donne. Lui avait-on donné ce rêve pour qu'il prévienne son amie ou juste pour qu'il sache la vérité et qu'il veille à ce qu'elle périsse de la bonne façon? C'était deux terribles idées et il ne savait pas quoi en faire.

Aussi, le brun avait préféré ranger tout ceci dans un coin de sa tête et se concentrer sur le plus important à l'heure actuelle, son boulot. La neige avait fondu et cela signifiait qu'il ne devait pas mettre autant d'effort à la tâche pour creuser une simple tombe. Le beau temps avait aussi révélé des cadavres dans la ville dont un couple, mort, enseveli dans leur voiture sous la neige. Aujourd'hui, Yngve s'occupait d'eux. Il avait creusé une tombe bien propre et bien profonde pour la femme et il l'avait mise en terre. Pas d'enterrement pour elle, personne ne semblait savoir qui ces deux amoureux étaient et il semblait bien que personne n'allait s'inquiéter pour eux. Soit, cela arrivait de plus en plus souvent, aussi, le brun n'avait pas posé de questions et il avait refermé la tombe aussi proprement et sobrement qu'il devait le faire. La pierre tombale était vide et ne portait pas d'inscription, demain quelqu'un de la mairie viendrait y mettre un prénom mais en attendant, c'était un corps sans âme qu'il avait enterré. Yngve contempla l'homme. Son estomac gronda à ce moment là et il soupira, se passa une main sur le front pour y faire disparaître les quelques gouttes de sueur qui s'étaient accumulés pendant l'effort. Il avait faim, il n'avait pas pris soin de faire les courses, tous ses sous étaient passés dans la facture de chauffage, exorbitante le mois dernier à cause de la tempête, et une jolie paire de botte en cuir. Maintenant il devait attendre la prochaine paye.

Mais il avait faim maintenant pas dans deux semaines. Yngve poussa un soupir. "Ce n'est pas comme si tu allais aller quelque part pas vrai?" Yngve rit de sa petite blague lancée à l'adresse du cadavre et il recouvrit ce dernier du linceul blanc fournit par l'hospice. Il pouvait aller au restaurant de la ville, et revenir, personne n'aurait touché au corps d'ici là, les gens de cette ville avaient tellement peur de lui et de son cimetière qu'il ne craignait rien... Le brun se passa une main dans les cheveux et enfila son débardeur et son pull, conscient qu'il ne pouvait pas débarquer torse nu dans l'établissement de Sanja, quoi que, la brune l'avait déjà vu avec peu de vêtement. Mais les choses étaient différentes aujourd'hui, elle préférait la compagnie des idiots alors. Il enfila ses bottes, une nouvelle acquisition et certainement l'une des raisons pour laquelle il n'avait pas de quoi faire les courses, et tirant sa pelle derrière lui comme un enfant l'aurait fait avec un jouet, il se dirigea vers le Den Halig Kräftor.

Il était quinze heures, les rues de la ville étaient quasiment désertes et Yngve fut content que personne ne tente de l'arrêter ou quoi que ce soit. Le restaurant lui parut d'abord vide, le service était fini après tout, mais Yngve savait les apparences trompeuses, telle qu'il connaissait Sanja, elle devait être à l'arrière en train de faire l'inventaire ou quelque chose comme ça. Peut être qu'il n'aurait même pas besoin de la croiser pour manger. Un sourire aux lèvres, Yngve tira sa pelle jusqu'à l'intérieur du restaurant. Le serveur encore présent était trop occupé à nettoyer le sol pour faire attention à lui et il en profita pour soulever sa pelle, la mettre sur son épaule et se diriger vers les cuisines. Il entendit plusieurs voix, celle de Sanja d'abord, elle paraissait heureuse. Puis, rapidement, arriva une voix que le brun aurait préféré ne plus jamais entendre, celle de Damian. Il avança un peu plus et révélant sa présence, il offrit un sourire aux deux... amoureux? Amants? Yngve se fichait pas mal de la nature de leur relation, Sanja l'avait déçu purement et simplement.

"Bien le bonjour, je passais dans le coin en espérant avoir de la nourriture et sur qui est-ce que je tombe..." Le sourire du jeune homme s'effaça peu à peu et il continua doucement. "Désolé de te déranger Sanja, mais la porte était ouverte alors je me suis permis d'entrer..." Puis il jeta un regard à Damian. "Alors, la pêche aux informations est toujours bonne? Pas trop occupé à sauter la patronne de notre petit restaurant local? J'espère que ça vous laisse le temps d'écrire quelques articles."
Et oui, Yngve était d'excellente humeur.

_________________
blood on my lips.
Deep in the ocean, dead and cast away Where innocence is burned in flames A million mile from home, I'm walking ahead I'm frozen to the bones, I am...@ ALASKA.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
  

avatar

Erre ici depuis : 05/08/2014
Âge : 27 ans
Missives : 332
Occupation : Propriétaire et gérante du restaurant de la ville

Feuille de personnage
Dispo RP: Dispo
Son rêve: Perdue dans le noir en hurlant le prénom de sa soeur.
Relations:
MessageSujet: Re: It's a dangerous love affair ...   Mar 14 Avr - 17:20

It's a dangerous love affair
Pseudo & Pseudo

C'était bizarre de me dire que...j'étais avec quelqu'un. Genre vraiment avec lui. Damian. Ce con de yankee qui...est arrivé à m'apprivoiser. Enfin, dans l'idée. Et avec qui j'aime passer du temps. Beaucoup de temps. Il est avec moi toutes les après-midi, on se retrouve quasiment tous les soirs après le service, pour mater des films, pour discuter...pas forcément des trucs palpitants mais...c'est chouette. Chouette parce que c'est simple. Parce que je me pose pas de questions. Parce qu'il me demande pas de changer pour lui, mais parce que c'est lui qui me fait changer et...en bien.

Pour l'instant il ne s'est rien passé de "sérieux", dans le sens où on fait que s'embrasser et se peloter un peu, mais...c'est chouette. Et ça me rappelle aussi combien j'ai été seule depuis que je suis revenue m'occuper de Saga, et que j'ai plus laissé personne m'approcher... Alors là, on est tranquilles tous les deux dans la cuisine vide. Mon PC crachote du vieux Boston depuis mon bureau alors que je suis en train de lui expliquer comment traiter proprement une viande avant de la faire cuire, comment la faire dégorger etc. Cours obligatoire quand j'ai vu ce sale yankee balancer un steak tout juste sorti du frigo dans une poêle froide. Hérésie.


Damian! Ecoute-moi deux secondes! Donc ta viande tu...mais si tu m'écoutes pas je te fais plus jamais de viande et tu restes à la morue séchée!

Face à mes menaces je le vois qui s'approche avec ce sourire en coin qui indique qu'il prépare un truc à la con. Et j'ai à peine le temps de reposer mon hachoir que ses grandes paluches se sont posées sur mes côtes et que ce con commence à me chatouiller. Je me débats en riant et on se chamaille gentiment pendant plusieurs minutes avant que je hisse le drapeau blanc. A savoir un coup de coude dans les côtes, et je le pousse un peu pour revenir face à mon plan de travail.

T'es con yankee...Allez écoute...

Je commence à couper ma viande, en riant de temps en temps quand mon regard croise le sien. Ca aussi, il est un des seuls à pouvoir le faire. M'apprivoiser. Jouer avec moi sans que je prenne mal. Ou que j'aie peur. Ou que je me  bloque. J'oublie un peu que je suis cabossée. Comme si j'étais enfin un peu normale...

Alors tu vois, pour que la cuisson prenne bien tu dois faire des incisions comme...

La porte de derrière s'ouvre et je lève la tête, mon couteau toujours en main et Damian à côté de moi. Il est encore tôt pourtant, le reste de l'équipe doit venir plus tard et les livraisons ont été faites ce matin. C'est là que je reconnais Yngve. Je l'accueille avec un grand sourire et l'invite à entrer d'un petit geste du menton.

Hey! Viens! Comment ça va?

Je vois son sourire qui s'efface alors qu'il voit Damian. A ce que j'avais déjà vu au marché de Noël j'ai vu qu'entre eux c'était clairement pas l'amour fou. Enfin...

Ouais bien sûr! Il y a encore un peu de restes de midi et si tu v...

Je deviens pâle et mes mâchoires se serrent en entendant ce qu'il balance à Damian. Et c'est une vague de colère qui grimpe en moi en moins d'une seconde. Mon hachoir vient se planter dans la planche de bois qui sert à découper la viande en un bruit sourd, et je me redresse lentement, le fixant.

C'est la saint trou du cul pour que tu te comportes à ce point comme un connard ou comment ça se passe là?


Emi Burton
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://newrouletterusse.blogspot.fr/
  

avatar

Erre ici depuis : 23/10/2014
Âge : 31 ans
Missives : 157
Occupation : Journaliste
DC : Adrian <3

Feuille de personnage
Dispo RP: Dispo
Son rêve: Les cauchemars c'est pour les enfants.
Relations:
MessageSujet: Re: It's a dangerous love affair ...   Jeu 30 Avr - 10:12


It's a dangerous love affair...
(Bully) ▽ When you die, the world's gonna be lighter. See the heart of the champion, thru the, eye of the tiger, I simply don't care, if you hate me or love me

"Non mais je t'écoute hein…"

Un sourire se dessine sur mes lèvres alors qu'elle commence à me menacer, me disant que si je continue d'en faire à ma tête, je vais finir par me retrouver au régime morue séchée. Et étrangement, cette simple idée m'arrache une moue de dégoût. Non mais franchement… Tout mais pas ça. Plutôt mourir que de bouffer un truc qui ressemble bien trop à une serpillère. Je lui glisse un sourire alors que je m'approche d'elle, venant poser mes mains sur ses côtes, la chatouillant doucement alors que je chantonne doucement à son oreille.

"Tu oserais me faire subir ça ? Quel affront !"

Pendant de longues nous nous chamaillons dans la cuisine avant qu'elle ne sonne l'armistice en m'assénant un léger coup de coude dans les côtes. J'étouffe un rire avant de me reculer avant de lever les mains en signe de paix, m'installant bien sagement à ses côtés alors qu'elle commence à me faire la leçon sur la cuisson de la viande. Parce qu'il paraitrait qu'en fait… Suffit pas de simplement la jeter dans une poêle chaude et d'attendre que ça cuise… Après j'ai envie de dire, j'ai fais ça pendant des années et j'en suis pas mort, alors bon… Mais c'est elle la chef, alors si elle me dit qu'il faut faire tout un rituel pour un morceau de viande bien cuit, je vais pas la contredire. Je la regarde commencer à me montrer qu'il faut commencer par inciser la viande et je n'ai pas le temps de faire une remarque que la porte derrière nous s'ouvre. Surpris je tourne la tête et y découvre ce charmant fossoyeur et sa pelle. Immédiatement mon sourire se fane et je ne peux m'empêcher de croiser les bras. Fantastique, moi qui pensais que ça allait être une belle journée. Je le regarde s'avancer sans rien dire, ne pouvant m'empêcher de siffler le début de la cinquième symphonie de Beethoven, alors que Sanja l'accueille avec un sourire. Chose que je ne comprends pas. Comment tu peux être agréable avec un type qui est aussi supportable qu'un pic à glace dans l'oeil. Et encore. Je pense que je préférais qu'on me fasse boire de la javel plutôt que de rester dans la même pièce que ce type. Je dis pas, y'aurais que la pelle, je pense que je serais capable de l'apprécier. Mais lui. Il me donne des envies de meurtres. Heureusement il a la délicatesse de m'ignorer, papotant à la place avec Sanja. Jusqu'au moment où il s'adresse à moi. Et alors que les mots traversent ses lèvres, je serre les dents pâlissant très certainement à vue d'oeil.

"Pardon ?"

Je crache cette question entre mes dents serrés alors que Sanja plante sèchement son hachoir dans la planche en bois, lui jetant une remarque cinglante qui en temps normal m'arracherait un sourire. Mec. C'était peut-être le seul truc à ne pas dire face à elle. Mais bon, ce n'est pas moi qui vais le pleurer. Il n'avait qu'à la fermer après tout. Je détestais déjà ce type, mais là, je dois avouer que je suis à deux doigts de lui sauter à la gorge et de lui la faire bouffer sa pelle. J'ai furieusement envie de lui répondre que de toute façon nous n'en sommes pas encore là avec Sanja, mais je me retiens, me doutant que si je commence à parler de ce que je fais avec elle, c'est moi qui vais me faire soigneusement découper façon carpaccio. La mâchoire toujours verrouillé je soutiens le regard du fossoyeur avant de lâcher d'un ton froid.

"Je vois qu'on est toujours aussi charmant… Vous savez qu'à ce rythme-là, on va bientôt pouvoir vous couronner empereur des connards."
(c) AMIANTE


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
  

avatar

Erre ici depuis : 06/09/2014
Âge : 28 ans
Missives : 319
Occupation : Fossoyeur de Dödskalle, le maniaque à la pelle, il creuse
DC : Noah et Saria, les étrangers

Feuille de personnage
Dispo RP: Disponible
Son rêve: Il meurt après avoir supplié son frère jumeau, Kjell, de ne pas partir.
Relations:
MessageSujet: Re: It's a dangerous love affair ...   Dim 10 Mai - 10:21

L'entrée d'Yngve n'avait pas été discrète. Le brun comme la brune semblaient être choqués et vexés par ces mots et ils le fixaient à présent comme si c'était lui la souillure dans cette pièce. Oh mais que personne n'inverse les rôles s'il vous plaît. Le brun, fossoyeur attitré de la ville, connaissait sa place et ce depuis longtemps. Il était quasiment un dieu ici et rien ne pouvait être fait sans lui. Au son du hachoir de Sanja, Yngve avait juste haussé un sourcil, pas du tout impressionné. Elle allait vraiment couper quelqu'un avec ça? Oh mais qu'elle essaye, lui aussi il était venu avec son petit bijou et une de ses mains était toujours sur le manche de sa pelle. Quant à Damian… Yngve l'avait déjà rangé dans la catégorie des gens qu'il devait éviter à tout prix. Il ne prêtait tout simplement plus attention à l'existence du journaliste dans la ville. La dernière tempête de neige avait sûrement freiné ses ardeurs. Oh mais avait-il rêvé lui aussi? Yngve esquissa un sourire alors, carnassier en direction de Damian. Son sourire se transforma rapidement en un rire, secouant tout son maigre corps et y compris sa pelle tandis qu'il essayait d'imaginer la réaction de cet étranger s'il avait rêvé lui aussi de quelqu'un d'autre. Est-ce que la vivacité du rêve avait soulevé son estomac? Est-ce qu'il avait été malade pendant des jours après? Très certainement.  "C'est drôle…" lâcha lentement Yngve, son regard acier se promenant d'abord sur la cuisine bien remplie puis sur le gentil petit couple. "Oh non pardon je ne sais pas."

Il fut saisi d'une autre crise de rire, ne parvenant pas à répondre à sa propre question. Ils ne comprendraient probablement rien. Yngve n'en avait que faire, il avait l'habitude des gens qui n'étaient pas sur la même longueur d'onde que lui et aujourd'hui ne serait pas l'exception. Oh ils étaient tellement mignon avec leur air furibond. Est-ce qu'ils allaient le traîner hors du restaurant? Le traiter de tous les noms? Dans tous les cas, c'était complètement adorable et cela faisait tout simplement rire le brun. "Non ça n'est sûrement pas drôle mais…. " Il haussa les épaules et fut tout simplement incapable de finir sa phrase, riant de plus belle.C'était presque un rire joyeux quand on y pensait… Presque un rire joyeux pour un homme qui ne l'était pas du tout et qui aurait voulu voir les deux personnes en face de lui dans un état de souffrance tel qu'il ne pouvait pas le décrire. Oh le Angsar faisait la haine comme personne et ni Damian ni Sanja ne serait l'exception à  la règle. "Il faut juste que je vous dise que c'est très hilarant de vous voir comme ça mon dieu." Yngve marqua une pause pour respirer, il commençait à perdre son souffle à force de rire de la sorte. Il passa sa main libre dans ses cheveux, enfin prêt à répondre à leur question respective. "Je vais bien, moi je vais très bien." L'homme était plus sincère que jamais face au deux, sans absolument aucun faux semblant. Il allait enfin être content que la neige fonde, elle apportait une nouvelle saison, c'était signe du renouveau et le renouveau était absolument partout.  "C'est vous… vous êtes certains que tout va bien, non mais vraiment, est-ce que ça va?"

Yngve ne s'inquiétait jamais pour les gens et sa question sonnait complètement fausse. "Vous sortez vraiment ensemble maintenant? Pour de vrai? Oh c'est mignon vraiment touchant. Si j'avais mangé je vomirai vraiment mais ça ne sera pas très hygiénique surtout dans un lieu comme celui ci non?"  Yngve réfréna un autre rire et à dire vrai, son sourire s'effaça de son visage et il les jaugea un par un, une expression de pure dégoût sur le visage. Il les rendait malade, à vouloir essayer, à être heureux. Est-ce qu'ils pensaient que ce qu'ils avaient été réels? Mon dieu, c'était risible et pathétique. [color:8d42=#cornflowerblue] "Je veux dire pour Damian c'est logique non? La famille de Sanja est en ville depuis des générations, elle sait des choses peut être même qu'elle vous aidera à graisser la pâte de notre cher inspecteur de police histoire que vous puissiez voir les archives non?" Le fossoyeur adressa un regard complice à Damian avant de poursuivre, se tournant vers Sanja. "Et toi ma chérie… Je sais que tu es toute retournée depuis la mort de ta soeur mais quand même… tu aurais pu faire mieux que ça…" Yngve laissa négligemment traîner sa main encore couverte de terre retournée et fraîche sur le plan de travail, pensif. "Je veux dire il y plus de deux mois de cela, c'était moi qui te faisait l'amour sur cette table. Tout est bon pour noyer son chagrin je suppose, hmm?"

_________________
blood on my lips.
Deep in the ocean, dead and cast away Where innocence is burned in flames A million mile from home, I'm walking ahead I'm frozen to the bones, I am...@ ALASKA.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
  

avatar

Erre ici depuis : 05/08/2014
Âge : 27 ans
Missives : 332
Occupation : Propriétaire et gérante du restaurant de la ville

Feuille de personnage
Dispo RP: Dispo
Son rêve: Perdue dans le noir en hurlant le prénom de sa soeur.
Relations:
MessageSujet: Re: It's a dangerous love affair ...   Mer 20 Mai - 14:58

It's a dangerous love affair
Pseudo & Pseudo

Oui je suis sanguine. Et ceux qui me connaissent savent qu'il faut pas grand chose pour que je parte au quart de tour. Yngve est l'un d'eux. Yngve me connaît depuis plus de quinze ans. Yngve a pas pu être maladroit. Yngve a pas pu ne pas faire exprès. Et c'est ça qui me met dans une rage folle. Si ça avait été un inconnu, je lui aurait poliment dit d'aller se faire mettre. Mais là, c'est une attaque claire et nette envers moi, envers Damian. Envers nous deux. Et ça...ça c'est trop. Il nous fait quoi là? A quoi il joue? Je le regarde, les mâchoires serrées, et écoute son rire qui sonne tellement faux. Un rire méchant, comme le son d'une fourchette dans une assiette vide. Arrête. Arrête ça, je te préviens, sinon je vais te le faire regretter. Et toi et ta pelle vous allez vous souvenir d'une de mes colères mémorables...

Je le fixe, sans rien laisser paraître même si mes yeux doivent lancer des flammes, et mes ongles commencent à cliqueter sur le métal du comptoir alors que je soupire.

C'est bon, t'as fini? Non parce que sinon y'en a qui sont en train de cuisiner là... et que visiblement tu es le seul que...je sais même pas quoi, amuse.

La glace qui coule habituellement dans mes veines a laissé place à de la lave en fusion, et si je joue la blasée, c'est juste en apparence. Jamais il n'avait fait ça. Jamais il ne s'était permis d'être...méchant avec moi. Ou même désagréable. Alors oui, ados, on s'était parfois engueulés, et bien fort même, mais ça changeait rien au fait qu'on était les meilleurs amis du monde et que rien changerait ça. Enfin...c'est ce que je croyais. Et si j'ai été contente de le retrouver quand je suis revenue dans ce trou...là je le découvre sous un tout autre visage. Un visage que j'aime pas du tout. Comme si j'avais juste...ignoré toute une facette de lui depuis des années.

Mec, si tu trouves ça tellement drôle deux personnes qui discutent ensemble, c'est que t'as vraiment passé trop de temps près de ta pelle dans ton cimetière. Si tu veux à bouffer je t'en sers et ensuite tu disparais. Je veux plus de toi ici pour aujourd'hui.

Je lutte pour garder mon calme. Je lutte pour pas hurler. Je hurle pour ne pas franchir les quelques mètres qui nous séparent, lui et moi. Sauf qu'il en rajoute encore une couche. Mais il nous fait quoi là? Il joue à quoi? On dirait qu'il est...jaloux. Mon dieu ça pourrait être ça. Il est jaloux. Jaloux du fait que je m'entende bien avec Damian. Que je...sorte avec lui maintenant.

Et moi c'est de te voir agir comme un tel connard qui me donne envie de vomir. Restaurant ou pas. Prends ta pelle bien aimée et dégage-d'ici.

Sauf qu'il me regarde avec un air dégoûté, sans bouger d'un pouce vers la sortie. Il enfonce le clou, et nous nargue, Damian et moi, avec un regard arrogant à crever. Là, c'est lui qui me dégoûte. Lui qui me dégoûte à agir comme ça, comme le dernier des cons, après tout ce qu'on a vécu, tout ce qu'on a partagé. Qu'il me balance tout ça à la gueule. Pourquoi? Juste pour me faire mal? Parce que ça l'emmerde que je sois avec quelqu'un? Pourquoi il m'a rien dit alors? Pourquoi jouer au con? Merde...j'avais toujours pensé que les choses étaient claires. Qu'on s'amusait mais...que c'était tout.

Mais à la seconde où il fait sa remarque sur le plan de travail, sur nous deux, devant Damian que je sens pâlir à côté de moi, il a dépassé les bornes. Ca je peux pas l'accepter. J'avance vers lui et lui décroche une gifle magistrale.

Sors. SORS DE CHEZ MOI! Je te prenais pour mon ami, pas pour un salaud qui prend plaisir à me faire du mal en me balançant des saloperies. Et pour ta gouverne, j'aurais pas pu faire mieux, parce que ce type, là, a été le seul qui se soit battu pour moi. Il m'a pas juste écarté les cuisses mais lui me fait me sentir vraiment mieux. Lui s'inquiète pour moi. Lui me fait me sentir...bien. C'est quelque chose que t'as jamais cherché à faire. Alors t'as rien à dire là-dessus. Maintenant barre-toi. Barre-toi vite avant que je devienne encore plus violente que ça. T'es vraiment tombé bien pas pour t'attaquer à une des seules personnes en ville qui t'appréciait...

Emi Burton
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://newrouletterusse.blogspot.fr/
  

avatar

Erre ici depuis : 23/10/2014
Âge : 31 ans
Missives : 157
Occupation : Journaliste
DC : Adrian <3

Feuille de personnage
Dispo RP: Dispo
Son rêve: Les cauchemars c'est pour les enfants.
Relations:
MessageSujet: Re: It's a dangerous love affair ...   Mar 9 Juin - 17:44


It's a dangerous love affair...
(Bully) ▽ When you die, the world's gonna be lighter. See the heart of the champion, thru the, eye of the tiger, I simply don't care, if you hate me or love me

Son sourire me retourne l'estomac, au point que j'en pince les lèvres pour me retenir de faire le moindre commentaire. Laisse-le. Il en vaut pas la peine, clairement pas. Qu'il nous fasse son numéro de fossoyeur irritable qui se sent obligé de venir cracher sur les gens pour qu'on lui accorde un peu d'attention. Si c'est à ça que se résume sa vie, je pense que je devrais être celui-qui sourit. Toujours aux côtés de Sanja je me contente de le fixer d'un air faussement là, mes bras sagement croisés sur ma poitrine. Allez, fait nous ton petit numéro Yngve… Je suis impatient de voir ce que tu vas nous sortir. Un rire lui échappe alors qu'il commence à nous dire que la situation le fait rire… Vraiment ? Tant mieux pour toi. J'arque un sourcil alors qu'il recommence à rire, osant nous dire qu'il nous trouve… Hilarant. Ok. C'est officiel. Il est, vraiment, vraiment, vraiment dérangé. Non pas que j'en doutais avant hein, mais là c'est officiel. Déjà qu'il était aussi sain et agréable qu'une mauvaise carie voilà qu'en plus, il faut qu'il soit pathétique et dérangé. Merveilleux. Je me permets de lever les yeux au ciel quand il nous fait sa petite remarque sur le fait que lui va bien et que si il avait mangé… Blablablabla… Honnêtement sur ce coup-là, je préfère laisser Sanja s'occuper de lui gueuler dessus. Déjà parce que je pense qu'il va pas lui coller sa pelle dans la figure et ensuite… Parce qu'étant la patronne ici… Elle aura plus de poids avec l'argument du "Casse-toi d'ici gros con." Seulement je le sens comme sur le point d'exploser. Chose que je comprends aisément. Même si je tente de faire croire au fossoyeur qu'il m'ennuie plus qu'autre chose, je dois avouer que je ne serais pas contre le fait de faire un rapprochement entre sa mâchoire et mon poing. Idée qui me démange salement au moment où il commence carrément à remettre en cause le fait qu'on soit ensemble. Je me tends au moment-même où il commence à sous-entendre que je ne serais avec elle simplement pour lui sous-tirer des informations pour mon putain d'article… Qui d'ailleurs n'avance pas des masses… Mais passons. Comme si j'avais pu… Ne serait-ce qu'avoir l'idée de me servir d'elle pour le boulot… J'aurais jamais pu… Je n'aurais jamais pu lui faire ça, je ne suis pas ce genre de personne. Si je suis avec elle… C'est parce que je l'apprécie, pas parce que je veux boucler un article à la con. Je m'apprête à lui rentrer violemment de dedans quand les mots qu'il a pour Sanja me font l'effet d'une douche froide. Voir même glacée. Je me sens pâlir alors que je ne peux que fixer ce putain de plan de travail dont il parle. Et maintenant, je ne peux m'empêcher de les imaginer, là, tout les deux… Je ferme les yeux, serrant les dents alors que je déglutis difficilement. J'arrive pas à y croire… Eux ? Merde. Je sais que je ne devrais pas le prendre mal ou quoi… Mais merde. Je ne peux décemment pas le prendre bien ! Je veux dire, imaginez que l'ex de votre actuelle copine vous annonce qu'il l'a pris sauvagement sur le plan de travail face à vous… Vous savez quoi ? Manquerait plus qu'il me dise dans quelle position et… Oh mon Dieu, pas la peine mon esprit s'en charge pour lui. Je passe une main sur mon visage alors que je tente de ravaler l'espèce de colère qui commence à me bouffer. Je lui en veux c'est sûr… Mais elle ? Je ne peux pas. Elle n'a pas à me faire une liste de ses anciennes conquêtes… Mais putain… Je… Ça me tue de savoir qu'elle a pu être entre ses bras à lui, qu'elle l'a embrassé, qu'il…. Qu'il a pu la toucher ou quoi… Ça me rends dingue. Et visiblement je ne suis pas le seul. Puisque j'entends Sanja exploser à côté de moi, lui décollant une gifle magistrale avant de commencer à lui hurler dessus, lui ordonnant de sortir… Tout en lui glissant que contraire à lui ou à d'autre… Je suis le seul à m'être occupé d'elle… Et au milieu de ses hurlements, je dois avouer que ça me réchauffe le coeur. Mais je pense qu'il vaudra mieux en reparler avec elle plus tard. Pour le moment, on va déjà tenter de l'empêcher de le tuer dans la cuisine. Je fais un pas vers elle et pose doucement ma main sur son épaule.

"Sanja… Calme-toi… C'est pas la peine…"

Ma main glisse lentement le long de son dos avant de se poser sur sa hanche.

"Il n'en vaut pas la peine… Sérieusement. Ça l'amuse de nous voir nous énerver, parce qu'au moins comme ça, on accepte de s'intéresser un minimum à sa personne… Il mérite pas que tu t'énerves pour lui… Regarde-le… Il cherche simplement à nous faire sortir de nos gonds… C'est juste un sale con. Rien de plus."
(c) AMIANTE


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
  

avatar

Erre ici depuis : 06/09/2014
Âge : 28 ans
Missives : 319
Occupation : Fossoyeur de Dödskalle, le maniaque à la pelle, il creuse
DC : Noah et Saria, les étrangers

Feuille de personnage
Dispo RP: Disponible
Son rêve: Il meurt après avoir supplié son frère jumeau, Kjell, de ne pas partir.
Relations:
MessageSujet: Re: It's a dangerous love affair ...   Jeu 9 Juil - 22:45

Yngve savait très bien ce que ses mots allaient provoquer. Il n’avait absolument rien d’un idiot et il savait comment Sanja allait réagir. Elle allait vouloir s’en prendre à lui physiquement pas de doute là-dessus. Mais le brun était prêt, il était prêt si seulement elle arrêtait un tant soit peur d’être hypocrite. Et qu’elle admettait qu’il n’y avait rien d’autre que la vérité qui s’échappait de ses lèvres. Lui qui voyait tout et qui savait absolument tout de tout le monde. Croyaient-ils vraiment qu’il n’avait pas remarqué ? Leur petit échange ? Leur proximité ? Ça le répugnait tout simplement et vraiment et qu’ils s’étouffent dans leur propre pêché et dans leur bêtise s’ils pensaient une seule seconde que le brun était jaloux. Non, le fossoyeur n’était pas jaloux, il savait en son fond intérieur que Damian et Sanja n’avaient rien dans le fond. Entre eux c’était juste quelque chose de futile et d’éphémère et ils pouvaient bien avoir les bras de l’autre pour quelques misérables nuits, ce n’ était absolument rien. Yngve lui avait partagé un ventre, une maison, un bout de paradis et d’enfer avec la personne qui l’aimait. Ils n’auraient jamais quelque chose de la sorte. Aussi, il fit non de la tête alors que Sanja lui demanda s’il avait fini. Oh, mais il ne faisait que commencer. Elle oubliait qu’ils se connaissaient depuis longtemps, Sanja oubliait qu'elle et lui avait partagé des souvenirs. Est-ce qu’elle avait dit à Damian que c’était lui le premier homme à l’avoir réellement touché ? Lui à qui elle avait confié ses rêves et ses désirs de quitter cette foutue ville et d’oublier la déprime ?  Mais quelle belle hypocrite. Tellement hypocrite que le contact de sa main contre la joue d’Yngve fut froid bien que le coup en lui-même était donné avec force.

Yngve se moquait bien du coup, non, ce fut les mots de Sanja qui l’énervèrent encore plus. Oui, il sentit une colère sans nom s’emparer de lui alors qu’elle lui disait tout le bien que lui avait fait Damian. Oh alors comme ça il avait touché son cœur hein ? Le fossoyeur ne ressentait plus de mépris à présent mais de la vraie colère. Encore plus lorsque Damian s’approcha pour rassurer Sanja, son geste ne passa pas inaperçu et le brun leur coula un regard mauvais avant de tourner la tête vers Sanja, faisant un pas de plus vers elle. Il se moquait de ses attaques physiques, qu’elle lui arrache les deux yeux, il connaissait la vérité. « Espèce d’hypocrite, espèce de petite idiote, tu n’as même pas idée à quel point j’étais là. Tu voulais quelqu’un pour te tenir la main et quelqu’un pour te rassurer? Oh mais c’est ce que j’ai fait, tu as juste été trop idiote pour le voir. Tu étais ma meilleure amie, tu n’es plus rien maintenant, tu ne vaux pas plus que lui à présent. » Yngve fit un mouvement de tête vers Damian, dédaigneux au possible. Mais il pensait chacun de ces mots, si Sanja pensait qu’il était infect maintenant, elle ne savait pas encore qu’il pouvait être pire. Il avait toujours eu une once de respect pour la brune, à cause de leur amitié passée de leur amitié encore présente. Mais visiblement tout ceci était fini à présent. « Tu veux que je parte? Tu veux dire comme toi tu as fait hmm? Tu veux m’apprendre un truc ou deux Sanja? Laisse-moi te dire que c’était moi qui allais voir Saga pratiquement toutes les deux semaines et moi qui me suis assurée qu’elle ne manque de rien avant que tu arrives. Tu penses que tu as vu l’effet de la maladie sur elle, oh tu te trompes. »

Yngve crachait son venin encore et encore. Il voulait bien lui faire comprendre qu’elle ne voyait pas la réalité en face, qui croyait-elle que son retour ici allait sauver ? Cela n’avait pas sauvé Saga, alors qu’elle arrête de faire semblant. Damian n’était pas là non plus pour lui apporter son salut, c’était ridicule si elle pensait que c’était le cas. « Et c’est moi qui l’ai enterré. Ta sœur jumelle. » Le brun appuya sur les derniers mots et il appuya dans le même temps là où ça faisait mal. Il recula enfin, toujours aussi en colère mais enfin prêt à partir. « Alors ne me dis pas que je me suis jamais soucié de toi ou de ton bien-être Sanja c’est des conneries et tu le sais très bien. »

_________________
blood on my lips.
Deep in the ocean, dead and cast away Where innocence is burned in flames A million mile from home, I'm walking ahead I'm frozen to the bones, I am...@ ALASKA.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: It's a dangerous love affair ...   

Revenir en haut Aller en bas
 

It's a dangerous love affair ...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» I can't forget my English love affair + Alex et Sean
» Absolarion Love.
» Love me now or hate me forever!
» « CENTRAL PARK » New York i love you .
» Mangas-Love RPG ♥

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Den Helig Kräftor-