AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | .
 

 The stars look very different today - Adrian

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
  

avatar

Erre ici depuis : 23/03/2015
Âge : 36 ans
Missives : 50
Occupation : Professeur d'histoire
DC : L'insupportable Damian

Feuille de personnage
Dispo RP: Toujours o/
Son rêve: Se suicide dans sa baignoire en écoutant "Heroes"
Relations:
MessageSujet: The stars look very different today - Adrian   Lun 23 Mar - 21:48

Adrian Lindberg
❝And there's nothing I can do ❞

Il est temps de faire tomber le masque, il y a bien trop de mystères à Dödskalle... Je me présente, Adrian Lindberg. Je suis venu(e) au monde le 21 août 1976 et j'ai donc 36 ans. Originaire de Dödskalle, en Suède., je suis arrivé(e) en ville il y a un an même si j'ai passé mon enfance ici. Vous me croiserez certainement dans les ruelles sombres de ce trou perdu puisque je travaille en tant que professeur d'histoire. Je suis actuellement divorcé et si toutefois on vous demande, je suis hétérosexuel. On me dit souvent que je ressemble comme deux gouttes d'eau à Matthew Goode mais je me fonds parfaitement dans la petite foule des Männiksor. Maintenant que les présentations sont faites... Souhaitez-moi bonne chance et longue vie à vous.



things aren't what they seem


Votre rêve : Le carrelage est ignoble. D'une couleur que je ne saurais même pas définir, tout ce que je discerne c'est ce motif floral à vomir. C'est tout ce qui me vient à l'esprit alors que je me vois dans le miroir, remonter les manches de ma chemise...  Au loin j'entends les premières notes d'une chanson étrange dont les paroles m'échappent. Encore complètement vêtu je me glisse dans l'eau bien trop chaude, alors que sur le rebord de la baignoire trône une lame de rasoir. Du bout des doigts je caresse la lame avant d'entailler lentement mon poignet gauche... Puis le droit. Je ferme les yeux alors que je me laisse glisser un peu plus dans l'eau, fredonnant toujours cet air entêtant. La lame m'échappe et émet un bruit délicat alors qu'elle rencontre le carrelage tandis que la chanson ne semble vouloir s'arrêter....

Et j'avais tout simplement rouvert les yeux suite à ce rêve. J'avais sept ans et je m'étais vu mourir dans une salle de bain dégueulasse, lame à la main. Mes parents m'avaient prévenus... Mais depuis ce jour, j'ai toujours une certaine angoisse... Celle de pénétrer un jour dans cette fameuse salle de bain, et de croiser le chemin de ce carrelage ignoble.

✞  Dödskalle : C'est quelque peu complexe, alors autant aller à l'essentiel. Je suis né ici et j'ai passé les dix-huit premières années de ma vie ici avant de déménager sur Stockholm pour mes études... Et pour être franc je ne pensais pas y remettre un jour les pieds... La vie est une drôle de chose et j'avais réussis à avoir une situation confortable dans la capitale : professeur à l'université, marié avec deux enfants... Pourquoi revenir s'enterrer ici après tout ? Simplement parce que comme tout les hommes, je fais des erreurs... Et l'une d'entre elle m'a coûté mon mariage... Ainsi que ma place à Stockholm... Alors c'est presque par dépit que je suis revenu ici...

✞  Caractère : Fier – Opportuniste – Séducteur – Charmeur – Galant – Étrangement patient - Il a perdu son alliance il a bien longtemps. -  Il a pris l'habitude de fumer des menthols parce que c'est les seules que son ex-femme supportait – Adrian a une obsession pour la chanson « Heroes » de David Bowie. A tel point qu'elle lui sert de sonnerie de téléphone. - Il a deux filles de 8 et 6 ans qu'il n'a pas vraiment revu depuis qu'il est revenu en ville.

Précédemment : Honnêtement, cette ville a toujours été un peu glauque, suffit de voir cet étrange rêve qui apparaît à toute personne qui habite depuis au moins sept ans... Alors quand j'apprends que certaines se suicident, qu'il se passe des choses bien étrange dans la piscine municipale... Je préfère faire comme le reste : nier que cela s'est produit. J'ai rêvé que j'allais me suicider ? Jamais. Déjà parce que ce n'est pas mon genre et deuxièmement, malgré tout ce que mes parents ont pu me dire, je continue de me voiler la face... Alors des évènements étranges en ville ? Tant que cela ne me concerne pas, je préfère ignorer tout cela, c'est bien plus simple au final....

meet the player


Pseudo : Toujours Andréas.
Âge : Je ne rajeunis pas les gars.
Code du règlement : OK by Tim
Déjà un compte ici ? : Ouais, le cajun un peu lourd o/
Où avez-vous connu le forum ? : Un démon avec un regard de braise me l'a murmuré un soir.
Un commentaire ? : Whisky, cigarettes & sirènes


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
  

avatar

Erre ici depuis : 23/03/2015
Âge : 36 ans
Missives : 50
Occupation : Professeur d'histoire
DC : L'insupportable Damian

Feuille de personnage
Dispo RP: Toujours o/
Son rêve: Se suicide dans sa baignoire en écoutant "Heroes"
Relations:
MessageSujet: Re: The stars look very different today - Adrian   Lun 23 Mar - 21:48

blacked out pages of my life
❝ Make me baby, make me know you really care ❞

Fiche de présentation standard.

Je n'essaye même pas d'esquiver le verre qui éclate contre le mur derrière moi. Je me contente simplement de fermer les yeux alors que ma femme hurle, pleure et continue de briser chaque verre, chaque assiette que nous possédons, comme si par ce geste elle s'affairait à effacer toute trace de ma présence dans sa vie. Une assiette se fracasse à mes pieds. Je n'essaye même plus de raisonner ou de lui sortir l'excuse du « les filles dorment à l'étage »... De toute façon, je pense que vu les hurlements de leur mère, elles sont toutes les deux éveillées, à se demander ce pourquoi nous nous disputons. « Pourquoi me faire ça ? Tu ne m'aimes plus c'est ça ? Et les filles tu y as pensés ?! Non parce que de toute façon, tu ne penses jamais aux autres, il n'y a que toi.... Que toi... » C'est presque une rengaine agaçante qu'elle répète sans cesse, encore et encore. Je lève les yeux vers elle et croise son regard... J'entrouvre les lèvres, cherchant simplement quelque chose à dire... N'importe quoi... Mais rien ne vient. Que pourrais-je lui dire ? Je t'aime encore ? Est-ce encore le cas ? Oui... Elle recommence à pleurer, me demandant si c'est simplement parce qu'elle vieillissait, simplement parce que je n'étais plus la jeune femme que j'avais un jour épousé. C'est vrai en un sens... On ne rajeunis pas mon amour... Moi le premier... Que voudrais-tu entendre de toute façon ? Que je t'aime toujours autant qu'au premier jour ? Voudrais-tu que je te mente, simplement pour te conforter dans cette illusion d'idylle parfaite ? « Je ne voulais pas que tu sois au courant... Je... » J'aurais mieux fait de me taire. Un autre verre vole, et celui-ci ne se brise pas contre le mur. Peut-être que je n'aurais pas du. Comment en suis-je arrivé là ? Sous l'effet de la douleur je ferme les yeux alors que je sens le liquide chaud glisser lentement le long de mon bras... De toute façon, ce n'est pas maintenant. Elle continue de hurler avant de me demander de quitter la maison, de retourner me perdre dans les bras de ma trainée d'étudiante. Honteux, je rouvre les yeux pour mieux détourner le regard. Je devrais me battre, me jeter à ses pieds pour lui dire à quel point je suis désolé, lui dire que je regrette et que je veux recommencer avec elle, parce que je l'aime encore... Seulement je ne peux pas. Parce qu'à chaque fois que je croise son regard, je ne peux m'empêcher de penser à Hanna... À son regard pétillant qui ne fixe que moi pendant les cours, à cette façon qu'elle a de se mordiller la lèvre avant de commencer une phrase, à cette façon qu'elle a de soupirer mon prénom... Je sais que je suis en train de tout perdre... Et pourtant dans le silence pesant qui s'est installé entre nous, tout ce qui s'échappe est un « Je suis désolé » à peine murmuré. J'attrape ma veste et mes clés avant de lui tourner le dos. Je l'entends me dire le plus froidement du monde de ne jamais revenir. Un goût amer m'envahit la bouche alors que je passe la porte de notre appartement. Tout est en train de me glisser entre les doigts... Et au lieu de rattraper les miettes de mon existence, je regarde le tout s'éparpiller au gré du vent. Je pousse un soupir qui sonne bien trop comme un sanglot avant de me laisser glisser le long de la porte d'entrée. Je ne sais pas où aller, je ne sais pas quoi faire... J'ai trente-cinq ans et alors que j'avais tout, je n'ai plus rien. Enfin... Pour ce soir, je trouverais bien un endroit où je pourrais m'écrouler et laisser la culpabilité me ronger. Et c'est ce qui arrive... Je me retrouve sur un canapé pas trop miteux, chez un ami. Je passe la nuit sur le dos, à enchainer les cigarettes, cherchant une réponse dans la fumée qui opacifie l'air de rien la pièce.

Tout était plus simple avant, quand je n'étais qu'un enfant qui vivait tranquillement dans cette ville perdue qu'est Dödskalle... La seule chose dont je m'inquiétais, c'était d'un jour tomber sur cette foutue salle de bain... Celle qui depuis mes sept ans me laissait avec des sueurs froides. C'était ma seule crainte, de ne pas être capable de vivre comme je l'entendais avant d'en arriver à ce jour bien précis. Je me refusais même à penser que je serais capable de me tuer, surtout de cette façon... Plus j'y repense et plus je me dis que c'est une façon bien lâche d'en finir... C'est un peu pour ça que j'avais finalement quitté cette ville, pour espérer y échapper, pour refuser d'admettre que cela allait un jour se produire. Je pensais qu'en allant faire mes études à Stockholm, j'avais une chance d'échapper à ce rêve, à cette ville... Et pendant toutes ses années, j'ai vécu dans une étrange insouciance... J'étudiais l'histoire avant de me trouver une étrange vocation dans le métier de professeur... Ou alors était-ce simplement pour suivre cette demoiselle que je pensais être l'amour de ma vie ? Sûrement. L'amour fait faire de bien de drôles de choses aux hommes, et cette petite blonde avec qui je passais mes journées et mes soirées... Ah je crois qu'à l'époque j'aurais fais n'importe quoi pour elle... Et c'est peut-être pour ça qu'une fois notre diplôme en poche, je l'ai épousé. On avait vingt-cinq ans à tout casser... Et on pensait que la vie ne pouvait que bien s'annoncer, sans compter que je repoussais de plus en plus cette idée que ma fin se ferait dans une baignoire miteuse, en compagnie d'un carrelage à l’esthétique discutable. Moi, mettre fin à mes jours ? Impossible. Et pour être franc, tout allait pour le mieux... Elle travaillait en tant qu'institutrice alors que je faisais mes débuts dans un collège respectable de Stockholm. Au bout d'un an naissait notre première fille : Liv, la plus magnifique des enfants à mes yeux. Et deux ans plus tard, voilà que sa petite sœur naissait à son tour. Ulla de son prénom. Et à nous voir à l'époque... Je dois avouer que je ne pensais pas que cela pouvait mal tourner... Jusqu'a ce qu'Hannah entre en jeu.

J'ai un sourire en repensant à elle, un sourire que je ne devrais pas arborer. Mon mariage vient de s'écrouler sous mes yeux, je vais très certainement perdre ma place à l'université... Si ce n'est pas carrément mon statut d'enseignant... Et pourtant je souris avec une certaine tristesse en repensant à cette douceur rousse que j'avais le plaisir de voir au troisième rang, et qui ne cessait de me dévorer des yeux. Oh j'en ai eu des étudiantes qui me trouvaient très certainement fort charmant à l'oeil... Mais elle c'était autre chose. Elle me voulait et elle m'a eu. Presque trop facilement quand j'y repense bien. Mais je ne sais pas... Même si tout allait pour le mieux dans mon couple... Hannah était cette chose interdite avec laquelle j'avais envie de me brûler les doigts... Une personne avec qui je voulais simplement tout oublier, repousser les interdits. C'est peut-être parce qu'elle était une de mes étudiantes, parce qu'elle avait dix ans de moins que moi que j'ai cédé... Après tout... Nous étions tout les deux des adultes responsables... A qui faisions nous du mal ?  À l'époque je pensais que personne n'en saurait rien... Et qu'ainsi ma femme n'aurait pas à en souffrir... Même si à chaque fois que je lui mentais en la regardant droit dans les yeux, j'avais un pincement au cœur... Alors l'embrasser comme si de rien n'était... C'était compliqué par moment. Mais je l'ai fais, pendant peut-être... Six mois... Avant qu'elle découvre tout. Elle s'en doutait m'a-t-elle avoué. Elle m'a dit qu'elle sentait son parfum sur ma peau, paraît que les femmes le sentent tout de suite... Qu'elles savent quand une autre vous embrasse, quand une autre griffe sensuellement votre dos... Et elle savait. Comment ? Elle n'a jamais voulu me le dire, et pour être franc je ne suis pas réellement sûr de vouloir le savoir.

Et c'est comme ça qu'à cause d'une rouquine un peu trop libertine, je me retrouve sans domicile... Et  dès demain, très certainement sans emploi. Je tire une dernière fois sur ma cigarette avant de fermer les yeux. L'inconscience me tombe rapidement dessus et demain arrive peut-être bien trop vite à mon goût. Car tout me tombe dessus subitement. Comme si l'univers avait décidé de s'écrouler sur ma personne... J'ai à peine le temps de mettre un pied à l'université qu'on me fait comprendre que je ferais mieux de démissionner et de m'éclipser... Soit-disant qu'une telle affaire serait mauvaise pour l'établissement et que sacrifier ma carrière ne serait peut-être pas une si mauvaise chose... Bien sûr je n'ai pas vraiment mon mot à dire dans l'histoire. J'ai juste le droit de me taire et acquiescer comme un bon chien. Chose que je fais. On me fait aussi gentiment comprendre que je ferais mieux de chercher un boulot hors de la ville. Bah bien sûr... Et que vais-je dire aux filles, à ma femme ? Pas grand chose au fond. La question s'est résolu assez rapidement d'elle-même... Mes affaires m'attendaient à la porte de l'appartement avec un mot des plus charmants. Un de ceux qui vous font comprendre qu'il vaut mieux disparaître à jamais... Au moins elle a le mérite de ne pas impliquer les filles là-dedans...

Généralement c'est à ce moment que vous vous demandez ce qu'il en est... Eh bien... Après m'être fait mettre à la porte de l'université et de mon propre domicile, il est vrai que je n'avais pas trop le choix... Alors pourquoi ne pas retourner m'exiler dans ma ville natale ? Le temps que la tempête se calme... Donc oui, c'est presque avec honte que je suis retourné là-bas, m'enterrer dans ce trou sans nom qu'est Dödskalle... Non pas chez mes parents qui je dois l'avouer ont trouvés ça étrange que je revienne en ville seul, mais dans un appartement tout ce qu'il y a de plus correct, pour un professeur au collège. Tu parles d'une rétrogradation... Et pour être franc, c'est seulement une fois que je me suis réinstallé ici que j'ai réalisé à quel point c'était dur... D'être de nouveau seul... Sans rien... D'être un paria parce que j'avais tout simplement été incapable de résister à une gamine qui peinait à atteindre ses vingt-cinq ans. Comme quoi...


© fiche codée par potterbird
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
  

avatar

Erre ici depuis : 20/07/2014
Âge : 27 ans
Missives : 940
Occupation : Pianiste & compositeur
DC : Emrik & Eija.

Feuille de personnage
Dispo RP: 4 sujets en cours - Occupé
Son rêve: N'a pas encore fait son rêve, est en ville depuis environ un an.
Relations:
MessageSujet: Re: The stars look very different today - Adrian   Lun 23 Mar - 22:17

Mon dieu, Matthew Goode gaah gaah
J'ai vraiment hâte de voir ce que tu vas faire avec ce nouveau personnage hehe

Bon courage pour la rédaction de ta fiche en attendant, et surtout, re-bienvenue dans les parages !!!! hug2

Au fait, attends toi à ce qu'un certain Emrik prenne les cours d'histoire très à coeur... Voilà voilà, just saying arrow arrow

_________________

Tim & Jerry
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://potterbird.livejournal.com
  

avatar

Erre ici depuis : 06/09/2014
Âge : 28 ans
Missives : 319
Occupation : Fossoyeur de Dödskalle, le maniaque à la pelle, il creuse
DC : Noah et Saria, les étrangers

Feuille de personnage
Dispo RP: Disponible
Son rêve: Il meurt après avoir supplié son frère jumeau, Kjell, de ne pas partir.
Relations:
MessageSujet: Re: The stars look very different today - Adrian   Lun 23 Mar - 22:54

brille brille brille brille
ça me donne envie de voir Watchmen ou de retourner voir the Imitation Game tout ça snap snap
bref je crois que c'est la première fois que je vois le Matthew sur un forum
donc officiellement re-bienvenue
tu connais la maison chef
hug1

_________________
blood on my lips.
Deep in the ocean, dead and cast away Where innocence is burned in flames A million mile from home, I'm walking ahead I'm frozen to the bones, I am...@ ALASKA.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
  

avatar

Erre ici depuis : 23/03/2015
Âge : 36 ans
Missives : 50
Occupation : Professeur d'histoire
DC : L'insupportable Damian

Feuille de personnage
Dispo RP: Toujours o/
Son rêve: Se suicide dans sa baignoire en écoutant "Heroes"
Relations:
MessageSujet: Re: The stars look very different today - Adrian   Lun 23 Mar - 23:02

Merci à vous deux o/
Et Emrik t'es le bienvenue à la fin du cours... blaz
Bref, je tente de pas faire traîner tout ça o/
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité

Invité

MessageSujet: Re: The stars look very different today - Adrian   Lun 23 Mar - 23:29

Matthew Goode heart2 bave

Re-bienvenue !
Revenir en haut Aller en bas
  

avatar

Erre ici depuis : 11/03/2015
Âge : 25 ans
Missives : 36
Occupation : Auteur de comics et animateur radio
DC : Sanja <3

Feuille de personnage
Dispo RP: Open
Son rêve: Pas encore fait
Relations:
MessageSujet: Re: The stars look very different today - Adrian   Mar 24 Mar - 6:16

Hahahahaha je vois que tu déchaînes les foules darling!

Bon courage pour ton agrandissement de schizophrénie!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
  

avatar

Erre ici depuis : 20/07/2014
Missives : 258

Feuille de personnage
Dispo RP:
Son rêve:
Relations:
MessageSujet: Re: The stars look very different today - Adrian   Mar 24 Mar - 20:46

lejd våldsman
❝ félicitations, tu es officiellement validé(e)

Bravo à toi, te voilà très officiellement validé(e). Tu fais maintenant partie de la vénérable troupe des Dödskalliens et tu as gagné le droit de venir errer avec nous dans cette charmante ville suédoise ! Mais n'oublie pas de t'occuper de certains détails...























Toute l'équipe administrative de YODO te souhaite encore une fois la bienvenue et espère que tu passeras d'agréables moments par ici. Après tout, les rues de Dödskalle sont réputées pour être calmes, pas vrai ?...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://yodo.forumactif.org


Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: The stars look very different today - Adrian   

Revenir en haut Aller en bas
 

The stars look very different today - Adrian

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» {{ The stars look very different today {Paco ♥}
» Adrian Mutu
» What 's the date today ?
» Dalas Stars signature
» Dalas Stars Aligment

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Présentations validées-