AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | .
 

 No rest for the wicked — Irmeli

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
  

avatar

Erre ici depuis : 20/07/2014
Âge : 28 ans
Missives : 920
Occupation : Ancien homme de main & homme à tout faire, facteur de Dödskalle
DC : Yngve l'amoureux des cadavres et Saria, l'amoureuse de la propreté.

Feuille de personnage
Dispo RP: Disponible
Son rêve: Il ne l'a pas encore fait, il est en ville depuis trois ans.
Relations:
MessageSujet: No rest for the wicked — Irmeli   Dim 1 Mar - 16:36

No rest for the wicked


"T'es bizarre, on devrait aller boire un verre ensemble, vraiment."

C'était des mots que Noah avait dit à Irmeli avant de s'éclipser pour les fêtes de fin d'année. Il n'avait pas manqué de passer pas sa boutique dès son retour. Il fallait comprendre la fascination de Noah pour le travail que faisait la jeune femme. Il était du genre à faire très attention à ce qu'il mettait dans son corps et ce dans tous les sens du terme, c'était une obsession qui remontait à bien longtemps et Noah ne jurait que par ses légumes coupés de la bonne façon et son eau minérale et son exercice quotidien. Au début, c'était juste son métier qui l'exigeait, n'était pas agent de sécurité qui le voulait et Noah avait beau être grand, devenir une véritable montagne de muscle était requis pour la profession et puis cela lui plaisait bien. Il était plaisant de rentrer dans une pièce et de voir les gens s'écarter sur son passage juste parce qu'il était intimidant. Lui qui avait envie qu'on lui foute la paix les trois quarts du temps… c'était la combinaison parfaite. Alors oui, Noah ne jurait que par ses fruits et ses légumes et il était hors de question de trouver quoi que ce soit avec plus d'un pour cent de graisse dans son frigo.

Pourtant, Noah avait bien quelques faiblesses, il s'autorisait des cigarettes pour se noircir les poumons, de l'alcool pour ronger son foie et de temps à autres quelques pâtisseries. Comprenez que Noah débarquait dans la boutique d'Irmeli et il achetait toutes les pâtisseries encore présentes, oui toutes, et rentrer se goinfrer sur son canapé. Noah n'en était pas fier mais il était devenu champion en matière d'excès et cela ne datait pas d'aujourd'hui. Et il avait été sage le jour du réveillon et du nouvel an, difficile de se livrer à un quelconque excès en présence de sa grand mère. Non, il n'avait pas fumé, il n'avait pas bu une seule bière, il avait été sage, tentant de montrer à son aîné qu'il n'y avait absolument aucune raison de s'inquiéter et qu'il allait bien. Le mensonge n'était pas complètement faux et si elle avait vu à travers sa petite mascarade, elle avait été assez polie pour ne rien dire. Noah ne voulait vraiment pas qu'elle s'inquiète, pas pour lui, il n'en valait pas la peine. Alors maintenant qu'il avait quitté les montagnes suisses et qu'il était de retour dans cette ville de malheur, il était tant pour se livrer à un vice ou deux pas vrai? Encore une fois, Noah était le champion dans ce domaine et lorsqu'il était venu apporter son courrier en ce morne matin de Janvier à Irmeli, il lui avait proposé de lui payer à boire. En général, ils ne faisaient que se croiser dans le seul bar de la ville, quand l'un ou l'autre en était déjà à son troisième verre mais c'était autre chose que Noah proposait là.

"Sachant que je suis techniquement ton meilleur client, tu ne peux pas me dire non." Noah la narguait un peu mais il savait que c'était la vérité, il était du genre à dépenser sans compter et puis il se doutait bien que la brune n'allait pas s'offusquer. Trois ans qu'il était dans cette ville, il avait eu le temps de comprendre qu'elle se fichait bien de ses remarques ou même de son silence et de sa fumée de cigarette lorsqu'il lui apportait ses lettres le matin. Le rendez vous avait été donné et, un nouveau paquet de cigarettes dans la poche arrière de son jean, Noah se dirigea vers l'établissement quasi célèbre de Dödskalle, pas du tout dérangé par le vent. En fait, il avait hâte, peu importe si la bière dans ce pays était complètement infecte, il avait besoin de briser quelques interdits et se dire que cela ne blesserait personne s'il le faisait. Une fin violente l'attendait certainement, on ne pouvait pas lui en vouloir un peu précipiter les choses et tourner les pages du livre pour vouloir aller directement à la fin. Noah commanda de la bière et alla s'installer à une des tables, se mettant clairement à son aise. Il fit un signe de tête à Irmeli quand elle arriva enfin. "Vu que tu jures en allemand je me suis dit que tu n'aurais rien contre de la bière, on gardera le plus fort pour un peu plus tard dans la soirée… Et puis je ne sais pas encore si tu as une bonne descente, ça reste encore à prouver."

_________________
[Seuls les administrateurs ont le droit de voir cette image]
And if you say run, I'll run with you
It's the little story of a guy I know, who had a dream, and fell in love. He got close to his dream, almost touched it, and he burnt his hands. And he got a woman and she died in his arms...



House Diesbach:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité

Invité

MessageSujet: Re: No rest for the wicked — Irmeli   Dim 1 Mar - 18:48

Pour tout dire, Irmeli avait complètement oublié que Noah comptait l'inviter à prendre un verre avec lui. Elle avait été complètement focalisée sur son travail pendant la période des fêtes, tentant de rattraper le manque à gagner engendré par le mariage de Tino. Au terme de plus de deux semaines sans la moindre sortie, Irmeli n'en pouvait plus. Entendre le grand blond lui rappeler qu'il comptait bien la voir au bar ce soir était une bénédiction.

Douchée, changée dans un jean et pull qui n'étaient pas enfarinés et la pâtisserie fermée, Irmeli entra dans le bar sans se presser. Diesbach était assez grand pour commander sans elle, comme il le prouva en poussant une bière devant elle, lui arrachant un sourire.

_ Je suis Finlandaise, Schluchtenscheißer, et on est samedi. Crois-moi, je peux boire. Reste à savoir si tu pourras tenir le rythme. Kippis !

Jetant aisément la tête en arrière, Irmeli draina sa bière, savourant longuement la dernière gorgée. Elle conservait le rapport finlandais à l'alcool: on ne boit que les jours où on n'a pas besoin de travailler le lendemain, mais ces jours-là, on boit beaucoup. Et on boit de l'alcool fort. La pâtissière aimait certes bière et vin, mais cela ne valait pas les longdrinks, et certainement pas le Salmiakki dont elle avait toujours trois bouteilles chez elle. Se levant, elle alla chercher deux pintes, en tendant une au facteur avant de se rasseoir. Elle se moquait de savoir s'il était vexé de s'être fait qualifier de chieur des vallées.

_ Alors, qu'est-ce qui t'a décidé à me proposer de boire un verre ? Une envie de ne pas te mettre une barre tout seul ? Je suis curieuse.

Et elle l'était. D'ordinaire, s'ils se croisaient au bar, ils discutaient un peu avant de chacun reprendre leur vie. Noah Diesbach venait de changer la donne, et Irmeli trouvait ça étrange de sa part. Le blond n'était pas connu pour son côté sociable et extraverti. Qu'est-ce qui avait bien pu le pousser à faire ça ? Elle doutait qu'il s'inquiète pour sa razzia de pâtisseries, il savait pertinemment qu'elle avait des stocks d'eau, lui ayant déjà apporté le courrier de la boutique tandis qu'elle rangeait les bidons pleins dans la réserve. Elle avait beau rager contre le fait de ne plus pouvoir utiliser l'eau du robinet, elle ne comptait pas mettre ses clients en danger. Cela ne mènerait qu'à la fermeture de la pâtisserie.

_ Oh, tant que j'y pense. Pour le mois prochain, tarte au vin ou tourte au kirsch de Zoug ? J'ai envie de tester les pâtisseries suisses. Il faut vraiment être bizarre pour faire de l'alcool l'élément clé d'un gâteau...

Autant lui demander, puisque Diesbach allait acheter une part non négligeable de sa production. Comme à chaque fois. C'était à se demander si il n'avait pas une addiction au sucre qu'il tentait tant bien que mal de contrôler. Si c'était le cas, il ne serait pas le seul. Le fait que le facteur n'était pas son plus grand client (à part peut-être d'un point de vue littéral, il faudrait qu'elle pense à vérifier un de ces jours) en disait long sur Dödskalle. En huit ans, Irmeli avait largement récupéré son investissement initial. A croire que les habitants tenaient à souffrir de diabète sucré. Si c'était le cas, elle ferait bien de commencer à mettre de l'argent de côté, juste au cas où.

Levant son verre, elle le finit d'une longue gorgée, le reposant avant de le contempler, sourcils froncés. Elle avait encore soif.
Revenir en haut Aller en bas
  

avatar

Erre ici depuis : 20/07/2014
Âge : 28 ans
Missives : 920
Occupation : Ancien homme de main & homme à tout faire, facteur de Dödskalle
DC : Yngve l'amoureux des cadavres et Saria, l'amoureuse de la propreté.

Feuille de personnage
Dispo RP: Disponible
Son rêve: Il ne l'a pas encore fait, il est en ville depuis trois ans.
Relations:
MessageSujet: Re: No rest for the wicked — Irmeli   Mer 4 Mar - 19:50

"Oh ne t'inquiète pas princesse je vais tenir le rythme…" Noah ne put s'empêcher de sourire à l'insulte qui lui était adressée. Était-il offusqué? Loin de là, le blond se contenta de lever son verre et de boire une longue gorgée de bière. Non vraiment, les Suédois n'étaient pas très doués dans ce domaine mais il n'allait pas faire la fine bouche ce soir. Même sous sa langue et même avec ce breuvage-là, il pouvait distinguer le goût si particulier qu'il aimait tant. Comme il avait dit à Emrik, ce n'était pas pour tout le monde cette boisson bien étrange. Et puis, c'était juste pour commencer la soirée et pour se détendre. Lorsque le blond se sentirait d'humeur joyeuse ou qu'il aurait envie de mettre les pieds sous la table, il passerait à autre chose. Il accepta volontiers sa seconde bière, s'empressant de finir la première. Il avait une très bonne allonge, Noah buvait depuis qu'il avait dix sept ans alors… Pas de soucis à se faire, il garderait le rythme, Irmeli avait l'habitude de le voir ici, ce n'était pas pour rien. Le suisse aimait bien se tuer à petit feu, un jour il lui faudrait arrêter tout ça. Mais pas maintenant, il avait encore quelques années devant lui, quelques années avant de faire son rêve et puis s'il ne mourrait pas à cause de son foie… Il continuerait à boire.

Noah haussa les épaules à la première question, afin d'enfin articuler, s'exprimant toujours de manière franche. "Contrairement à ce que beaucoup pense, ce n'est jamais marrant de boire seul et puis il faut bien une première fois à tout… non?" Le blond n'était pas de ceux qui analysaient trop chacun de leur fait et gestes non, s'il avait envie de faire quelque chose… Il le faisait tout simplement. Ils aimaient bien boire alors autant le faire à deux plutôt que de s'envoyer des regards à l'autre bout du bar. Et qu'elle se rassure, ce n'était pas non plus un moyen caché de lui faire des avances. La dernière fois que Noah s'était intéressée vraiment à quelqu'un de la gente féminine remontait à bien loin. Les femmes pour la nuit, ça il connaissait et il était même plutôt adepte de ce concept. Mais pour aller boire un verre ou pour un dîner? Non… ce n'était pas du tout son genre, il faisait mal le romantique et il préférait ne pas prendre les femmes pour des idiotes et passer directement à l'essentiel. Et puis, Irmeli était tout de même facile à lire. Il savait très bien qu'elle n'était pas ce genre de femme alors il gardait ses pensées salaces pour lui et se fantasmes très privés avec Timothy… voilà tout. Noah vida son deuxième verre, d'un trait, sans vraiment y penser, la soif bien présente dans sa gorge, et il reposa l'objet sur la table, ses deux verres vides devant lui à présent. "Y pense pas trop d'accord? Ça valait juste le coup et puis franchement, à part boire ou déprimer, il n'y a pas grand chose à faire dans cette ville. Avec ton talent, ça m'étonne que tu sois restée…"

Il savait qu'Irmeli était là depuis plus longtemps que lui, combien d'années? Il n'avait jamais demandé, ce n'était pas le genre de choses qui se demandait dans une ville pareille. Lui était venue ici pour attendre tranquillement son heure et faire coucou à la grande faucheuse lorsque cette dernière se déciderait à l'emmener. Mais la jeune femme pouvait ouvrir une pâtisserie ailleurs, refaire sa vie, passer à autre chose, loin d'ici. Ça ne regardait pas Noah et il n'avait pas l'intention de lui faire subir un petit interrogatoire. Au lieu de cela, il tira une cigarette de son nouveau paquet, le posant négligemment sur la table avant de s'allumer sa clope. Voilà qui était mieux, une fin de soirée tout à fait désagréable et franchement c'était mérité. Ça et les futures pâtisseries qu'évoquait Irmeli. "Et surprend moi, dans tous les cas tu me connais… J'achète. Je ne suis vraiment pas difficile."

_________________
[Seuls les administrateurs ont le droit de voir cette image]
And if you say run, I'll run with you
It's the little story of a guy I know, who had a dream, and fell in love. He got close to his dream, almost touched it, and he burnt his hands. And he got a woman and she died in his arms...



House Diesbach:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité

Invité

MessageSujet: Re: No rest for the wicked — Irmeli   Mer 11 Mar - 22:54

Princesse ? Il ne pouvait faire mieux ? Irmeli était déçue, et lui adressa délibérément de grands yeux humides de Chat Potté par dessus son verre. Vraiment, elle attendait mieux de Noah. Plutôt que répondre, elle préféra cependant jouer avec son verre vide. Ecoutant d'une oreille distraite les explications du facteur, et haussant les épaules d'un air nonchalant lorsqu'il lui demanda son avis. Meh. Irmeli se moquait de boire seule ou en compagnie, l'important, c'était de boire, non ? Mais elle pouvait comprendre le raisonnement du géant blond.

Elle ne fit aucun effort pour retenir le sourire immense qui coupa son visage en deux lorsqu'il complimenta son travail. Qui n'aime pas s'entendre dire qu'il est doué pour ce qu'il aime ? Sans gêne, la pâtissière vola une cigarette dans le paquet de Noah, l'allumant avant de faire signe au patron de leur remettre des bières. Elle passerait à quelque chose de plus fort après ce verre, histoire d'essayer de vraiment profiter de sa soirée. Tourner toute la nuit à un alcool aussi faible ne faisait pas vraiment partie de la vision qu'Irmeli avait d'une bonne soirée alcoolisée. Exhalant lentement et savourant la fumée glissant entre ses lèvres entrouvertes, la jeune femme jeta un regard en coin au suisse.

_ J'y peux rien, cette ville m'appelle. Je sais qu'il va m'y arriver des bonnes choses. Et sûr, y'aura du négatif aussi, mais c'est la vie. Et sérieux, choisis une pâtisserie ou passe deux mois sans Forêt Noire, au choix. Si tu préfères un autre gâteau, t'as qu'à le dire.

Irmeli en était amplement capable. Elle s'était mise en tête de faire un gâteau choisi par Diesbach, et elle avait la ferme intention d'obtenir ce qu'elle voulait; le facteur ferait mieux de rendre les armes dés maintenant, ce serait moins douloureux pour lui.
Un tapotement du doigt pour se débarrasser de la cendre, et la brunette avala une gorgée de bière fraîche avant de reprendre sa cigarette, appréciant le contraste entre le liquide qui venait de glisser dans sa gorge et la fumée chaude avant de recommencer à parler.

_ Mais je vois vraiment pas pourquoi je voudrais quitter cette ville. Elle est pas particulièrement différente des autres, juste un peu plus morte.

Impossible de dire si la pâtissière était délibérément obtuse. Impossible de dire si Irmeli avait délibérément choisi ces mots en particulier ou non. Sa voix n'avait pas changé pendant qu'elle parlait, restant aussi posée et monotone qu'à son habitude lorsqu'elle ne travaillait pas ou n'était pas excitée par quelque chose.

Il était cependant probable qu'elle l'ait fait exprès. La brune se moquait éperdument de la manière dont les gens de la ville refusaient de parler de ce qui les faisait rester; c'était juste une autre façon de faire voir aux nouveaux venus que quelque chose de bizarre se passait ici. Et franchement, il y avait pire que rêver de sa mort. Sûr, elle était aussi perturbée que les autres, mais au moins, elle pouvait s'y préparer. Et puis, enquêter sur ce qui engendrait le rêve chez les habitants était passionnant; elle avait rarement vu meilleur moyen de tuer le temps et de se cultiver au passage.

Ce n'était pas le mystère qui la retenait, objectivement. Non, Irmeli était juste certaine que la voix grave dans son rêve finirait par arriver en ville, et elle refusait de manquer son propriétaire. Elle avait franchement mieux à faire que se demander non stop si elle l'avait manqué ou non. Si elle restait ici, elle finirait fatalement - dans tous les sens du terme - par le croiser. Avantage d'être la seule fout... pâtissière de la ville.

_ Plus sérieusement, tu me vois renoncer à une armée de cobayes accros au sucre ? Dès que je fais un nouveau gâteau, c'est comme si tout le monde se passait le mot pour l'essayer, ou presque. J'aurai pas ça ailleurs.

Finissant tranquillement sa cigarette, la brunette s'affala plus confortablement dans son siège, croisant les jambes et lançant un grand sourire innocent au facteur avant de le dissimuler dans son verre à moitié vide. Ah non, pardon. Il était maintenant vide.
Revenir en haut Aller en bas
  

avatar

Erre ici depuis : 20/07/2014
Âge : 28 ans
Missives : 920
Occupation : Ancien homme de main & homme à tout faire, facteur de Dödskalle
DC : Yngve l'amoureux des cadavres et Saria, l'amoureuse de la propreté.

Feuille de personnage
Dispo RP: Disponible
Son rêve: Il ne l'a pas encore fait, il est en ville depuis trois ans.
Relations:
MessageSujet: Re: No rest for the wicked — Irmeli   Mer 25 Mar - 21:28

Noah eut un maigre sourire en entendant parler des clients de la jeune femme. Son affaire marchait, pas de doute là-dessus. En même temps, ici, le choix était plutôt limité. S'il n'avait pas sa voiture, lui aussi serait réduit à l'épicerie ou au restaurant du coin. Il n'était pas particulièrement friand des habitudes culinaires des Suédois, il les tolérait seulement. Il pouvait donc comprendre ce que représentait la boutique d'Irmeli. Une sorte de pause dans la vie de tous ces gens qui n'avaient plus rien. Noah ne savait pas vraiment pourquoi les gens restaient dans cette ville. Lui était venu se perdre et oublier ses problèmes, il savait que Dödskalle assumait son statut de ville morte, mais... Il ne comprenait pas en fait. Les jeunes auraient dû fuir cette ville, et même très vite. À quel jeu jouait Emrik par exemple ? Noah aurait fini par partir après ses sept ans, sachant pertinemment comment il allait mourir. C'était quelque chose de réconfortant et avec cette date butoir en tête, il pouvait profiter pleinement de la vie. Oui, Noah aurait fait un candidat parfait pour le cancer ou une autre maladie de ce genre, il le savait. Le blond savait qu'il y avait une fin à toute bonne chose, il vivait de cette façon pour une raison. Il voulait respirer, respirer pleinement et quand enfin son heure viendrait, il se contenterait de hausser les épaules et de suivre l'Ange de la Mort. Pas parce que justement son heure était arrivée non, mais parce qu'il connaissait les règles et qu'il savait qu'il avait épuisé son quota de tour et qu'il devait se retirer.

"Je suis un quart allemand, je te l'ai dit, je ne choisirai jamais un autre dessert et puis tu n'es pas censé faire tout ce que je te dis, vu que je suis le client, hmm ? Et puisque j'ai toujours raison, passons à quelque chose d'un peu plus fort." Ceci étant dit, Noah se dirigea vers le bar grâce à ses longues jambes et il demanda une bouteille de vodka et deux verres. C'était peut-être cliché au possible mais Noah était vraiment un grand fan de cet alcool. Ça lui secouait les veines et lui sciait l'estomac... quoi de mieux vraiment?  Il revient s'asseoir avec un léger sourire aux lèvres, ses yeux bleus ne quittant pas des yeux la bouteille chèrement payée. Il haussa les épaules, indiquant silencieusement à Irmeli qu'elle ne devait pas critiquer son choix d'alcool. Il se jugeait lui-même, mais il remplit généreusement les deux nouveaux verres. Noah en poussa un devant Irmeli avant d'ajouter:  "Il n'y a rien à faire ici hein... tu aurais pu vendre le truc le plus con du monde, les gens se seraient déjà jetés dessus. Les gens sont des accros à la nouveauté et pourtant, ils sont attachés à leur tradition."

L'atmosphère de la ville était pesante et il y avait beaucoup trop d'idiot en ville selon Noah mais bon... La tolérance de Noah était plutôt basse et tout l'insupportait. En fait, à part son tour quotidien de la ville pour distribuer le courrier, Noah restait principalement chez lui à lire et à écouter de la musique. Il s'aventurait quand il le fallait dans le bar mais il ne conversait jamais vraiment avec les autres alcooliques de la ville. Il y avait bien entendu les bagarres occasionnelles mais ça, l'allemand savait gérer. Noah savait donner des droites et esquiver comme personne et depuis qu'on l'avait vu brisé de manière experte les deux doigts de la main à un fauteur de troubles, on le laissait tranquille. "Putain de paradoxe mais hey... je suis bien ici depuis bientôt quatre ans alors hein..." Continua tranquillement le Suisse, sirotant sa vodka comme si cela était du petit lait. Il leva son verre, ses yeux bleus posés dessus, presque avec amour quand on y pensait bien.

Un Noah bien éméché pouvait absolument tout supporter... Tout. Il avait le sourire facile et était du genre plus sympathique que d'habitude.  "Allez dans trois ans je ferai un anniversaire spécial, tu feras le gâteau et tu t'occuperas de la déco' de ma maison et tout ça, ça sera très bien tu verras!" Quand il aurait fait son rêve, les choses seraient différentes, Noah en était persuadé, après tout, c'était la principale chose qui le retenait ici donc... Une fois qu'il aurait des indices, il pourrait passer à autre chose et envisager une quelconque guérison de son cœur blessé. Peut-être à coup d'alcool ou même à coup de pâtisseries. "Mais ça sera en petit comité, toi, moi, Tim, et peut être Emrik... Enfin, tu sais, quand il ne sera pas trop occupé à faire n'importe quoi. Il dort toujours chez toi en ce moment ?"

_________________
[Seuls les administrateurs ont le droit de voir cette image]
And if you say run, I'll run with you
It's the little story of a guy I know, who had a dream, and fell in love. He got close to his dream, almost touched it, and he burnt his hands. And he got a woman and she died in his arms...



House Diesbach:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité

Invité

MessageSujet: Re: No rest for the wicked — Irmeli   Ven 27 Mar - 15:23

Vodka ! Irmeli occulta tout ce qui avait été dit récemment au profit du verre qui venait d'être posé devant elle, le cerveau de la jeune femme se rebranchant une fois qu'elle eut bu sa première gorgée. Enfin de l'alcool digne de ce nom ! Sans un nom, elle laissait le blond parler. De toute évidence, l'alcool commençait à monter à la tête de Diesbach, il souriait.

Pour sa part, la finlandaise commençait aussi à sentir les effets de l'alcool, mais ses pensées restaient claires. C'était la dernière chose à partir chez elle, la première étant le sens de l'équilibre. Mais bon, les murs du bar étaient là pour une raison, et cette raison était qu'ils aidaient les consommateurs à rester debout. Bon, ce n'était pas la raison principale de leur présence mais... Irmeli jeta un oeil méfiant à son verre avant de s'emparer de la bouteille de vodka. Ah, forcément. C'était de la bonne vodka, de la vodka russe, pas de la vodka d'Ikeakind. Forcément, l'effet se faisait plus vite sentir.

Luttant contre l'envie de simplement boire son verre cul-sec et de se resservir, Irmeli hocha la tête en guise d'accord pour l'anniversaire des sept ans de Diesbach dans la ville. Si elle était encore en vie à ce moment, elle se ferait un plaisir d'organiser ça.

_ Je te ferais la plus grosse Forêt Noire que j'ai jamais fait, et du cheesecake pour Tim et des crêpes au Nutella pour Emrik. Enfin si ce Slichtzohr daigne venir. Et oui, je l'ai convaincu de squatter chez moi pour l'instant mais je sais pas combien de temps ça va durer. Faut qu'on trouve une putain de solution.

La sensation d'un regard pesant dans son dos fit se retourner Irmeli le temps de jeter un coup d'oeil menaçant au type qui la fixait et d'enregistrer son visage tandis que ses compagnons l'incitaient à se tourner. Irmeli bourrée était susceptible, Irmeli avec une gueule de bois était rancunière, Irmeli dans tous les cas se souvenait toujours de ce qui se passait quand elle avait bu. Rajouter Diesbach dans l'équation ne faisait qu'augmenter le danger potentiel. C'était un avantage à boire avec le géant blond: au moins, elle était sûre de ne pas se faire draguer par un pauvre type empestant le mauvais alcool et le désespoir.

Sur la table, la bouteille de vodka descendait lentement mais sûrement, et les idées s'embrumaient au même rythme. La pâtissière finit son verre, s'étirant dans sa chaise, bras passant derrière son dos tandis que sa colonne vertébrale se courbait vers l'arrière avant qu'Irmeli ne se redresse, sourire satisfait aux lèvres, et ne fasse craquer son cou avec un son sec, puis ses doigts. Clac. Clac. Clac clac clac. Crac. La dernière phalange lui tira une grimace brève.

_ Au fait, ça te dit qu'on organise quelque chose pour l'anniversaire du môme ? He fucking deserves it, don't you think ?

Les mots commençaient à s'embrouiller les uns avec les autres, mais restaient compréhensibles. Irmeli retourna néanmoins son verre vide, sa façon de dire qu'il était temps pour elle de ralentir le rythme.
Revenir en haut Aller en bas
  

avatar

Erre ici depuis : 20/07/2014
Âge : 28 ans
Missives : 920
Occupation : Ancien homme de main & homme à tout faire, facteur de Dödskalle
DC : Yngve l'amoureux des cadavres et Saria, l'amoureuse de la propreté.

Feuille de personnage
Dispo RP: Disponible
Son rêve: Il ne l'a pas encore fait, il est en ville depuis trois ans.
Relations:
MessageSujet: Re: No rest for the wicked — Irmeli   Sam 4 Avr - 14:54

"Arrêtons de parler de parler de nourriture sinon je vais proposer qu'on aille dans ta boutique genre là tout de suite." dit aussitôt Noah avec un sourire aux lèvres, se resservant un autre verre.

Il était déjà ici depuis trois ans et il devait avouer qu'au cours de ces derniers mois, son existence avait pris un semblant de normalité. Il ne restait plus si souvent que cela chez lui à broyer du noir ou à être hanté par l'ombre de sa défunte mère... Non. Il sortait pour effectuer son boulot dans un premier temps, et il sortait aussi pour voir Tim, et pour s'occuper d'Emrik, et pour squatter la boutique d'Irmeli ou juste pour boire un verre seul ou en compagnie de Damian. Il s'était bien habitué à la vie dans cette petite ville tranquille. Pourquoi? Était-ce le fait qu'il y avait peu de monde, ce qui forçait forcément la proximité qui le faisait sortir un peu plus de sa coquille? Ou le fait qu'à Döskalle, les masques semblaient tomber et que les gens semblaient moins enclin aux conneries et aux bêtises... Excellente question. Il ne le savait même pas lui-même.

Quoi qu'il en soit, la ville allait bien avec son humeur et il remerciait silencieusement Keir de lui avoir rappelé au cours des années et dans leur nombreuses lettres, que son cousin pouvait venir se réfugier ici quand il le souhaitait. C'était ce qu'il avait fait il y a trois de cela et quelque part, il allait un peu mieux. Certes, il n'avait pas réglé un quart de ses problèmes personnels mais au moins, il ne se levait plus tous les matins pour traquer ou "s'occuper" de quelqu'un comme dans son ancien job et il ne portait plus le poids de la culpabilité ou même du mine sur ses épaules. C'était mieux. "Hmm... Je ne sais pas, je fais déjà pas mal pour Emrik." finit par dire le blond, ne faisant que dire la vérité. Noah n'était pas du genre à se jeter des fleurs mais il s'inquiétait trop pour le jeune garçon, tout ceci allait finir par lui donner des cheveux blancs avant l'âge et il ne pouvait pas vraiment le tolérer. Ceci étant dit, il sortit son paquet de cigarettes et il s'en alluma une, la porta à ses lèvres. "Je ne sais pas s'il t'a dit que je lui avais fait une chambre et tout... Ce qu'il faudrait c'est un peu plus de plomb dans la tête de ce gamin et qu'il arrête de croire que je vais le foutre dehors dès que j'en aurais marre." Noah haussa les épaules.

Il ne savait pas de quoi Emrik avait peur mais ce n'était pas de lui ou même du deal qu'il lui avait proposé. Emrik pouvait venir vive avec lui, il n'y avait pas de faux semblants ou même de piège. Il y avait toujours les soirs où Emrik disparaissait de la circulation. À croire qu'il ne voulait pas déranger ou même faire semblant d'être invisible. Donc Noah ne savait pas vraiment, il n'avait pas envie d'y penser plus que ça ou même de se prendre la tête plus que d'ordinaire. Il confiait l'organisation d'un éventuel anniversaire à Irmeli, il ne voulait pas s'impliquer plus que cela, acheter un cadeau serait déjà un énorme effort de sa part et tant pis si cela sonnait complètement faux. "Mais oui un anniversaire pourquoi pas, on peut faire ça chez moi, dans le salon, mettre des ballons partout, lui acheter des cadeaux... Il sera ravi d'être le centre de l'attention pendant toute une journée. Et puis on sera en petit comité, ça sera sympa et plus joyeux que la plupart des fêtes suédoises." Noah dit cela avant de tirer sur sa cigarette et de jeter un regard sur les clients de la salle, non pas qu'il soit du genre à juger mais oui, les Suédois avaient vraiment des coutumes bien étranges pour le Suisse qu'il était. "Et tu te rends compte que toi et moi nous sommes devenus les parents de substitution d'Emrik. Si ça continue comme ça je vais te faire passer toutes les factures que ce gamin me doit." Noah dit cela avec un sourire, plaisantant tanks que la cigarette lui noircissait les poumons.

_________________
[Seuls les administrateurs ont le droit de voir cette image]
And if you say run, I'll run with you
It's the little story of a guy I know, who had a dream, and fell in love. He got close to his dream, almost touched it, and he burnt his hands. And he got a woman and she died in his arms...



House Diesbach:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité

Invité

MessageSujet: Re: No rest for the wicked — Irmeli   Dim 12 Avr - 11:17

Un rire échappa à la pâtissière devant la réponse du facteur. La perche était superbe. S'en saisir serait tellement facile, ce serait une opportunité en or de jouer avec le reste des clients. Mais justement... ce serait trop facile. Irmeli se contenta de rire, tête renversée en arrière, jusqu'à ce ses côtés la brûlent, avant de se redresser et d'adresser un sourire plein de dents à Diesbach. Yep, trop facile.

Apprendre qu'Emrik avait une chambre chez Diesbach tira une moue à la pâtissière. Savoir qu'il semblait s'attendre à être mis dehors lui arracha un grondement. Si seulement elle pouvait mettre la main sur ses parents. Ou mieux, sur cet ado qui s'occupait d'Emrik, avant. A tous les cas, c'était lui la cause des doutes du gosse. C'était pas comme si elle avait pu louper la manière dont le gamin était devenu beaucoup plus joyeux depuis que son "grand frère" était parti. First things first, though...

_ That little fucker... he told me nothing. Faudra que je l'emmène refaire sa garde-robe, maintenant qu'il a un endroit où ranger ses fringues. Il a besoin de chaussures, aussi...

Un haussement d'épaules, une longue gorgée de vodka. Les muscles de la pâtissière commençaient à se détendre sous l'effet de l'alcool tandis qu'une plaisante chaleur baignait sa gorge. La pièce était légèrement embrumée. Irmeli jeta un coup d'oeil au verre. Approximativement deux gorgées dedans. Elle ralentirait après.

_ Y'a d'autres trucs que tu veux que je lui prenne ? Serviettes, pantoufles, Nutella, whatever ?

Au moins, Emrik n'était pas une fille. Diesbach n'aurait pas à gérer les crampes et autres joyeusetés mensuelles. Pas sûr qu'il se rende compte de sa chance, sur ce point, d'ailleurs... Yeux pétillants de malice, elle s'apprêtait à lui pointer quand une autre idée lui vint. Nutella. Emrik. Anniversaire. Cette année, il fallait vraiment qu'ils fassent quelque chose.

Aussitôt pensé, aussitôt proposé, et les pensées d'Irmeli divaguèrent de nouveau tandis que le facteur approuvait. Perruque. Elle lui offrirait une deuxième perruque, et deux têtes pour les poser, et un set de brosses et peignes pour qu'il puisse en prendre soin. Elle aurait probablement pas d'autres gosses, elle doutait sérieusement que sa mort se propose lors de sa seconde grossesse. Pas si ça se passait dans sa cage d'escalier; la maisonnette était trop petite pour y élever un gosse, alors plus...

Mais bon, gâter le gamin avait des limites. Avoir Diesbach comme collègue-parent de substitution, ok. Aider Emrik à faire ses devoirs, ok. Habiller le môme, ok, avec plaisir, ça lui permettait de le torturer un peu. Payer les factures de Diesbach ? Fuck no. Enfin, il le faisait en souriant, ça devait être une blague. Pourrie, comme blague, mais une blague. Un sourire un brin carnassier glissa sur les lèvres d'Irmeli en réponse. Il voulait jouer ? Ils allaient jouer.

_ Bist du blau ? No fucking way am I paying your bills. J'devrais plutôt te faire payer toutes les pâtisseries qu'il me bouffe, vu qu'il en mange presque autant que toi sur le mois.

Bon, là, elle exagérait. Mais c'était drôle de se payer la tête de Diesbach. La brunette jouait cependant pour gagner, et son sourire s'agrandit tandis qu'elle remplissait de nouveau le verre du facteur. Et maintenant, le coup de grâce.

_ Du coup, je suppose que tu vas m'accompagner à la prochaine réunion parents-profs, Papa ?
Revenir en haut Aller en bas
  

avatar

Erre ici depuis : 20/07/2014
Âge : 28 ans
Missives : 920
Occupation : Ancien homme de main & homme à tout faire, facteur de Dödskalle
DC : Yngve l'amoureux des cadavres et Saria, l'amoureuse de la propreté.

Feuille de personnage
Dispo RP: Disponible
Son rêve: Il ne l'a pas encore fait, il est en ville depuis trois ans.
Relations:
MessageSujet: Re: No rest for the wicked — Irmeli   Jeu 23 Avr - 8:44

Plus Irmeli parlait et plus Noah se rendait compte que sa petite blague n'en était pas une... Ils étaient vraiment les parents de Emrik et il grogna alors qu'elle lui parlait de factures à payer, préférant se concentrer sur sa bouteille de vodka, beaucoup plus intéressant ... Non, Noah était persuadé de ne pas avoir la carrure ou même les épaules pour être un père. Le sien avait été abusif et violent et Noah savait qu'il n'était pas mieux dans son genre. Il offrait juste un toit où vivre à Emrik, juste histoire que le gamin sache qu'il y avait une autre alternative à la rue. Et puis, Noah se voyait un peu dans ce garçon. Peut être qu'il aurait fini de la même manière sans l'aide des parents de Sören ou même de Sören lui-même. Après tout, il avait quitté le foyer des Diesbach à l'âge de dix sept ans et on ne pouvait pas dire qu'il s'en sortait mieux maintenant ou même à l'âge auquel il était parti. La vie restait un bordel sans fin et compliqué, Emrik avait juste eu moins de chances qu'un autre. "Ce gamin ne mange pas tant que ça, s'il te plaît, j'essaye de l'engraisser et de lui faire comprendre qu'il peut manger autre chose que du nutella mais à croire qu'il ne m'écoute pas." Entre Tim et ses cheesecake et Emrik et sa... pâte absolument affreuse, Noah avait de plus en plus de choses dans ses placards qu'il aurait aimé ne pas voir. Qu'on ne lui dise pas qu'il ne faisait pas des efforts vraiment. "Et ne m'appelle pas sinon dans un verre ou deux je risque de te mettre une droite parce que je suis un peu trop jeune pour qu'on m'appelle comme ça..." Noah ne plaisantait... même pas.

Il refusait le titre là tout de suite et il se disait que c'était une phase. Le gamin allait avoir quinze ans, Noah ne voulait vraiment pas être là au moment où l'envie lui prendrait de se rebeller contre toute forme d'autorité présente et qu'il se mettrait à répondre... Oh les années à venir allaient être fun. "Et puis je te signale, Maman." Il avait prononcé le mot dans un français parfait, toujours aussi sarcastique. "Que c'est ton job de t'occuper de tout ça, je n'ai vraiment pas le désir de mettre les pieds dans une école ... Mon dieu. Je suppose qu'Emrik doit bien se faire remarquer." Noah n'avait aucun doute là dessus. Emrik était Emrik et s'il était aussi exubérant et ce même à l'école bon nombre de ses professeurs avaient déjà dû le remarquer. "I'll tell you what..." reprit lentement Noah en resservant la pâtissière. "Tu t'occupes des professeurs et moi je répondrai aux questions qu'il aura sur les filles, enfin, dans le cas d'Emrik, je pense que ce sera plutôt les garçons si tu vois ce que je veux dire." Noah ponctua sa phrase par un clin d'oeil avant de nouveau s'emparer de son verre.

"Non pas que j'ai quoi que ce soit contre ça hein, mais je doute qu'il vienne te voir toi pour avoir ce genre de discussions... Quoi que ça pourrait être marrant. Tu dois très certainement avoir plus d'expériences en matière d'homme que moi pour commencer." dit Noah avec un sourire aux lèvres, son esprit dérivant automatiquement vers Timothy. Non, le blond se l'interdisait, s'il se mettait à penser aux lèvres du pianiste, le reste de la soirée allait être fichue et son esprit allait dériver.

_________________
[Seuls les administrateurs ont le droit de voir cette image]
And if you say run, I'll run with you
It's the little story of a guy I know, who had a dream, and fell in love. He got close to his dream, almost touched it, and he burnt his hands. And he got a woman and she died in his arms...



House Diesbach:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité

Invité

MessageSujet: Re: No rest for the wicked — Irmeli   Lun 27 Avr - 21:51

Une droite parce qu'elle l'appelait Papa, sérieusement ? Lavette. C'était qu'un titre, une façon d'officialiser ce qu'il était déjà. Quoi, il croyait que sous prétexte que ni Emrik ni elle ne l'appelaient comme ça, il n'était pas effectivement le père du gamin. Quelle blague. Une telle connerie méritait bien un nouveau verre, tiens. Renversant la tête en arrière, la pâtissière descendit son verre cul-sec avant de le retourner de nouveau. Elle aurait bien répondu, mais Diesbach parlait et parlait et parlait. La seule chose notable dans son discours, outre le Maman qui lui fit hausser les épaules avec un air de dire "ouais, je suis sa mère, et alors ? Qu'est-ce que j'en ai à cirer si il m'appelle Maman...", était le fait qu'il pensai qu'Emrik se révélerait gay. Enfin, ça et le fait qu'il croyait qu'Irmeli avait de l'expérience avec les hommes. La bonne blague.

_ Aller aux réunions parents-profs me gêne pas, donc no problem sur ce point, mais laisse-moi te dire que faudra probablement que tu débarques à l'occasion, les profs d'Emrik ont cette idée bizarre qu'on pourra mieux le contrôler si on est tous les deux là quand ils lui font la morale. Crazy, I know. Je pourrai pas éternellement les dissuader.

Et non, le fait qu'aller au collège d'Emrik lui permettait de croiser le prof sexy dont elle était certaine de connaître la voix n'avait rien à voir avec tout ça. Elle se chargeait déjà des réunions et compagnie avant qu'il ne débarque. Voir les profs tiquer devant sa nonchalance était juste hilarant.

_ Ensuite, outre le fait que je doute que Emrik soit assez banal pour se contenter d'un des deux sexes, faut vraiment que tu m'expliques d'où tu penses que j'ai des masses d'expérience avec les hommes. Ace, remember ? Guys run away once they understand that sex bores me and that I sure as hell won't give them some just to keep them happy. Plus, I'm pretty sure you could just as easily instruct him on guys; you are one, right ?

Non, Irmeli n'était absolument pas perturbée par son orientation ou par le fait qu'elle rende avoir une vie sentimentale assez compliqué. Elle se souciait davantage de se payer la tête de Noah. Il rendait les choses faciles, à constamment lui prêter des opportunités sur un plateau d'argent comme ça. Encore, elle avait été sympa cette fois encore, elle n'avait pas parlé de Tim. Comme si elle pouvait louper la façon dont ils étaient proches, tous les deux. Il suffisait de les regarder quand ils se croisaient au magasin, sérieusement. Ils avaient un côté ridiculement mignon qui faisait qu'elle changeait immanquablement sa musique pour du bon vieux rock bien grunge une fois qu'ils étaient sortis, histoire d'éviter les caries. Le facteur pouvait nier tout ce qu'il voulait, il avait un côté nounours, au moins lorsque le pianiste était concerné. Ou peut-être qu'elle se faisait des films. Peu probable, mais possible.

Jouant avec son verre avant de décider de se resservir (et jetant un coup d’œil critique à la bouteille qui avait quand même bien baissée), Irmeli contempla un instant les prochaines années et la manière dont l'adolescence d'Emrik risquait de se dérouler une fois qu'il aurait saisi qu'il avait un toit et une famille aussi bizarre soit-elle avant de grimacer et de lever des yeux paniqués sur le facteur.

_ Qu'est-ce qu'on va faire quand il voudra apprendre à conduire ? Hors de question qu'il apprenne avec mon break, il est assez abîmé comme ça et j'en ai besoin pour bosser.

Sans compter le fait que c'était un cadeau de son grand-père, aka l'une des rares personnes côté Kanerva à encore reconnaître son existence. Mine de rien, se faire renier lui remontait de temps en temps en travers de la gorge.

Mais bon, s'ils étaient assez idiots pour croire que ça lui ferait abandonner son métier pour autant, ils en valaient pas la peine. Et mieux valait boire son verre histoire de chasser la phase mélancolique avant qu'elle ne s'installe pour de bon. Les murs baladeurs étaient largement préférables.
Revenir en haut Aller en bas
  

avatar

Erre ici depuis : 20/07/2014
Âge : 28 ans
Missives : 920
Occupation : Ancien homme de main & homme à tout faire, facteur de Dödskalle
DC : Yngve l'amoureux des cadavres et Saria, l'amoureuse de la propreté.

Feuille de personnage
Dispo RP: Disponible
Son rêve: Il ne l'a pas encore fait, il est en ville depuis trois ans.
Relations:
MessageSujet: Re: No rest for the wicked — Irmeli   Dim 10 Mai - 9:57

Noah esquissa un sourire et se resservit alors que Irmeli lui parlaient des professeurs d'Emrik. Le gamin était jeune, il allait sur ses quinze ans, bientôt, et il allait intégrer le lycée prochainement. Noah ne savait pas comment fonctionnait le système suédois mais pas de doute, il se rappelait de l'école. Il avait toujours détesté cela, être assis pendant des heures et être contraint d'ingurgiter tout un tas d'information n'avait jamais été fait pour Noah de toute façon. Non, il avait comme beaucoup subi l'école et ce n'était tout simplement pas fait pour lui. Cependant, Noah n'était pas comme Emrik à l'époque de ses quinze ans, il n'était pas aussi exubérant et il avait été beaucoup plus discret. Pendant l'adolescence, les mots de Noah s'étaient fait de moins en moins rares mais il ne les offrait pas à n'importe qui pour autant. On était toujours étonner de le voir parler ou de voir qu'il connaissait la réponse à telle ou telle questions. Les gens n'avaient pas vraiment changé en fin de compte et beaucoup était toujours étonné de voir Noah parfois. Il avait déjà prévenu Emrik sur ses périodes de silence et le garçon n'avait pas jugé bon de commenter, non, il était tout simplement venu s'allonger à côté de Noah dans le salon et à deux ils avaient regardé les derniers vestiges de la neige disparaître.

Ça avait du bon d'avoir un Emrik chez soit et Noah pouvait prétendre autant qu'il voulait, il avait fini par s'attacher au gamin, purement et simplement. Il vida son verre, un sourire d'idiot sur le visage et il finit tout simplement par mettre ses deux pieds sur la table, prenant ses aises dans son siège tandis qu'il s'adressait à la jeune pâtissière. "On va devoir faire des compromis alors…… Fine I guess I'm drunk enough for that." Il leva son verre presque comme un toast. Ça sentait presque la fête avant l'heure. Presque. Noah ne pouvait pas s'empêcher de se sentir d'humeur joyeuse et il rangea une de ses mèches blondes derrière son oreille avant de poursuivre. "Je viendrai à une réunion parents-prof'… deux à la rigueur mais j'aurais le droit à quelque chose de gratuit dans ta boutique." lança t-il en jouant distraitement avec les restes d'alcool dans son verre. La couleur transparente de la boisson translucide lui renvoya son propre reflet mais il ignora un instant cette vision, son esprit dérivant sur le futur. Est-ce qu'ils allaient décider tout l'avenir d'Emrik en une soirée? Il semblait bien que oui. Ça ne dérangeait pas Noah mais il riait d'avance à la mine que ferait Emrik s'il savait.

"Ensuite, je me charge de son éducation sexuelle et je lui apprendrai à conduire en piquant une voiture à quelqu'un. Ça ne sera pas la première fois que je le fais." Haussement d'épaules. Hors de question qu'Emrik touche à sa voiture, Noah se fichait bien de la plupart des choses qui lui appartenaient mais comme n'importe quel homme de son gabarit il tenait particulièrement à sa voiture. Emrik qui conduisait et sa Mustang était une combinaison létale alors hors de question. Même légèrement éméché Noah pouvait prendre des décisions un minimum censé semblait-il. "Tu t'occupes du reste, c'est à dire lui acheter des fringues et autres et aussi pour les devoirs, tu vas t'en charger Miss. Sauf l'allemand, ça je m'en charge. Ça m'embêterait qu'il chope ton accent." Il ponctua sa phrase par un léger clin d'oeil, joueur. Il alluma ensuite sa deuxième cigarette de la soirée, les pensées du blond dérivant sur ce qu'Irmeli avait révélé il y a de cela quelques secondes. Enfin, ce n'était pas la grande révélation du siècle, il s'en doutait légèrement. Irmeli n'était certainement pas la plus féminine de toutes les femmes, ça c'était un fait, mais ça n'engageait rien mais de là à être ennuyée par l'idée même du sexe? Ça Noah ne comprenait pas. "How can sex bore you? Je veux dire, c'est impossible que tu ais tout fait… Je parierai plus sur le fait que tu n'es pas encore trouvé ce qui t'intéresse. Je veux dire ce n'est pas parce que tu es une femme que tu es obligée de te contenter d'un homme ou même du missionnaire je veux dire… j'espère que tu le sais ça quand même." Il avait ajouté la dernière partie de sa phrase légèrement concerné, relâchant dans le même temps un nuage de fumée.

_________________
[Seuls les administrateurs ont le droit de voir cette image]
And if you say run, I'll run with you
It's the little story of a guy I know, who had a dream, and fell in love. He got close to his dream, almost touched it, and he burnt his hands. And he got a woman and she died in his arms...



House Diesbach:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité

Invité

MessageSujet: Re: No rest for the wicked — Irmeli   Lun 11 Mai - 10:33

Apprendre au gosse à conduire en volant une voiture, ça s'était une idée brillante. Irmeli leva les yeux au ciel avant de hausser les épaules en signe d'accord. Qu'il fasse ce qu'il voulait, elle s'en lavait les mains. Du moment qu'elle avait pas à récupérer son gosse au poste de police... Quand à la pâtisserie gratuite dans la boutique en échange des deux réunions parents-profs, qu'est-ce qu'elle s'en fichait... il achetait bien assez de choses à côté.

_ Mon accent est pas si mauvais que ça, et tu le sais. Mais ok, je m'occupe de lui apprendre le reste. Par contre, si il finit un jour au poste, c'est toi qui t'y colles.

Parce que bon, Emrik quoi. Une fois qu'il aurait grandi, ils pouvaient s'attendre à ce que des crétins puritains appellent la police sous prétexte qu'il racolait lorsqu'il  s'habillerait en "fille". Si c'était le cas, certains clients risquaient de voir leurs desserts favoris disparaître de l'étalage. En tant pis pour le chiffre d'affaires. Ou alors, elle ferait mieux, elle embaucherait Emrik et ne lui donnerait aucun dress-code. Comme ça, elle pourrait recommencer à passer ses journées dans le laboratoire, et il pourrait tranquillement embêter les habitants de la ville.

Mais Seigneur... cette réponse de Diesbach. Pour le coup, Irmeli ne souriait plus, le poing crispé autour de son verre. Pour le coup, elle n'avait plus de raison de craindre la phase mélancolique, elle était trop en rogne pour ça. T'as pas trouvé la bonne personne. Tu préfères peut-être les femmes. Y'a plus que le missionnaire dans la vie. Il la prenait pour une idiote ou quoi ? Il pensait vraiment qu'Irmeli avait pas déjà envisagé tout ça et testé pour vérifier ? Qu'elle avait pas fait vérifier ses taux d'hormone pour s'assurer que c'était pas simplement un déséquilibre qui affectait sa libido ?  

La finlandaise haïssait ce genre de discours. Elle avait beau savoir que c'était la réaction habituelle des sexués, et y être en général préparée, elle devait admettre qu'elle était déçue de voir que Diesbach était aussi peu ouvert d'esprit que la plupart des gens sur ce point. Déçue, et irritée. Franchement, déjà que se faire faire la leçon était déplaisant, s'entendre dire que son orientation n'en est pas une était pire. Qu'est-ce qu'il en savait ? Il avait une libido, lui. En quoi le fait d'aimer le sexe impliquait le fait que tout le monde doive aimer ça ?

Elle n'avait même pas envie de répondre. Si elle ouvrait la bouche, elle serait impolie. Elle serait même cruelle, trop en colère pour retenir ses mots. C'était plus facile de garder le poing serré autour de son verre et de forcer son visage à se vider de toute expression. Moins douloureux, moins dangereux. C'était mieux que s'imaginer verser du laxatif ou utiliser des ingrédients de qualité légèrement inférieure dans les Forêts Noires, juste pour pouvoir faire souffrir Diesbach en retour. C'était un moyen de rester un peu plus longtemps, de laisser une chance à Diesbach de se rendre compte de ce qu'il venait de dire. Et si il ne s'en rendait pas compte ? Elle partirait, aussi simple que ça.

Hors de question qu'elle se laisse insulter. La seule chose qui la retenait de mettre un coup de poing à Diesbach, de lui mettre un coup de genou assez fort pour l'obliger à passer le reste de la nuit avec un sac de glace entre les jambes, c'était le fait qu'elle l'aimait bien.
Revenir en haut Aller en bas
  

avatar

Erre ici depuis : 20/07/2014
Âge : 28 ans
Missives : 920
Occupation : Ancien homme de main & homme à tout faire, facteur de Dödskalle
DC : Yngve l'amoureux des cadavres et Saria, l'amoureuse de la propreté.

Feuille de personnage
Dispo RP: Disponible
Son rêve: Il ne l'a pas encore fait, il est en ville depuis trois ans.
Relations:
MessageSujet: Re: No rest for the wicked — Irmeli   Mer 20 Mai - 20:17

Noah n'aurait pas dû aborder un sujet plus personnel. Il ne savait pas vraiment ce qui l'avait pris de commencer à s'aventurer sur cette pente glissante. Le blond n'était pas doué pour faire la conversation et dès qu'il s'agissait de faire des confessions, il s'enfonçait et ne savait plus vraiment quoi dire. Les mots lui manquaient et il était souvent obligé de repasser en allemand, trouvant rarement les notions qu'il voulait exprimer dans la langue de Shakespeare. Ce n'était pas un langage naturel pour lui, en vérité, le blond aurait dû parler en français, la langue qu'il connaissait le mieux. Sauf que les mauvais souvenirs étaient passés par là et que son père lui avait laissé un goût amer dans la bouche avec tous les coups qu'il lui avait porté. Aussi, Noah s'exprimait peu en français et il s'exprimait peu. Il était en revanche doué pour lire les gens et pas besoin d'être particulièrement doué pour comprendre que Irmeli était plutôt... remontée par les propos du blond. Ce dernier se maudit intérieurement. Elle avait raison d'être en colère contre lui à dire vrai. Ce n'était pas ses affaires, ce n'était pas son problème et encore moins son corps. Qui plus est que Noah ne jugeait jamais les gens mais non... Il ne voulait pas la juger ou lui conseiller de faire sauter et d'arrêter de faire sa mijaurée non. Il voulait juste s'assurer, comme un ami qu'elle avait bien considérer toutes ses options et qu'elle ne s'était pas contenté du baratin patriarchique et sexiste que l'on servait au femme. Oui, Noah avait plus que conscience de cette inégalité et il assumait pleinement son côté non hypocrite, s'il voulait envoyer quelqu'un sur les roses, hommes ou femmes, cela serait pareil. Pas de discrimination, aucun traitement de faveur. Irmeli n'avait sûrement pas ce luxe et on attendait sans doute d'elle qu'elle ponde des enfants en hochant la tête.

"Hey... Ne me regarde pas comme ça j'essayais juste d'aider." se sentit obligé de préciser Noah. Il avait mis les pieds dans le plat bien entendu. Il n'avait jamais su parler aux femmes qui lui plaisait un minimum alors avec une amie... C'était un tout nouveau parcours du combattant pour Noah. Il posa son verre et se passa une main dans les cheveux, à la recherche des bons mots cette fois-ci. Il s'éclaircit un peu la gorge et il prit lentement la parole, en français à présent, certain qu'elle n'aurait aucun mal à le suivre. "Peut être que je me suis mal exprimé. Tout ce que je veux dire c'est que... je sais ce que ça fait d'être dans une situation où tout le monde te dit que tu n'es pas normal ou que tu n'as vraiment essayé de faire quelque chose pour régler ton problème d'ordre physique. Je sais aussi ce que c'est de s'entendre dire que ce qu'on aime c'est des conneries." Lui-même avait été confronté à ce genre de problème mais dans le sens inverse. Il s'ennuyait au lit tout simplement, cela lui été arrivé à un moment dans sa jeunesse où Noah avait eu l'impression de ne pas avoir le contrôle le plus total et le plus absolu sur son propre corps. Cela l'avait rendu malade de se dire qu'en fait il n'y avait pas vraiment de règle ou de limite dans l'acte sexuel, chacun venait et prenait ce qu'il voulait et voilà... Non, Noah ne se plaisait pas vraiment dans ce genre de rencontre physique et il avait fini lui aussi par se dire qu'il y avait quelque chose qui clochait chez lui. On le lui avait dit, dit qu'il était malade, qu'il avait des penchés de cinglés et puis enfin, après maintes et maintes recherches, il avait fini par trouver ce qui était fait pour lui.

"Bref tout ça pour te dire que tu n'es pas un cas isolé c'est tout..." Noah haussa les épaules et il fixa pendant quelques secondes la bouteille vide. Il était décidément trop sobre pour avoir ce genre de conversation, ou alors pas assez s'il songeait sérieusement à raconter une partie de sa vie à Irmeli. Hmm.. L'allemand considéra la dernière option pendant une fraction de secondes avant de se raviser et de se caler contre le dossier de sa chaise. "Tu veux me filer une droite qu'on oublie cette histoire?" demanda alors très abruptement Noah. Ça ne serait pas la dernière gifle qu'il se prendrait alors autant proposer gentiment comme un ... homme. Pas vrai?

_________________
[Seuls les administrateurs ont le droit de voir cette image]
And if you say run, I'll run with you
It's the little story of a guy I know, who had a dream, and fell in love. He got close to his dream, almost touched it, and he burnt his hands. And he got a woman and she died in his arms...



House Diesbach:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: No rest for the wicked — Irmeli   

Revenir en haut Aller en bas
 

No rest for the wicked — Irmeli

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Oo-Supernatural-oO No Rest for the Wicked || Forum RPG
» [F] ▲ CHARLOTTE FREE - ain't no rest for the wicked
» Sloan H. Bernstein ▲ ain't no rest for the wicked
» Sloan H. Bernstein ▲ ain't no rest for the wicked
» (M) CHARLIE HUNNAM ○ no rest for the wicked.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: RPs abandonnés-