AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | .
 

 Out of my head, stuck in my heart...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
  

avatar

Erre ici depuis : 20/07/2014
Âge : 28 ans
Missives : 920
Occupation : Ancien homme de main & homme à tout faire, facteur de Dödskalle
DC : Yngve l'amoureux des cadavres et Saria, l'amoureuse de la propreté.

Feuille de personnage
Dispo RP: Disponible
Son rêve: Il ne l'a pas encore fait, il est en ville depuis trois ans.
Relations:
MessageSujet: Out of my head, stuck in my heart...   Sam 28 Fév - 13:46


Out of my head, stuck in my heart...


"Bon alors la mauvaise nouvelle…"

Noah avait beaucoup réfléchi alors qu'il était loin de Dödskalle. Le blond était rentré il y a à peine quelques jours de cela, reposant de nouveau ses valises dans la ville froide. Dans tous les sens du terme, malgré la nouvelle année, le moral de certaines personnes était toujours aussi bas et le froid secouait et remuait toute la Suède, pour la plus grande joie du Suisse. Noah était une créature de l'hiver, il était né dans les montagnes et chez lui, la poudreuse était synonyme de joie et de renouveau et de quelque chose de beaucoup plus doux que n'importe quel rayon de soleil. L'air froid qui rentrait dans ses poumons le réveillaient et ses yeux paraissaient encore plus bleus tandis qu'ils se posaient sur tout ce blanc, le facteur arpentant la ville serein, ses bottes aux pieds, plus qu'habitué à se déplacer ainsi.

Il avait passé les vacances loin de toute cette folie et de l'eau au goût infect. Il avait reçu une missive plus qu'étrange de sa grand mère et il avait acheté un billet d'avion pour Genève sans vraiment y penser. Ensuite il avait pris un bus et un train et enfin il avait beaucoup marché afin d'arriver dans le coin reculé dans lequel vivait la Diesbach. Il avait été accueilli par son chien, nouvelle acquisition et féroce au possible, l'animal avait montré les dents mais il avait vite reculé alors que Noah lui avait jeté un regard de la même intensité, ordonnant à la bête, en allemand, de s'éloigner. Ce simple contact avait fait qu'ils étaient rapidement devenus les meilleurs amis du monde et l'animal avait suivi Noah comme son ombre pendant son bref séjour. Sa grand mère n'avait pas cette force et elle s'était contentée de prendre son petit fils dans ses bras. Pas de signe de vie de Sören, ils l'avaient attendu mais rien. Noah n'était pas inquiet, en tout cas s'il l'était, il ne l'avait pas montré, il s'était occupé de la vieille femme du mieux qu'il le pouvait, avait promis de revenir bientôt et avait quitté la maison. Elle essayait mais ce n'était pas pareil, être en Suisse lui rappelait trop de mauvais souvenirs et s'il avait eu le courage, il serait aller sur la tombe de sa mère mais… Il n'en avait pas le courage.

Il préférait penser à Timothy.

Le pianiste avait occupé ses pensées pendant toutes les vacances, Noah était même passé le voir avant de disparaître, lui tendant son cadeau et lui souhaitant de joyeuses fêtes. Le présent était simple, juste une tasse pour boire le thé, dessus était dessiné des notes de musique et un piano. Noah l'avait vu au marché de Noël et il avait aussitôt pensé à Tim, c'était un cadeau utile avec une petite touche personnelle. Très efficace selon Noah. It's nothing really, I usually don't offer presents but I figure since it's you, I could make an effort. Please open it after I'm gone, I might actually be sad if you dont like it. Il avait dit ça de sa voix grave, avait déposé un baiser sur le front de Tim avant de lui dire au revoir. Au revoir pour quelques jours... C'était un mensonge de toute façon, pas d'au revoir avec Tim, dès que Noah fermait les yeux, il apercevait le pianiste et ses sourires dans son esprit et il se surprenait à sourire lui aussi, des expressions de Timothy. De ses questions lorsqu'ils regardaient tel ou tel film ou même de leur discussion passionnée sur la musique classique. Noah avait enfin révélé qu'il savait jouer du piano lui aussi et que non, il n'oserait jamais se livrer à l'exercice devant Tim. No way Carrington, don't want to mess up your instrument with those fingers, trust me, you keep playing and be perfect and we'll be just fine. Il avait souri dans l'appartement de Timothy, de plus en plus à l'aise sur le canapé.

Et maintenant qu'il était rentré, Noah avait cru bon de retourner la pareille. Timothy était chez lui, enfin, Noah lui avait rapidement fait visiter l'intérieur, à l'aise au possible dans sa propre maison. Noah tenait sa promesse et faisait en sorte que Timothy sente aussi bien. Ce n'était rien d'autre qu'une autre soirée à dîner ensemble et à regarder un film… Comme des amis. Noah n'avait pas relevé le fait que Timothy ne touche pratiquement pas à son assiette, il s'en fichait complètement, comme le fait qu'il avait presque fait la conversation pour deux. Il comprenait, c'était la première fois que Timothy était dans sa maison, il lui faudrait un certain temps d'adaptation. Noah agissait de la même manière que d'habitude, bien déterminé à lui montrer que tout ceci était normal. Il avait tout de même fait un effort pour le dessert et avait sorti un cheesecake de son frigo, un sourire sur le visage. "And before you ask, I've made it myself and I think it's pretty good." L'expression sur le visage de Timothy avait été suffisante et Noah avait ravalé ce qu'il avait envie de dire. Il avait envie de dire à l'autre homme qu'il était beau ainsi, il avait envie de lui parler de tous les baisers qu'il avait rêvé de lui donner et comment il n'avait fait que penser à lui ces derniers jours. Il était content de savoir que Tim était là, il pouvait fumer, boire un peu, déprimer quand il le souhaitait et prendre son téléphone et proposer quelque chose de simple à Tim et le retrouver. C'était simple. Mais Noah n'était pas un fan des déclarations, il n'avait donc rien dit, et avait proposé qu'ils aillent dans le canapé pour profiter de leur dessert et du film. Le seul écart qu'il s'était autorisé c'était de prendre Tim dans ses bras, jouant encore avec les cheveux de ce dernier alors qu'il mangeait, avec un air de pur contentement sur le visage, le coeur de Noah battant un peu trop vite dans sa poitrine. Il n'avait pas vraiment prêté attention au film, trop concentré sur Tim, il avait tourné la tête alors que le vent avait fait tremblé les volets de la maison et il avait froncé les sourcils… avant d'aller vérifier quelque chose. Noah avait relevé le store de la grande baie vitrée du salon qui donnait sur le jardin… seulement pour être confronté à de la neige. "Je crois que tu ne vas pas être en mesure de rentrer chez toi, mais c'est partiellement de ma faute, j'aurais dû m'en douter avec la tempête de neige et tout ça…" annonça t-il, avant de rebaisser le store.

Ils avaient été prévenus d'une éventuelle tempête, c'est vrai, Noah avait oublié ce léger détail en invitant Tim chez lui. Il se tourna de nouveau vers le pianiste, un air désolé sur le visage. "La bonne c'est que tu peux passer la nuit chez moi, ça ne me pose pas de problèmes, j'ai des couvertures en trop, des tonnes de chambres d'amis et à manger donc on a de quoi tenir si jamais la neige ne fond pas d'ici demain." Noah revint s'asseoir près de lui, se sentant idiot. "Encore désolé Tim."

_________________

And if you say run, I'll run with you
It's the little story of a guy I know, who had a dream, and fell in love. He got close to his dream, almost touched it, and he burnt his hands. And he got a woman and she died in his arms...



House Diesbach:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
  

avatar

Erre ici depuis : 20/07/2014
Âge : 27 ans
Missives : 940
Occupation : Pianiste & compositeur
DC : Emrik & Eija.

Feuille de personnage
Dispo RP: 4 sujets en cours - Occupé
Son rêve: N'a pas encore fait son rêve, est en ville depuis environ un an.
Relations:
MessageSujet: Re: Out of my head, stuck in my heart...   Mar 10 Mar - 20:29

Your gift is perfect. I love it. Thank you so much.

Timothy s’était trouvé ridicule en ouvrant le cadeau que Noah lui avait laissé juste avant de partir. Un peu plus et il se serait même surpris en train de serrer cette tasse tout contre lui comme s’il s’agissait là du plus précieux des trésors… Le pianiste n’était pas si loin que ça de la vérité, lui qui n’avait rien reçu pour Noël depuis qu’il avait quitté la demeure familiale peu après sa majorité. Et même lorsqu'il avait réussi à trouver la force de rentrer chez lui pendant les fêtes de fin d’année, il n'était pas parvenu à décrocher le moindre mot ou à goûter aux plats que sa mère lui avait préparé. Il n’était plus à sa place là-bas, ce n’était plus chez lui. Ça ne l’avait jamais vraiment été. Alors qu’ici, à Dödskalle, le monde semblait suffisamment affreux pour qu’il se sente enfin banal. Car dans le fond, c’était bien à l’horreur que Tim était habitué, et après tout ce qui s’était produit à la dernière réunion du maire, il avait fini par comprendre qu’il ne pouvait plus lutter contre sa nature profonde et qu’il faudrait bien qu’il finisse par avouer un jour qu’il ne méritait que l’enfer et rien de plus. Oui mais dans les bras de Noah, dans son sourire, ou même encore dans son regard, alors le reste du monde semblait se dissiper, et il savait qu’avec ce cadeau en sa possession, il pourrait immédiatement se souvenir de tous les bons moments passés avec lui à n’importe quel instant de la journée, chassant ainsi toutes les mauvaises pensées de son esprit. Il avait attendu que le grand blond soit effectivement sur les routes pour déchirer l’emballage de sa jolie tasse, et après avoir pris le temps de la contempler sous tous les angles, il avait rapidement saisi son téléphone pour lui envoyer un message afin de le remercier. Et puis ses joues avaient rougies de plus belles et l’anglais s’était alors mis en quête de trouver un cadeau digne de ce nom à l’allemand pour lui exprimer sa gratitude.

Sa réflexion dura des jours. Le soir de Noël, il y songeait encore tandis qu’il préparait un troisième cheesecake en sachant pertinemment qu’il ne parviendrait pas à tous les manger, mais tant pis. Pour la première fois depuis des décennies, Tim voulait mettre la table. Il avait même envie de pousser le vice et de poser la gamelle de Jerry à l’autre bout du meuble pour qu’ils puissent diner en tête à tête. Il était pourtant loin d’être sot et il se refusa à accorder ce genre de plaisir à son animal de compagnie, jugeant que ce dernier prendrait bien vite l’habitude d’en faire de même à tous les repas quand il serait enfin en âge de pouvoir grimper partout. Tim avait donc sorti quelques bougies du placard mural qui se trouvait dans l’entrée qui donnait directement dans son salon, avait pris la peine de nettoyer le beau service que les locataires précédents avaient laissé derrière eux pour pouvoir dresser une table digne de ce nom, la décorant à l’aide de guirlandes et autres objets farfelus faits maison. Il avait fini par s’asseoir à sa place habituelle, n’ayant que l’embarras du choix entre trois desserts complètement identiques et divers infusions de thé qu’il boirait dans la tasse que Noah lui avait offerte, surpris de devoir se relever presque aussitôt lorsqu'on sonna à sa porte. C’était Emrik, un gamin qu’il avait vu trainer en ville à de maintes reprises mais auquel il n’avait jamais adressé la parole par le passé. Il cherchait un toit et de quoi se nourrir avant de repartir affronter le froid de la ville, et même si Tim n’aurait pas eu le cran de l’inviter à se joindre à lui avant ce Noël-là, il le laissa entrer chez lui, s’installer à sa table pour le voir dévorer une quantité astronomique du seul dessert qu’il avait préparé, et même dormir sur son canapé. Ils avaient discuté longuement avant de se trouver un sujet de discussion commun qu’ils jugeaient particulièrement passionnants et sur lequel ils ne tarissaient pas. Noah.

Alors lorsque le grand blond était finalement rentré et qu’il avait invité Timothy à diner chez lui pour lui rendre la pareille et pour lui faire découvrir sa demeure, le pianiste était venu avec un DVD d’un grand classique d’Hitchcock. « I know you’ve probably seen it a thousand times already but it says there’s a making of and a bunch of stuff, I don’t know I thought it was probably worth it. Still not going to watch it with you though, it looks pretty scary. » Et ils n’auraient définitivement pas besoin de ça pour frissonner ce soir-là, à en juger par les bourrasques de vent qui venaient frapper les vitres et qui ne manquaient pas de faire sursauter Tim tandis qu’il essayait tant bien que mal de savourer sa part de cheesecake dans les bras de Noah, assis confortablement devant un des rares films qu’il était capable de regarder jusqu’à la fin. Le musicien était bien moins bavard que lorsqu’ils se retrouvaient chez lui, mais ce n’était qu’une question de temps et il savait qu’il se sentirait bientôt suffisamment à l’aise dans la maison de Noah pour repasser un peu plus souvent. Sauf si la météo se montrait toujours aussi capricieuse, peu favorable à l’idée de laisser Tim regagner son appartement… Le facteur releva le store de la baie vitrée du salon pour constater l’entendue des dégâts. La neige les avait fait prisonniers et le coeur de Tim ne fit qu’un bon dans sa poitrine, le pianiste ne remarquant même pas qu’il s’était précipitamment hissé sur ses deux jambes comme si cela pourrait changer quelque chose à leur problème.  « Mais… »

Mais quoi ? Plus un son ne semblait pouvoir lui échapper et le jeune homme resta ainsi, interdit, presque tremblant d’effroi, les yeux rivés sur Noah comme si tout son monde venait littéralement de s’écrouler autour de lui. Les mains presque tremblantes, il avait passé ses doigts entre ses boucles blondes, désemparé. Les secondes s’écoulaient lentement tandis que Tim se mettait à faire les cent pas, refaisant le cours de sa soirée dans son esprit, cherchant à se souvenir de chacun des gestes qu’il avait fait avant d’arriver ici. « Mais… Et Jerry ? Mais… Mon chat ? Et s’il arrive quelque chose à Jerry ? Peut-être qu’il a peur ? Peut-être qu’il croit que je l’ai abandonné là-bas. Mon dieu, il va croire que je ne vais jamais revenir… Mon Jerry, mon pauvre Jerry… » Est-ce qu’il avait déjà évoqué l’existence du chaton auprès de Noah ? Bien sûr que oui. Sans arrêt, sans relâche, lui racontant les aventures de l’animal dans les moindres détails, Tim ne se lassant jamais de pouvoir faire part de l’espièglerie de la minuscule boule de poils que Sanja lui avait offerte, seulement pour s’excuser par la suite, confus et gêné d’avoir été aussi bavard et d’avoir ennuyé l’allemand avec ses récits sans grand intérêt. « Je lui ai laissé de quoi manger pour une nuit au moins mais… Il va s’en sortir tu crois ? » Timothy finit par se rasseoir, presque abattu par tous les scénarios insoutenables qui se dessinaient dans son esprit. « Pardon je t’embête encore avec ce chat. Je suis content de rester, mais je… Je m’inquiète juste un peu… » Oui, vraiment, juste un tout petit peu.

_________________

Tim & Jerry
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://potterbird.livejournal.com
  

avatar

Erre ici depuis : 20/07/2014
Âge : 28 ans
Missives : 920
Occupation : Ancien homme de main & homme à tout faire, facteur de Dödskalle
DC : Yngve l'amoureux des cadavres et Saria, l'amoureuse de la propreté.

Feuille de personnage
Dispo RP: Disponible
Son rêve: Il ne l'a pas encore fait, il est en ville depuis trois ans.
Relations:
MessageSujet: Re: Out of my head, stuck in my heart...   Mer 25 Mar - 20:38

Même Noah qui était une créature du froid par nature devait admettre que toute cette neige avait un côté… dérangeant. Était-ce la blancheur immaculée? Le fait qu'il y en avait trop ou juste cette atmosphère grisante et pesante? Il ne savait pas mais le malaise était là, sous jacent, presque contre sa peau, à gratter et à tenter de se frayer un chemin jusqu'à son crâne. Là où le mal pouvait vraiment être létal et que la peur pouvait prendre naissance. Noah avait vite baissé le store, il n'avait pas besoin de ce genre de vision peu rassurante. Non, pour lui la neige c'était les montagnes, c'était les moments de jeu de son enfance, quelque chose de sacré … quasi-sacré quand on y pensait bien. Il se tourna vers Tim, perplexe, désolé et il eut un maigre sourire face à la réaction du pianiste. C'était surement sa première tempête de neige et Dödskalle avait décidé de sortir le grand jeu. Noah aurait dû lui faire remarquer que les gens d'ici étaient plus qu'habitués et qu'en cas de blocage de quelques jours, l'habitant lambda avait souvent un bon stock de boites de conserve et de couvertures. Et puis, c'était peut être complètement égoïste mais il préférait savoir Tim ici que… tout seul dans son appartement. L'esprit du grand blond dériva vers Emrik et Noah fronça les sourcils. Le gamin avait de la ressource et avec un peu de bon sens il avait dû chercher un abris dès la première rafale de vent. Noah était novice en la matière mais il s'agissait tout de même de la ville d'Emrik.

Tim se mit à faire les cents pas et Noah le suivit du regard, attendant le vrai moment de panique de l'autre blond. L'inquiétude monta en effet, mais c'était à propos d'autre chose, à propos de son chat. Tim en avait déjà parlé à Noah, un peu trop même, mais le suisse s'était contenté d'un demi-sourire et il avait écouté Tim bafouiller et s'excuser sur la boule de poil. Il hocha la tête et se rapprocha du pianiste, entrant dans le champ de vision de ce dernier. "Si tu lui as laissé à manger, il ne devrait pas y avoir de problèmes. Les animaux qui voient souvent le froid ont l'habitude et puis dans le pire des cas je suis certain qu'il trouvera la réserve de nourriture tout seul comme un grand."  Noah avait dit cela sur un ton assez ferme, histoire de montrer à Tim la véracité de ses propos. Il ne faisait réellement aucun doute pour le chat, quelques jours sans nourriture ne seraient pas fatals et puis, si Jerry était malin, il savait très bien quel chemin Tim empruntait tout les jours pour le nourrir. Désireux de rassurer l'autre blond, Noah prit sur lui et délicatement, il posa ses paumes sur celles de Tim. Noah était toujours à la recherche d'un peu de contact physique, que ce soit une simple étreinte ou quelque chose d'un peu plus passionné, mais là c'était différent. Il sentait que Tim était tout froid contre lui et il ne put s'empêcher de frotter ces mains talentueuses, il observa les longs doigts fins pendant quelques secondes avant de relever la tête."Tout va bien se passer Tim, okay?"

Noah se pencha et déposa un léger baiser sur le front du pianiste. Décidément trop froid se dit le blond, il ne savait pas vraiment d'où lui venait cette soudaine pulsion de réchauffer Tim à tout prix mais… Il voulait le garder tout contre lui le temps que tout ce calme au dehors, tout simplement."Déjà je vais aller augmenter le chauffage et te préparer une chambre d'amis et aussi sortir une dizaine de couvertures…" Timothy était tellement maigre, Noah avait peur que tout ceci l'atteigne vraiment et… s'il tombait malade? Non, Noah ne se le pardonnerait jamais. Sans même s'en rendre compte, ses mains avaient dérivé dans le bas du dos de Tim qu'il caressait tout doucement, toujours dans le but de faire en sorte qu'il soit bien. Oui, Noah ne pouvait pas savoir Tim autrement qu'heureux et avec un sourire aux lèvres. C'était là, cette envie, ce besoin. Depuis quand est-ce que Tim était devenu aussi important? Il l'ignorait lui-même mais les faits étaient là.  "On pourra rester sur le canapé, regarder la télé et zapper un peu jusque ça se calme. Jerry est sécurité et nous sommes en sécurité, tout va bien se passer Tim." Un autre baiser sur le front de ce dernier plus tard, Noah baissa le regard, soudainement inquiet de la tenue du pianiste.  "Je crois que je dois avoir des vêtements plus chaud que ça pour toi.. Come on I didn't get to show you all the rooms anyway. It's safe here Tim I swear."

_________________

And if you say run, I'll run with you
It's the little story of a guy I know, who had a dream, and fell in love. He got close to his dream, almost touched it, and he burnt his hands. And he got a woman and she died in his arms...



House Diesbach:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
  

avatar

Erre ici depuis : 20/07/2014
Âge : 27 ans
Missives : 940
Occupation : Pianiste & compositeur
DC : Emrik & Eija.

Feuille de personnage
Dispo RP: 4 sujets en cours - Occupé
Son rêve: N'a pas encore fait son rêve, est en ville depuis environ un an.
Relations:
MessageSujet: Re: Out of my head, stuck in my heart...   Mer 15 Avr - 13:14

Se concentrer sur les mots de Noah. Oui, quoi qu’il arrive, rester concentré sur les propos du grand blond, comme pour se détacher du reste et s’ancrer dans la réalité en se perdant dans la voix de Noah. Tim savait très bien qu’il se mettait tout seul dans des états pareils et qu’il ne pouvait s’en vouloir qu’à lui-même, mais chaque soupir était un peu plus douloureux que le précédent dès qu’il avait l’occasion de constater qu’il fonctionnait d’une manière tellement bancale qu’il finissait par être le premier à en souffrir. Que pouvait-il dire ? Il avait appris à faire avec et quand l’allemand n’était pas là, il savait exactement comment agir pour tenter de maintenir sa tête hors de l’eau assez longtemps pour ne pas asphyxier. Oui, il suffisait qu’il s'isole quelque part, loin de tout et du reste du monde, recroquevillé sous ses draps, là où même la lumière ne réussirait pas à l’atteindre. C’était plus simple comme ça. Pas seulement pour les autres mais surtout pour lui, parce qu’il se rendait compte qu’il parvenait à rester immobile et silencieux pendant des heures durant, qu’il réussissait à disparaitre alors qu’il était toujours bel et bien là, son coeur continuant machinalement de battre. C’était bête oui, c’était extrêmement stupide et il en avait bien conscience. Après tout ce n’était que de la neige. Après tout ce n’était qu’un chat et Tim n’avait sans doute aucune raison de réagir de cette façon. Mais Jerry était innocemment venu gratter à sa porte quand le musicien n’avait plus la force ni l’envie de mettre un pied devant l’autre, il s’était faufilé entre ses draps pour venir coller sa truffe froide et humide contre le nez de Tim, il l’avait réveillé au beau milieu de la nuit en jouant avec ses boucles blondes qui rebondissaient à chaque coup de patte que l’animal donnait. Jerry était certes une simple boule de poils, mais il avait réussi à rappeler au pianiste qu’il avait de l’importance, qu’il était apprécié et peut-être même nécessaire au bonheur d’un autre être.

Timothy prit une grande inspiration, ne prêtant pas vraiment attention aux mains de Noah contre les siennes, ne revenant à lui-même que lorsque les lèvres du facteur se posèrent sur son front. Tout irait bien, tout irait pour le mieux et Jerry serait en pleine forme quand il le retrouverait une fois que toute cette neige aurait enfin disparu. Mais dans combien de temps seulement ? Le tout n’était pas qu’elle se contente d’arrêter de tomber, il fallait aussi qu’elle fonde et que les trottoirs soient suffisamment dégagés pour que Tim puisse regagner son appartement sans pour autant avoir l’impression de partir en expédition au Pôle Nord. Et le froid avait sans doute réussi à s’infiltrer dans la maison, car déjà le pianiste tremblait, son corps frêle parcouru d’un frisson qu’il sembla transmettre au grand blond qui se tenait à ses côtés, ce dernier déclarant qu’il allait se charger d’augmenter le chauffage et d’aller leur chercher des couvertures. Tim esquissa un sourire, reconnaissant de l’attention que l’allemand lui portait, incapable néanmoins de prononcer le moindre mot. Pour l’instant, il se contentait de se répéter en boucle que rien ne pourrait leur arriver, ni à eux, ni à son pauvre chaton qu’il avait laissé tout seul chez lui et qui devait certainement miauler devant la porte en espérant que son maître l’entendrait et serait bientôt de retour… Non, il fallait qu’il chasse cette pensée de son esprit et qu’il se concentre sur la voix de Noah et rien d’autre. Juste sa voix, ses mains, ses bras au creux desquels il avait terriblement envie de se blottir pour ne plus bouger et faire comme s’il disparaissait à nouveau. Un autre baiser sur son front et le Diesbach voulait partir en quête de couches supplémentaires à mettre sur les épaules de Tim et profiter de l’occasion pour lui faire visiter la maison. Oui, voilà. Se distraire, oublier un peu les angoisses qui commençaient à le ronger de toute part et rester au chaud, à l’abris dans un pull trois fois trop grand pour lui.

Pour toute réponse, Timothy hocha la tête, sa main trouvant instinctivement celle de Noah pour glisser la sienne contre sa paume, ses doigts caressant doucement ceux de l’autre homme avant de s’entrelacer autour d’eux. « Or I can wait here for now and you can show me the rooms later ? » Il rougit, la tête légèrement inclinée vers l’avant, presque gêné de donner son avis par peur de décevoir Noah. « And we don’t have to watch TV I mean… We could… stay here with a blanket or two and maybe we could… Talk ? » Ses joues s’embrasèrent à nouveau, le pianiste réalisant parfaitement que ce qu’il demandait ne lui ressemblait pas le moins du monde. Mais plus que jamais, il voulait oublier ce qu’il se passait au dehors et rester concentré sur le plus important. La voix de Noah.

_________________

Tim & Jerry
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://potterbird.livejournal.com
  

avatar

Erre ici depuis : 20/07/2014
Âge : 28 ans
Missives : 920
Occupation : Ancien homme de main & homme à tout faire, facteur de Dödskalle
DC : Yngve l'amoureux des cadavres et Saria, l'amoureuse de la propreté.

Feuille de personnage
Dispo RP: Disponible
Son rêve: Il ne l'a pas encore fait, il est en ville depuis trois ans.
Relations:
MessageSujet: Re: Out of my head, stuck in my heart...   Dim 26 Avr - 20:24

Safe. Il y a des années, Noah ne se serait jamais décrit avec un tel adjectif. Tout comme il aurait dit à Timothy de l'éviter mais il n'avait pas envie que le pianiste parte et il voulait tout faire pour que ce dernier trouve ses marques dans la grande maison de Keir. Noah faisait de son mieux pour mettre la tempête au second plan et se concentrer sur Timothy. Les choses avaient bien changé depuis leur première rencontre il y a quelques mois de cela, désormais, Noah pouvait lui tenir les mains sans craindre que le pianiste recule ou ne prenne la fuite. C'était déjà une grosse avancée, pour Tim comme pour Noah. Noah avait également admis qu'il voulait Timothy, dans sa vie, de façon permanente et définitivement pas comme un ami. Il pensait rarement aux hommes de cette façon-là, mais ce n'était pas vraiment le genre de Noah de paniquer ou de s'affoler. Timothy n'était pas juste un homme, c'était un être humain, un musicien très doué, un grand timide, un amateur de cheesecake et une personne qui avait beaucoup de choses à dire lorsqu'il se décidait à prendre la parole. Le fait qu'il avait la même chose que Noah entre les jambes ne changeait strictement rien, pas vrai? Noah avait rêvé d'avoir Timothy pour lui toute une nuit, contre lui, dans ses bras, tandis qu'il lui racontait l'histoire la plus stupide du monde et qu'il jouait avec ses boucles blondes. Ce n'était vraiment pas les conditions idéales mais... Il pouvait improviser, n'est-ce pas?

Il baissa le regard tandis que Timothy s'emparait de sa main, relevant la tête avec l'ombre d'un sourire afin d'écouter la proposition du pianiste. Noah hocha aussitôt la tête, réfreinant une envie de prendre l'autre blond vraiment dans ses bras. "That sounds nice. I'll be right back okay?" Comme pour le prouver, il se pencha pour déposer un autre léger baiser sur la joue gauche du Timothy. Il lança un clin d'oeil au pianiste avant de grimper les escaliers quatre à quatre. Noah ne put s'empêcher de pousser la porte de la chambre d'Emrik histoire de vérifier mais non... Personne. Emrik était probablement avec Irmeli, il n'était pas stupide au point de rester tout seul par ce temps. Okay, se dit Noah avant d'aller augmenter le chauffage. Quelques degrés supplémentaires semblaient de rigueur. Noah se dirigea ensuite vers sa propre chambre, il ouvrit un placard et s'empara de ses couvertures de secours, un pull et des coussins. Il sortit de la pièce, avant de faire demi-tour et de se charger davantage les bras en ajoutant les quelques livres qui traînaient sur sa table de chevet. Il redescendit ensuite les escaliers, rejoignant Tim dans le salon. Il déposa tout ce qu'il avait emmené sur le canapé avant de commencer à  disposer couverture et coussin sur le sol. Il fit signe au pianiste de venir le rejoindre avant de lui tendre un de ses propres pulls.

"Here's a sweater I insist you should wear it." Noah adressa un sourire à Timothy, un peu perdu par sa propre intiative. Hmm... Par où commencer? L'allemand alla s'asseoir en tailleurs contre les couvertures, invitant Timothy à faire de même. Son regard se posa sur les lèvres puis sur Timothy et il ouvrit les deux mains dans un geste éloquent. "So... that's it I guess... And here are the blankets and I'm not great at making up stories or small talk... so I just brought these." ajouta t-il en pointant les quelques ouvrages de son index. Parler était un exercice difficile pour Noah aussi, Tim et lui semblaient souvent ne pas avoir besoin de mots et il en était content mais c'était juste pour quelques heures. Ils n'avaient jamais passé toute une soirée ensemble.  "My cousin used to read me a lot when I was a kid, I think he was trying to help me you know, back then when I didn't talk." Noah marqua une pause, pas du tout gêné par le fait de révéler ce genre d'informations. Timothy ne poserait pas de questions pressantes ou gênantes, il en était certain, et puis ça ne coûtait rien de se confier un peu. Il n'était pas question de déballer toute sa vie là. C'était le genre d'intimité et de secret que Noah pouvait tolérer.  "... But let's talk about something else okay? What about your music, is the writing going okay? I have some old partitions upstairs and Keir's old piano in the attic, I don't know if you want to give it a go." Noah haussa très nonchalamment les épaules avant que ses mains ne se posent sur Timothy, encore une fois.

"Sure you're not too cold?"

_________________

And if you say run, I'll run with you
It's the little story of a guy I know, who had a dream, and fell in love. He got close to his dream, almost touched it, and he burnt his hands. And he got a woman and she died in his arms...



House Diesbach:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
  

avatar

Erre ici depuis : 20/07/2014
Âge : 27 ans
Missives : 940
Occupation : Pianiste & compositeur
DC : Emrik & Eija.

Feuille de personnage
Dispo RP: 4 sujets en cours - Occupé
Son rêve: N'a pas encore fait son rêve, est en ville depuis environ un an.
Relations:
MessageSujet: Re: Out of my head, stuck in my heart...   Mer 6 Mai - 4:35

Tim saisit le pull que Noah lui tendait, un léger sourire se dessinant lentement sur ses lèvres fines. Lui qui n’avait que la peau sur les os d’ordinaire aurait une couche supplémentaire à se mettre sur les épaules, et à en juger par la taille du vêtement, il pourrait très largement s’y blottir avec un autre homme tout aussi maigre que lui. Amusé par cette vision, les lèvres du pianiste s’étirèrent encore davantage, et impatient de voir à quel point il allait pouvoir nager dans cet habit molletonné, il s’empressa de l’enfiler, constatant rapidement que les manches se terminaient au niveau de ses premières phalanges et que le col de ce pull dévoilait largement une de ses épaules. Se mettant à l’aise, Timothy ne pu retenir un ricanement tandis qu’il tirait sur le bout de tissu pour tenter de faire en sorte qu’il soit le plus confortable possible, relevant la tête un instant plus tard pour se donner véritablement le temps de découvrir l’installation de Noah cette fois-ci. Des coussins, des couvertures, des livres… Puis le grand blond, juste là, au creux de cette bulle dans laquelle ils seraient contraints de rester quelques heures, voire même plusieurs jours. Le musicien finit par se demander s’il s’agissait vraiment d’une mauvaise chose, mais il se corrigea bien vite, songeant qu’il ne pouvait se permettre de penser de la sorte quand son pauvre chat était resté enfermé seul dans son appartement. Mais il n’y avait pas de quoi s’inquiéter. Non vraiment, il l’avait bien compris, ce n’était pas utile pour le moment, et de toute façon il ne pouvait rien faire dans l’état actuel des choses ; à part apprécier cette soirée en compagnie de Noah.

Rejoignant ce dernier rapidement près des couvertures, Timothy s’assit à son tour, faisant de son mieux pour se couvrir au maximum, un léger frisson le parcourant alors qu’il se mettait à l’aise. Instinctivement, il était venu se mettre près de Noah, le plus près possible en vérité, cherchant la chaleur où elle se trouvait, se résignant tout de même à ne pas monopoliser les bras du facteur par peur qu’il fut agacé de devoir le tenir contre lui. Le plus jeune jeta un rapide coup d’oeil aux ouvrages que Noah avait ramené, gratifiant l’attention d’un regard enjoué et d’un sourire tout aussi rayonnant. Il n’y avait pas à dire, l’allemand faisait tout pour s’assurer que Tim se sentait bien en sécurité, et s’il avait osé, ce dernier se serait sûrement permis de prendre les mains du grand blond pour le rassurer à son tour et lui dire qu’il ne s’était jamais senti aussi bien. Mais ses pensées s’évadaient à nouveau, le musicien buvant les paroles de Noah comme s’il s’agissait là d’une mélodie inconnue et particulièrement harmonieuse. Un jour, il faudrait que Tim s’attarde sur les notes que créaient les intonations du jeune homme, mais pas aujourd’hui, pas maintenant, encore moins quand celui-ci lui faisait part de quelques souvenirs d’enfance. Il ne fut pas surpris d’apprendre que Noah n’avait pas parlé pendant un certain temps, et même si cela lui permettait de comprendre pour quelle raison l’allemand avait toujours été patient avec lui, Tim préféra se concentrer sur les informations qui lui paraissaient les plus importantes. Lui aussi avait sûrement eu une bonne raison de se taire, de ne pas offrir ses paroles au reste du monde et le musicien se fichait de savoir pourquoi ; il aurait détesté qu’on lui pose ce genre de question à lui aussi, alors il s’imagina simplement la scène, songeant au petit Noah et à quoi il avait bien pu ressembler. Oh, s’ils s’étaient rencontré à l’époque, Tim aurait sûrement été le plus bavard et il aurait pris son petit camarade par la main pour l’emmener dans son jardin et s’allonger dans l’herbe à ses côtés, faisant la conversation pour deux, lui parlant du ciel, lui confiant tous ses secrets, roulant parfois dans le gazon pour chuchoter qu’il avait un cadeau à lui offrir.

Et puis Noah avait grandit, il était devenu cet homme imposant et fort parce qu’il n’avait pas eu d’autre choix que de se reconstruire après qu’on l’ait brisé. Tim en revanche avait été détruit après avoir eu la chance de gouter au bonheur, réduit à vivre dans le même corps maigre et fragile à tout jamais, destiné à courir après l’innocence que la nuit était venue lui arracher de force. Est-ce qu’il enviait les muscles de Noah ? Non, pas vraiment. Il n’aurait pas su quoi en faire et il savait très bien qu’il ne s’agissait pas d’une armure miraculeuse qui faisait fuir la mélancolie et le malheur… Mais peut-être que Timothy aurait du répondre à ce moment-là, ne serait-ce que pour prononcer une parole rassurante sans doute ? Il ne savait pourtant pas quoi dire pour ne pas paraitre intrusif, et de toute façon, Noah reprenait déjà la parole, lui posant des questions, évoquant le piano qui reposait au grenier et s’assurant une fois de plus que Tim n’avait pas froid. Le tout fit sourire l'intéressé de plus belle, sa tête faisant rapidement signe qu’il n’avait définitivement besoin de rien. « I’m okay, I swear. » Sa voix était calme, posée, presque détendue ; ce n’était pas un ton qu’il employait souvent, pour ne pas dire qu’il était rare de l’entendre s’exprimer de la sorte. Un peu comme si son sourire se mettait à chanter, teintant ses mots de jolies notes. « I’m composing from time to time… And I’d be glad to play… Some day ? » Timothy haussa les épaules, un peu gêné, tirant sur le col de son pull trop grand pour lui et se dandinant sur place. « I’ve never played in front of anyone I know… I wouldn’t want to mess it up and start shaking or something. » Ses joues se couvrirent d’un léger voile rose, les secondes fuyant rapidement les deux hommes tandis que Timothy baissait la tête, le silence s’installant doucement entre eux. « I… My… » Le pianiste s’éclaircit la gorge, faisant tout son possible pour avoir une discussion des plus normales. « My dad got me my first piano when I was a kid. It was one of those electronic keyboards actually. I played for days when I got it, just to learn the notes by heart first. And then I guess I just… Never stopped ? It helped too… When I stopped talking I mean. I used to think my dad could still hear me when I was playing. » Il avait sentit sa gorge se resserrer et avait aussitôt reprit une grande inspiration, relevant la tête, priant pour ne pas que sa peine se lise dans son regard. « Anyway, I kept that keyboard. I still have it, even though it sounds terrible now. » Un sourire de plus. Un léger rire, sans doute pour masquer l’émotion dans sa voix.

« God I’m sorry, I swear I didn’t want to talk that much. » Mais ce n’était pas comme d’habitude. Non, Tim ne se cachait pas derrière une montagne d'excuses, il ne cherchait pas à se faire le plus discret possible, il ne fuyait pas le regard de Noah. Il ricanait simplement, une main posée sur sa bouche pour traduire sa surprise, comme s’il s’étonnait du miracle qui venait de se produire. Lui qui n’avait jamais mentionné son père de vive voix depuis qu’il avait disparu l’avait évoqué au cours d’une conversation et il ne le regrettait même pas. Pas le moins du monde. Il pouvait s’excuser d’en dire trop, de monopoliser l’attention, mais pas d’avoir hérité de tous ces moments que son père lui avait offert sans même être auprès de lui. Il ne pouvait pas s’en vouloir de s’en être sorti de cette manière. « I’m fine. » Le répétant pour Noah plutôt que pour lui, il voulait prouver qu'il n'était pas soudainement submergé par l'émotion. Puis, se rapprochant encore davantage du grand blond, Tim se blottit contre lui, une de ses mains trouvant rapidement son torse pour venir s’y poser, ses lèvres s’attardant un instant sur la joue de l’allemand. « I’m glad I'm here with you. I... I really am. »

_________________

Tim & Jerry
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://potterbird.livejournal.com
  

avatar

Erre ici depuis : 20/07/2014
Âge : 28 ans
Missives : 920
Occupation : Ancien homme de main & homme à tout faire, facteur de Dödskalle
DC : Yngve l'amoureux des cadavres et Saria, l'amoureuse de la propreté.

Feuille de personnage
Dispo RP: Disponible
Son rêve: Il ne l'a pas encore fait, il est en ville depuis trois ans.
Relations:
MessageSujet: Re: Out of my head, stuck in my heart...   Dim 17 Mai - 13:31

À une époque, une soirée telle que celle-ci aurait sûrement terrifié Noah. Pourquoi se retrouver tout seul avec un homme qui n'était pas de sa famille et avec qui il n'avait donc aucun lien de parenté direct ? Ce n'était pas comme Sören qui le connaissait par cœur ou Keir qui savait ce que chacun de ses silences voulait dire. C'était complètement différent et Noah réalisait peu à peu qu'il n'avait aucun moyen de se protéger et que comme avec Emrik, il était impliqué. Très impliqué dans son amitié avec Timothy. Il le réalisait soudainement alors que le pianiste venait s'asseoir à ses côtés, pas du tout dérangé par l'initiative du Suisse ou même le fait qu'il lui suggère de s'allonger à même le sol. Noah passa du temps sur ce parquet confortable alors autant en profiter pour garder un bon souvenir pas vrai ? Le blond poussa ses cheveux qui lui masquaient la vue tandis que Tim parlait et il esquissa alors un sourire en imaginant une version plus jeune de Tim, avec deux fois plus de cheveux bouclés, assis devant un piano, un franc sourire sur les lèvres en découvrant tous les sons que l'instrument avait à offrir.

Timothy semblait avoir eu une partie de son enfance dès plus normale, juste avant qu'on lui enlève son père. Noah n'avait pas besoin de poser davantage de questions pour savoir que tout ce qui avait suivi la mort du père du Carrington l'avait fait être de cette façon. C'était dans sa façon de se tenir, dans le sourire qu'il esquissait en capturant de nouveau le souvenir et la douceur dans ce visage... Ce n'était définitivement pas l'homme effrayé avec qui il avait déjeuné il y a quelques mois de cela non. "Never apologize for talking, I don't mind and it's nice either way so yeah..." Noah offrit un léger sourire à Tim à son tour, haussant négligemment les épaules, signe plus qu'évident que cela ne le dérangeait pas. Le film avait juste été une excuse pour se cacher, il avait toujours des millions de questions pour Timothy. Juste histoire d'en apprendre plus pour lui, de savoir ce qui le faisait sourire, ce qui le rendait triste ou même encore ce qui le mettait en colère. Noah attrapa distraitement un des livres, à la recherche de quelque chose à dire, il corna une des pages d'un des ouvrages alors qu'il reprenait la parole. "I'm glad you're here too, this is like really nothing, you should see the place where I grew up. Small village in the mountains, you had to take the bus to go everywhere and some people were lucky enough to own a car. We didn't." Noah était prudent avec la façon dont il racontait ses propres souvenirs, marquant des pauses de temps à autres. La dernière chose qu'il voulait, c'était voir une once de pitié dans l'expression de Tim, non, il ne le supporterait pas. Noah avait bien quelques souvenirs, quelques bons jours dans la pénombre. "It was just me, my dad and my mother." ajouta t-il, pensif.Noah n'aurait jamais reçu d'instrument, non, c'était sa grand-mère qui avait insisté pour qu'il apprenne à jouer, histoire de détendre l'atmosphère et de lui rappeler l'époque où son Siegfried était encore en vie. Un autre souvenir triste.

"We spoke french because my dad were and he didn't want to learn a new language I guess. But my mum taught me german anyway." Cela eut le don de faire sourire Noah et il tourna la tête vers Tim, toujours aussi proche de lui. "Ich mag Deutsch." Lança-t-il négligemment histoire de frimer. Noah se traita mentalement d'idiot et il eut un léger rire, le genre de rire qui ne s'était pas échappé des lèvres de Noah depuis longtemps à présent. Il se perdit un instant dans les yeux de Tim et presque sans rendre compte, il passa une nouvelle fois une main dans la chevelure de Tim. Un millier de choses traversait l'esprit du blond en ce moment, il fit par se rasseoir correctement, son dos contre le canapé. "Anyway too bad I didn't think about getting some wood for the chimney this morning, a fire would have been nice, and also marshmallows. Emrik would have freaked out we did this without him but hey... his loss." Noah fixa une nouvelle fois Tim qui se blottissait déjà au creux de ses bras une main sur son torse. Noah avait le cœur qui battait soudainement plus vite et une de ses mains se posa sur celle de Tim, caressant lentement les doigts du pianiste. Le geste n'était pas complètement innocent non, il était long et Noah traça lentement chacun des doigts de Timothy avec son propre geste. Ce n'était rien comme contact, mais pourtant il sentait que c'était la chose la plus importante de la soirée. Aussi une fois l'opération terminée, sa main trouva le menton de Tim qu'il redressa pour que leurs yeux se rencontrent. "Tim... You can say no but I've been meaning to ask that for a very long time..." Le blond marqua une pause, ses yeux bleus dans ce deux Timothy, la gorge sèche à présent. C'était bien la première fois depuis longtemps que Noah avait envie d'embrasser quelqu'un. À ce point en tout cas. Mais il avait besoin de savoir ce qui se passerait une fois que leurs lèvres se rencontreraient. Il en avait besoin.

"Can I kiss you?"

_________________

And if you say run, I'll run with you
It's the little story of a guy I know, who had a dream, and fell in love. He got close to his dream, almost touched it, and he burnt his hands. And he got a woman and she died in his arms...



House Diesbach:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
  

avatar

Erre ici depuis : 20/07/2014
Âge : 27 ans
Missives : 940
Occupation : Pianiste & compositeur
DC : Emrik & Eija.

Feuille de personnage
Dispo RP: 4 sujets en cours - Occupé
Son rêve: N'a pas encore fait son rêve, est en ville depuis environ un an.
Relations:
MessageSujet: Re: Out of my head, stuck in my heart...   Ven 29 Mai - 4:02

Tim rougit.

Oh pourtant, il avait prêté attention aux récits de Noah, l’observant sans un mot et l’écoutant avec le plus grand intérêt, essayant de s’imaginer à quoi le blond pouvait ressembler à l’époque où sa carrure était certainement moins impressionnante. Il avait pris plaisir à tendre l’oreille, simplement pour écouter l’allemand faire part de ses souvenirs, de ces petites parcelles de lui qui l’avaient façonné. Le pianiste se doutait bien que la vie n’avait sans doute pas été clémente avec lui non plus. Après tout, avec qui l’était-elle ? Il n’ existait pas de destins parfaits et épargnés, juste des âmes plus ou moins meurtries qui parvenaient à affronter le monde ou qui se laissaient abattre. Tim avait failli baisser les bras bien trop de fois d’ailleurs, et dans le regard de Noah il se rendait compte à quel point cet instant était important, comme tous ceux à venir, le millier d’autres qui les attendait sûrement loin de toute cette neige et de ce froid invraisemblable. Pas besoin de feu de cheminée, ils possédaient déjà leur propre foyer. Celui-ci ne brûlait pas au creux de leurs poitrines, non, il se consumait lentement entre leurs doigts et dans le bleu de leurs regards. Les mots de Noah réchauffaient le blondinet qui ne pouvait s’empêcher de sourire de plus belle, allant jusqu’à ricaner bêtement en entendant le Diesbach prononcer quelques termes en allemand, se jurant qu’il lui demanderait ce que cela voulait dire quand il ne serait pas trop occupé à se noyer dans les pensées qui l’envahissaient soudainement. Le musicien réalisait qu’il était bien. Oui, au final le bonheur n’existait qu’une fraction de seconde, une sorte d'épiphanie ou bien un doute, un souffle ou une inspiration. C’était parfaitement à la hauteur de tout ce que Tim avait pu espérer, et il songea alors qu’il n'aurait pas hésité une seule seconde avant de refaire exactement le même parcours pour terminer juste ici, entre les bras de Noah.

Il avait observé l'autre homme attentivement, s’étonnant de ne pas encore connaître la moindre des mimiques du facteur sur le bout des doigts. Au final, ce n’était pas si surprenant que cela, mais pour Tim, ce genre de détail avait pourtant de la valeur. Noah l’étonnait, le surprenait, l’intriguait, le passionnait. Il n’y avait rien chez lui qui ne lui donnait pas envie de rester à ses côtés pour lui conter des évènements palpitants de sa propre enfance avant de le laisser partager des faits marquants qui s’étaient produits au cours de la sienne. Il était d'ailleurs impressionnant de constater que Timothy n’avait rien dit durant la dernière décennie, se contentant de grands gestes ou de confidences griffonnées à la hâte sur des bouts de papier, pour se retrouver maintenant à évoquer son père sans verser une seule larme, riant presque en se replongeant dans le souvenir. En un peu moins de deux ans, le pianiste avait fait des progrès considérables sans même s’en rendre compte ou se forcer la main, fréquentant simplement Noah et le laissant faire la conversation à bien des reprises ; et ainsi de suite jusqu’à sa première véritable phrase qui l’avait fait rougir. Mais pas autant qu’à cet instant ; car cette fois-ci les joues de Tim semblaient s’être imprégnées d’une nouvelle teinte, un carmin vif et profond. On ne lui avait jamais posé cette question. Non, c’était même plus important que cela encore.

On ne lui avait jamais posé de question.

On avait pris. On avait arraché sans demander la permission, sans lui rappeler qu’il avait le droit de ne pas vouloir et de refuser les avances d’un autre. Pire encore, on ne s’était jamais arrêté sur ses lèvres. Ou peut-être était-ce un heureux hasard de constater que le corps de Timothy ne lui appartenait pas vraiment, à part cet interstice dont il ne faisait rien et qu’il avait gardé clos des années durant en se répétant inlassablement que cette bouche devait sûrement être inutile. Avec le temps, il s’était convaincu que la plaie cicatriserait sans doute pour le rendre définitivement muet… Mais non, sa voix avait encore le pouvoir de se frayer un chemin pour venir laisser une impression étrange sur le bout de sa langue et puis ses lèvres… Ses lèvres avaient encore un goût, un parfum, un intérêt quelconque ; et dans les yeux de Noah elles existaient et elles avaient de la valeur. Suffisamment pour que le blond souhaite y déposer les siennes, juste pour voir peut-être, pour essayer, pour comprendre. Ou juste comme ça, pour rien, pour que cet instant dure un peu plus longtemps et qu’ils arrivent finalement à arracher au temps et à la vie ce que ces derniers n’avaient jamais voulu leur rendre.

Timothy n’avait pas réalisé que ses doigts s’étaient doucement resserrés, s’agrippant presque au tissu qui couvrait le torse de Noah. Son coeur s’était accéléré, frappant sa poitrine avec tellement de force qu’il commençait à se demander si le phénomène n’était pas visible directement sous sa peau. Le jeune homme fixait toujours l’allemand, n'ayant pas non plus conscience de son propre sourire, ni des jolies perles qui faisaient maintenant briller son regard. Tim ne les laisserait pas rouler sur ses joues pour autant, non, hors de question. Elles étaient là par plaisir, par joie, et il les garderait aux coins de ses yeux sans leur permettre de couler parce qu’elles lui appartenaient et qu'il souhaitait les garder en souvenir. Il ouvrit une première fois la bouche, ne parvenant plus à s’exprimer distinctement, s’éclaircissement alors la gorge pour être certain que sa voix ne lui ferait pas défaut à nouveau. Le blond ne savait pas trop ce qui l’attendait par la suite, il ne réfléchissait plus à tout cela. Noah était face à lui et ses lèvres sur les siennes réussiraient à l’apaiser et à lui faire oublier tout le reste. D’avance, il pouvait le sentir. Alors il répondit le plus simplement du monde, son sourire ne s’estompant pas, hochant la tête lentement comme pour faire écho à l'autorisation qu'il s'apprêtait à donner pour la toute première fois.

« Yes, please. »

_________________

Tim & Jerry
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://potterbird.livejournal.com
  

avatar

Erre ici depuis : 20/07/2014
Âge : 28 ans
Missives : 920
Occupation : Ancien homme de main & homme à tout faire, facteur de Dödskalle
DC : Yngve l'amoureux des cadavres et Saria, l'amoureuse de la propreté.

Feuille de personnage
Dispo RP: Disponible
Son rêve: Il ne l'a pas encore fait, il est en ville depuis trois ans.
Relations:
MessageSujet: Re: Out of my head, stuck in my heart...   Mar 7 Juil - 23:21

Le but de Noah n'était pas de ruiner le moment. Vraiment pas. Peu importe ce qui se passait au dehors, il était très bien ici. Il se moquait pas mal d'être coincé à cause de la neige, le monde extérieur pouvait bien complètement tomber, se détruire et ne laisser absolument rien derrière lui... Noah s'en moquait, plus rien n'avait d'importance à part ce regard posé sur lui. Cet air surpris, Timothy n'avait certainement pas l'habitude de ce genre de questions et Noah ne pouvait pas vraiment le blâmer. Qui demandait encore vraiment dans ce monde? Cela faisait rouler les yeux de Noah parfois, les gens parlaient, parlaient pour ne rien dire et quand les mots importants devaient tomber, quand ils devaient être dits, il n'y avait absolument plus personne. Lui, comme Tim, avaient souvent conservé le silence, pas parce que les mots leur manquait, mais tout simplement parce qu'ils n'avaient rien dire. Ou que l'idée n'était pas encore formulée et que jamais, jamais il ne fallait utiliser la force. Jamais il ne fallait venir arracher ces mots-là, pas encore formés, de leur lèvre. Cela ne servait à rien, c'était futile, complètement inutile, à part pour avoir un discours complètement désorganisé et ... Non. Alors oui, Noah avait posé la question, son coeur battant trop fort dans sa poitrine.

Il avait envie d'attraper le visage de Tim entre ses mains et de lentement faire partir les larmes qui perlaient au coin de ses yeux et de les remplacer par autre chose. C'était complètement fou, ce désir, cette envie de prendre la main de Tim et de tout simplement marcher avec lui à ses côtés. Et de ne pas lâcher cette main et de ne pas se défaire de l'autre blond et le garder tout près de lui, pas par peur mais tout simplement parce qu'il pouvait, en effet, parce qu'il avait le droit de tenir Timothy contre lui. Juste parce qu'il pouvait. Tim tirait sur les pans de son t-shirt le ramenant dangereusement à la réalité, tout ce que Noah voulait faire c'était juste se presser contre le pianiste et espérait que cela suffisant pour qu'il arrête de penser. Pour qu'il arrête de respirer. Pour qu'il arrête d'avoir aussi mal parfois la nuit, pour qu'il aille mieux tout simplement. Il ne voulait pas de soutient, il ne voulait pas de pitié, il voulait juste Tim. Ses yeux bleus étaient fixés sur le musicien et il le regarda ouvrir une première fois la bouche mais aucun son ne franchit ses lèvres. Noah songea à des excuses, une alternative. Ils pouvaient finir la soirée autrement, ils pouvait regarder un film, se tenir chaud l'un l'autre et parler de tout et de rien jusqu'à s'endormir.

« Yes, please. »

Un fin sourire se dessina sur le visage de Noah à l'entente de ces simples mots. Simples mais encore une fois, ils portaient en eux beaucoup de chose. "Okay." murmura Noah. "Okay." Il répéta le mot, juste pour être certain d'avoir bien compris d'avoir bien entendu et toujours en fixant Tim, le blond se pencha légèrement vers lui. Lentement, il entra dans l'espace du blond et il garda le regard bien droit, bleu et si expressif, tandis qu'une de ses mains allait trouver la joue droite de Tim. Noah n'en fit pas trop, il n'avait pas envie que leur premier baiser et des allures de film. C'était lui, c'était Tim, c'était réel. Il se pencha encore pour déposer lentement ses lèvres contre celles de Tim. Ce n'était rien, juste un simple contact, juste une simple pression et pour autant, Noah répéta le geste. Électrisé, galvanisé même par la douceur des lèvres de Tim et par le moment. Il pouvait l'embrasser, il pouvait juste faire ça sans se poser de questions sur le reste. Il n'y avait que Timothy Carrington et absolument rien d'autre. "I'm gonna kiss you again and again..." murmura lentement Noah avant de se rapprocher encore plus, son corps rencontrant enfin celui de Timothy alors qu'il approfondissait un peu plus leur baiser.
Les lèvres de Tim étaient douces, légères, il sut immédiatement qu'il ne pourrait plus s'en passer. Noah murmura un parfait en allemand avant que sa seconde main ne vienne encadrer le visage de Tim et qu'il l'embrasse, vraiment, enfin. C'était facile, c'était enivrant, c'était maintenant et c'était presque salvateur. Tim le connaissait, il n'y avait aucun problème si sa langue caressait la sienne tandis qu'il essayait de lui faire passer des mois de frustrations et d'attente.

Mais ils y étaient enfin, Tim et lui.

_________________

And if you say run, I'll run with you
It's the little story of a guy I know, who had a dream, and fell in love. He got close to his dream, almost touched it, and he burnt his hands. And he got a woman and she died in his arms...



House Diesbach:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: Out of my head, stuck in my heart...   

Revenir en haut Aller en bas
 

Out of my head, stuck in my heart...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» place your head on my beating heart, (cat)
» DART to Haiti - Words of Thanks to Canadian Head of State
» Grimoire Heart n'a pas besoin d'un cookie à la myrthille ( PV Nookie Minasa )
» The way of the heart.
» Total eclipse of the heart ϟ Pete (terminé)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Résidences-