AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | .
 

 Ô tidings of comfort and joy | Göran

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
  

avatar

Erre ici depuis : 23/08/2014
Âge : 29 ans
Missives : 80
Occupation : Employé des pompes funèbres/Embaumeur

Feuille de personnage
Dispo RP: 1/3
Son rêve: Pas encore fait
Relations:
MessageSujet: Ô tidings of comfort and joy | Göran   Dim 21 Déc - 3:43

God rest ye merry gentlemen

Let nothing you dismay


Le paysage enneigé qui bordait la route de retour jusqu'à Dodskalle défilait derrière la vitre, sous le regard enchanté de Dahud qui observait les flocons qui tombaient doucement et gracieusement du ciel, au son de Otis Redding qui suppliait pour avoir un Noël blanc comme il en avait eu dans son enfance. L'atmosphère dans le véhicule était feutrée et douce, comme léthargique après une trop grande consommation de sucreries et de chants de Noël en tout genre. Le jeune homme avait passé une journée absolument parfaite au marché de Noël en compagnie de Göran et ils étaient à présent sur le chemin du retour même s'il aurait voulu y rester encore plus longtemps et profiter de nouveau du vin chaud, des saucisses grillées et des sucres d'orge à foison tout en regardant un énième spectacle en ombre chinoise sur un quelconque conte de Yuletide, d'un pays ou d'un autre, ou en écoutant une nouvelle chorale chanter des chants de saison avec entrain et bonne humeur. Voire, il aurait peut être pu gagner une autre peluche, ou plutôt Göran aurait pu la lui gagner de nouveau et ajouter un compagnon à l'énorme licorne en peluche que Dahud tenait tout contre lui, enfouissant son nez dans le tissus doux tout en souriant. Heureux, il se tourna vers Göran qui conduisait, son regard vert métallique fixé sur la route au devant de lui. Dahud, légèrement grisé par l'excitation de toute cette journée, décida de profiter du spectacle.

Avec délectation, il laissa son regard s'attarder sur Göran, buvant des yeux la courbe virile de sa mâchoire, la moue de ses lèvres minces ou le tracé fragile de ses yeux. Il observait la ligne volontaire, presque arrogante du nez, avant de caresser les épaules, les clavicules avant de descendre sur les biceps et sur la danse des muscles sous sa peau. Son regard glissa ensuite le long des abdominaux, qu'il ne pouvait pas voir à cet instant mais dont il connaissait par cœur le contour, que cela soit du bout des doigts ou du bout de la langue, avant de tomber sur les cuisses puissantes et enfin, sur ce qu'il y avait entre elles. Le jeune homme savait parfaitement ce qu'il s'y cachait et bien qu'il ne pouvait distinguer qu'une vague bosse, cela suffit à ce que ses pensées prennent un tour complètement différent, loin de l'innocence d'auparavant. Il envoya la peluche, Litchee, sur la banquette arrière avant de s'approcher doucement de Göran, embrassant son long cou sans crier gare, tandis que sa main venait de se poser sur sa cuisse, caressant l'intérieur tout en remontant doucement vers la véritable destination, sans se soucier le moins du monde du fait qu'ils étaient dans une voiture en marche et que ce qu'il faisait était potentiellement dangereux. En fait, cela lui donnait une idée …

Se sentant d'humeur joueuse et décidant que Göran méritait bien une récompense pour son comportement exemplaire malgré sa réticence à l'accompagner, ce qui lui avait fait passer la plus merveilleuse des soirées, mais ne souhaitant pas céder de suite, Dahud laissa sa main se poser franchement sur le sexe de l'inspecteur sous le tissus rêche du jean et qui commençait déjà à durcir sous sa main. Celle ci commença un mouvement, cherchant à stimuler la chair, avant d'entreprendre de baisser la fermeture Éclair. C'est à ce moment là que Göran tenta de l'arrêter, tout en retenant ses gémissement, exerçant un contrôle de fer sur tout le reste de son corps.

-Dahud, arrête ça ! Tu veux décorer le tronc d'un pin avec ton corps ou quoi ? Parce que c'est ce qui risque d'arriver si tu … oh fuck!

Dahud venait de lui couper la parole en libérant son pénis gonflé et en enroulant sa main froide autour, avant de commencer un lent mouvement de va et vient sur celui-ci. Puis, il s'adressa à Göran.

-Oh je ne m'en fais pas pour ça stór, j'ai toute confiance en tes talents de conducteur. Je veux simplement te remercier pour cette journée et je sais que tu as suffisamment de contrôle pour le supporter. Ou ai-je tort ?

La grande main de l'inspecteur se détacha du volant pour s'enfouir dans la chevelure soyeuse de l'irlandais et tirer dessus jusqu'à ce que son visage soit tout près du sien, qui demeurait impassible et fixait toujours la route. Cela ne fit que tirer un rire lascif des lèvres purpurines du brun. La main se relâcha légèrement.

-You will stop this little game before you kill both of us or before i fuck you right there, in the open and … OH BASTARD !!

Le jeune homme avait profiter de la distraction de l'autre homme pour accélérer son mouvement avant de baisser la tête sur ses genoux et d'engloutir l'organe en un seul et fluide mouvement, faisant s'étrangler Göran. Dahud imprima un léger mouvement tout en faisant travailler sa langue, son palais et même ses dents parfois, en une démonstration qui montrait son expertise en la matière. Il se détacha quelques instants afin de murmurer  à l'adresse du conducteur.

-Shh shh darling, show me that famous control of yours and enjoy my thank-you gift.

Puis il reprit sa tâche, sa bouche travaillant en tandem avec sa main, occupée à caresser le trésor qui se trouvait sous le sexe qu'il adorait comme un grande prêtresse des temps anciens. Il prenait tout son temps, alternant lenteur et rapidité, et empêchant l'explosion de l'orgasme quand il le sentait approcher. Il joua ainsi jusqu'à ce que Göran ne démontre sa dextérité et son calme en réussissant un parfait créneau en face de son immeuble. En voyant cela, Dahud se redresse, rangea le pénis encore dur derrière sa prison de tissus.

-Hum, je pense que je t'ai suffisamment remercier tu ne crois pas?

Puis, sans perdre un instant, il saisit les clés de l'appartement de Göran dans la boîte à gants ainsi que Lychee la Peluche et s'enfuit vers les escaliers, son rire moqueur et cristallin rebondissant dans le hall, jusqu'à la portière de la voiture laissée ouverte. Le jeu avait commencer.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
  

avatar

Erre ici depuis : 13/08/2014
Âge : 34 ans
Missives : 117
Occupation : Inspecteur-Détective

Feuille de personnage
Dispo RP: Oui
Son rêve: Assassiné dans un long couloir sombre, une balle dans le dos.
Relations:
MessageSujet: Re: Ô tidings of comfort and joy | Göran   Lun 22 Déc - 21:37

Avant qu’il ne puisse répliquer quoique ce soit, la Tentation faite Homme s’échappa de l’habitable de sa voiture, disparaissant déjà dans le hall de son immeuble. La chaleur qui s’était accumulée dans son bas ventre remonta le long de sa colonne vertébrale, se répercutant en de longs frissons extatiques dans ses bras. Son coeur battait la chamade, et cette sensation, ce sentiment étrange qu’il n’arrivait pas à identifié mais qui revenait sans cesse et de plus en plus fréquemment ses derniers temps.  

Il haïssait cette sensation.

Il détestait tout ce qu’il ne pouvait comprendre, tout ce qu’il ne pouvait pas contrôler. Et Dahud faisait parti de cet ensemble insaisissable, que Göran ne pouvait qu’effleurer l’essence du bout des doigts avant qu’elle ne s’évapore brusquement. Il savait qu’il aurait du mettre un terme à leur arrangement depuis longtemps. Depuis ce soir où son corps avait épousé celui de l’irlandais. Sensuellement. Charnellement. Brutalement.

Passionnément.

Göran le désirait autant qu’il l’effrayait, et il ne pouvait pas s’empêcher d’aller à sa rencontre et de sentir sa peau contre la sienne. L’attirance se montrait bien plus forte que toute la puissance de sa volonté, que celle de son contrôle... Dahud était un aimant. Un phare dans les ténèbres trop noirs d’une existence qu’il avait lui même détruite. Cela finira par lui revenir à la figure, un retour de karma dont il aurait bien du mal à se remettre.

Il déglutit difficilement tandis qu’il referma, les mains tremblantes, la braguette de son jean, son regard se tournant à nouveau vers l’endroit où s’était tenu Dahud un peu plus tôt. Etait ce de la peur qui le saisissait à cet instant ? Non. Bien pire. Le doute pointait perversement le bon de son nez, le dardant et le narguant de ses pointes acérées. Il n’existait rien de plus cruel que le doute.

L’insécurité. L’indécision.

La sonnerie de son portable le sortit de ses pensées et Göran détourna finalement les yeux de la place passager en poussant un profond soupir. Se contorsionnant un peu, il saisit son portable dans la poche arrière de son jean et décrocha sans même un regard.

« Quoi ? Cracha t-il, juste pour la forme. »

Après tout, il était vingt deux heures passés. Il y eut une seconde de silence.

« C’est comme ça que tu parles à ta mère ?
Répliqua une voix indéniablement autoritaire et féminine. »

Fermant les paupières, Göran pencha la tête en arrière en grimaçant.

« Désolé Mamma, dit-il en retenant un énième soupir. Tu n’appelles pas au bon moment.
- Ce n’est jamais le bon moment avec toi, älskling. »

La grimace de l’inspecteur s’accentua devant ce surnom affectueux que sa mère utilisait toujours avec lui.

« Mais je ne vais pas prendre plus de ton précieux temps, continua t-elle comme si de rien n’était. Nous sommes en train de faire les préparatifs pour Noël, et ton père et moi nous nous demandions si tu nous ferais l’honneur de ta présence.
- Le sarcasme ne te va pas très bien Ma’ !
- Et à qui la faute, hein ? »

Merde ! Il n’avait vraiment pas envie de se prendre la tête avec sa mère.

« Ouais, répondit-il finalement. Bien sûr que je serais là.
Vanja, sa mère, émit un grognement satisfait à l’autre bout du fil.
- Parfait. Steffan sera là aussi avec Mary et Jessica. »

Ah ça faisait bien longtemps qu’il n’avait pas vu son frère et sa petite famille.

« Est ce que tu seras accompagné ? »

Pendant une seconde, son coeur rata un battement alors qu’il levait les yeux à la fenêtre de son appartement, là ou l’attendait Dahud. Il dut mettre trop longtemps à répondre car Vanja reprit la parole.

« Je pensais à invité Elvira, tu sais la fille des Ohlesson ? Elle travaille à l’université maintenant, professeur d’économie... Ton père et moi l’adorons tu sais. Elle... »

Mais Göran raccrocha brusquement, déjà excédé par le comportement de sa mère. Oh, il savait déjà qu’elle lui ferait amèrement payer ce manque de civilité, mais il n’en avait absolument rien à foutre. Pas quand Dahud l’attendait bien sagement chez lui.

Son regard croisa son reflet dans le rétroviseur de sa voiture et il se figea soudainement. L’espace d’une seconde, il ne se reconnu pas. Ses joues étaient rouges et ses yeux brillaient d’une lueur qui lui semblait déplacer sur lui. Etrange. Inconvenante. Et ça le frappa comme une évidence.

Il était... heureux ?

Ouais, il était parfaitement heureux, là, maintenant, tout de suite. Le coeur au bord des lèvres, profondément effrayé par cette ribambelle de sentiments nouveaux qui l’envahissait, il grimpa les escaliers jusqu’à chez lui, ouvrit la porte et fronça les sourcils quand les paroles de Santa Baby se répercutaient lentement contre les murs de son appart’.

« Dahud ? Appela t-il avec surprise, un sourire un peu incrédule aux lèvres. »

Il poussa la porte de sa chambre et s’arrêta dans son élan. La bouche entrouverte, son regard glissa le long de la silhouette de son amant. Dahud le fixait, tentateur, charmeur, vêtu de bas résilles qui soulignaient la longueur et le galbe presque féminine de ses jambes. Le corset en dentelle rouge moulait un torse finement musclé et la culotte ne faisait que rehausser la courbe déjà parfaite de ses fesses.

Secouant la tête, Göran croisa les bras sur son torse et s'adossa contre l’embrasure de la porte de la chambre.

« My, My... Merry Christmas to me ? »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
  

avatar

Erre ici depuis : 23/08/2014
Âge : 29 ans
Missives : 80
Occupation : Employé des pompes funèbres/Embaumeur

Feuille de personnage
Dispo RP: 1/3
Son rêve: Pas encore fait
Relations:
MessageSujet: Re: Ô tidings of comfort and joy | Göran   Dim 1 Fév - 4:26

Avec un rire coquin, Dahud monta les escaliers à toute vitesse, souhaitant profiter du peu de temps qu'il avait pour mettre en place la surprise qu'il avait préparer pour Göran afin de le remercier pour avoir accepter de l'accompagner au marché de Noël mais aussi pour le simple plaisir, un cadeau en ces temps sacrés. Il avait tout préparer dans le moindre détail, enfilant le costume qu'il avait choisit sous ses vêtements, de façon à agir le plus rapidement possible. Une fois arrivé à l'étage, il ouvrit la porte de l'appartement avec les clefs qu'il avait subtilisé avant de laisser Göran en plan et se mit à l'action dès qu'il eut pénétré à l'intérieur. Ni une ni deux, il s'enferma dans la salle de bain où il se déshabilla et contempla le joli bustier de dentelle rouge accompagné d'une culotte haute qui épousait parfaitement ses formes. Il ne manquait plus que les bas résilles et les stilettos rouge assortit pour compléter la tenue. Sans attendre plus longtemps, Dahud sortit donc l'attirail en question qu'il enfila d'un geste plein de grâce qui témoignait de son expérience. Ce n'était effectivement pas la première fois qu'il exécutait ses gestes, ayant commencé pour la première fois alors qu'il avait tout juste quatorze ans et venait de s'engager dans une troupe de cirque, puis plus tard aussi, surtout à Paris. Mais cette fois, ce n'était pas pour raison professionnelle ou par obligation qu'il faisait cela mais simplement parce qu'il voulait faire plaisir à celui qui était peut être son petit ami, peut être son fuckbuddy, il ne le savait pas vraiment, il savait tout simplement que l'inspecteur le rendait heureux et que c'était le plus important. Il avait conscience parfois qu'il s'était jeté trop tôt dans cette histoire, surtout après ce qu'il avait vécu auprès de Carlisle mais il ne pouvait s'en empêcher. Cela faisait si longtemps qu'il ne s'était pas senti aussi bien avec un homme si tant est qu'il l'est jamais été et il voulait savourer cette sensation. Il était de plus certain que c'était la déesse elle même qui avait mis Göran sur son chemin, qui le lui avait offert. Comment expliquer autrement le fait que c'était sur lui qu'il était tombé en sortant du bus qui l'avait amené jusqu'à Dodskalle ? Il aurait pu interroger n'importe qui dans le véhicule, il avait eu des heures pour se faire, il aurait pu même attendre l'arrivé pour s'enquire auprès de n'importe quel passant mais c'était sur l'homme élancé au regard métallique que son choix s'était arrêté comme guidé par quelque chose. Alors oui, il voulait faire ça pour lui même s'il ne fêtait personnellement pas Noël.

Après s'être assuré que ses vêtements étaient parfaitement mis en place, il se dépêcha de mettre la musique qu'il avait choisit pour l'occasion, à savoir Santa Baby -une chanson qu'il trouvait parfaitement approprié pour ce qu'il avait prévu- avant de se rendre dans la chambre et de se draper sur le lit en une pose à la fois sexy, lascive et classe à la fois et d'attendre l'arrivée de Göran qui ne saurait tarder, incessamment sous peu. Il eut tout juste le temps de glisser quelques accessoires sous l'oreiller avant que l'homme en question n'apparaisse sur le pas de la chambre et ne s'appuie sur le chambranle en un mouvement qui mettait parfaitement en valeur son corps mince, élancé et, du point de vue de Dahud en tout cas, parfait. Un sourire apparut sur les lèvres du jeune homme qui se leva, lentement, une jambe après l'autre comme il savait si bien le faire, avant de s'approcher doucement de l'inspecteur, ses talons claquant sur le sol, alors qu'il chantait en rythme avec la chanson.

- … Think of all the fellas that I haven't kissed; Next year I could be just as good... if you check off my Christmas list …

Arrivé à sa hauteur, Dahud plaça ses mains à plat sur les pectoraux de Göran, simplement couverts par son pull épais, et l'embrassa passionnément, ses chaussures lui permettant d'être suffisamment haut pour atteindre ses lèvres sans efforts pour une fois. Puis il chuchota contre celles-ci.

-J'ai préparé ce petit cadeau pour toi mais … il va falloir que tu coopères … Tu peux faire ça pour moi n'est-ce pas?

Sans un mot de plus, il attrapa le pull à pleines mains et l'entraîna vers le lit où il le poussa à s'asseoir avant de se mettre à califourchon sur lui. Là, il passa ses mains sous le pull, rencontrant les abdominaux magnifiquement dessinés du suédois, avant de remonter lentement le long du torse, entraînant le vêtement avec lui et de le lui retirer. Une fois cela fait, il le poussa jusqu'à ce qu'il soit allongé sur les draps, les bras ramenés au dessus de lui.

-Santa cutie, and fill my stocking with the duplex and checks; Sign your 'X' on the line, Santa cutie, and hurry down the chimney tonight.

Dahud garda les mains de Göran l'une contre l'autre puis chercha sous l'oreiller, dévoilant un long ruban de soie rouge qu'il utilisa pour ligoter l'inspecteur à la tête de lit. Ce n'était absolument pas suffisant pour le retenir mais ce n'était pas le but, Dahud voulait simplement pimenter un peu les choses sans fioritures.

Lorsqu'il eut terminé, Dahud passa enfin aux choses sérieuses et se mit à attaquer délicatement le torse de Göran, jouant avec ses tétons, ses abdominaux, son nombril jusqu'à parvenir à son jean qu'il dégrafa et dans lequel il plongea la main. Il se mit à le caresser lentement avant de s'arrêter, et de remonter, plongeant ses yeux dans les siens, une lueur coquine dans les yeux. Tout en reprenant ses caresses.

-Santa baby, forgot to mention one little thing... A ring... I don't mean on the phone; Santa baby, So hurry down the chimney tonight.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
  

avatar

Erre ici depuis : 13/08/2014
Âge : 34 ans
Missives : 117
Occupation : Inspecteur-Détective

Feuille de personnage
Dispo RP: Oui
Son rêve: Assassiné dans un long couloir sombre, une balle dans le dos.
Relations:
MessageSujet: Re: Ô tidings of comfort and joy | Göran   Dim 15 Mar - 21:55

Il était en train de mourir. Dahud pouvait se vanter d’avoir réussi ou beaucoup d’autres échoués. Göran s’abandonnait, totalement, avec plaisir, jouissance et passion. Délaissant contrôle et raison, il se pliait aux mains taquines de son amant qui s’amusait à parcourir les creux et les sillons de son corps qui ne demandait qu’à imploser.

Une inspiration. Un expiration. Tremblante, celle ci.

Rejetant la tête en arrière sur son oreiller, et se détachant de ses liens, Göran émit un léger grognement rauque tandis que les doigts de sa main droite glissaient entre les mèches soyeuses de Dahud, s’y agrippant fermement. D’un geste affectueux mais autoritaire, il le guida jusqu’à sa virilité qui ne demandait qu’à être délivrer de sa prison de tissu.

« Tu aimes me rendre fou, n’est ce pas ? »

Ce n’était qu’un chuchotement, tandis que sa main glissait de ses cheveux jusqu’à sa joue. Son pouce caressa délicatement la pommette de Dahud ; avant de le tirer jusqu’à l’embrasser passionnément. Un gémissement de satisfaction lui échappa malgré lui quand il écarta les jambes afin que l’irlandais ne s’y immisce, frottant par la même occasion leur membres gonflés de désir l’un contre l’autre. Ses mains entourèrent le visage de Dahud tandis qu’il ne semblait plus pouvoir s’arrêter de dévorer de ses lèvres, sa bouche tentatrice. Leurs nez se cognèrent doucement, arrachant un sourire conquis à Goran dont les doigts descendirent le long du dos de Dahud jusqu’à ses fesses qu’il saisit pleinement dans ses paumes.

Joueur, la bouche de Goran s’attarda sur le cou de son amant, juste à la jointure de sa mâchoire et de sa nuque, et le mordit juste assez pour laisser une trace rouge, violacée. Juste assez pour le marquer dans un instinct purement possessif. Il se savait ridicule, mais il ne pouvait s’en empêcher avec Dahud.

Dahud qui lui faisait faire des choses ridicules, comme aller dans un marché de Noël, danser sous la neige, boire du thé, l’écouter raconter ses histoires fantastiques ou encore mettre des shamallows dans son chocolat chaud. Toutes ces petites choses, futiles certes, mais qu’il acceptait de faire sans réellement en avoir conscience. L’irlandais lui avait jeté un sort et Goran succombait sans même s’en inquiéter.

Lentement il retira le bustier qu’il portait, tirant lentement sur une ficelle en satin. Goran renversa leur position d’un coup de hanche, ses lèvres laissant un sillon de petits baisers le long du torse de Dahud, descendant toujours plus bas avant de saisir le sexe de son amant, le caressant à son tour, déposant d’abord un baiser sur le gland avant de le prendre en bouche, le suçotant un instant. Il remonta ensuite pour s’emparer des mains de Dahud qu’il plaça avec autorité aux barreaux du lit, un sourire amusé s’esquissant sur ses lèvres quand il s’aperçut que le jeune homme avec décidément tout prévu. Celui ci avait dissimulé une bouteille de lubrifiant sous l’un des oreillers. Il pensa brièvement à la boite de capote qui trainait dans le tiroir de sa table de chevet, mais cela faisait déjà quelques semaines qu’ils ne les utilisaient plus. Cela s’était fait implicitement, d’un commun accord.  

« Du lubrifiant ? Demanda t-il en arquant un sourcil. Tu avais déjà préparé ton coup hein ?
- Je plaide coupable, répliqua Dahud tout contre sa bouche, taquin. Now fuck me before I die.
L’inspecteur secoua la tête tandis que ses longs doigts glissèrent le long de son estomac.
- As you wish. »

Dahud s’arcbouta délicieusement sous les doigts de Goran, sous ses caresses, sous sa bouche qui le ravagèrent entièrement. Après quelques minutes qui semblèrent des heures, le suédois s’agenouilla, surplombant son amant de toute sa nudité. D’un geste il passa un bras autour de la taille de Dahud et le redressa tout contre lui, avant de l’obliger à se retourner. Désormais tout les deux à genoux sur le lit, dos contre torse...

« Accroche toi à la tête du lit,
susurra Goran à son oreille, la mordillant au passage. »

Ses mains caressèrent une nouvelle fois le dos de son amant, la courbe parfaite de ses hanches, celle de ses fesses. Dahud se cambra davantage et Goran n’hésita plus une seconde, il le prit brusquement, sans avertissement, se délectant du son qui s’échappa de la gorge de l’irlandais. Celui ci si s’arqua un peu plus, rejetant sa tête en arrière, sur l’épaule de Goran, les lèvres entre-ouvertes, délaissant des gémissements de plus en plus fort entre deux coups de reins salvateurs.

Grognant contre la gorge de Dahud, sa bouche cherchant la sienne, Goran accéléra son rythme, laissant ses Pulsions reprendre le dessus. Ses mains caressèrent son torse quelques secondes pour finalement prendre le sexe dressé de l’irlandais, le flattant en de grandes caresses expertes et précises. La sueur glissa le long de sa colonne vertébral, le son de leur peau claquant l’une contre l’autre se répercuta dans la chambre en symphonie avec leur respiration saccadée, les gémissements de Dahud et les grognements de Göran.

Après quelques longues minutes, où il ne relâcha pas la cadence de ses coups de boutoir, Dahud finit par pousser un dernier râle extatique suivit de Goran quelques instants plus tard. A bout de souffle, les deux amants se laissèrent retomber sur le lit, transpirant, les genoux douloureux, mais le sourire aux lèvres.

Allongés face à face, Göran écarta les bras et Dahud ne perdit pas une seconde pour aller se blottir contre ce dernier. Fermant les paupières, déglutissant difficilement, toujours plongé dans sa bulle de béatitude, il se laissa bercer par les battements de coeur de Dahud.

« Okay, souffla t-il. Je suis incapable de bouger... You’re going to be the death of me. »

Instinctivement, il déposa un baiser sur son front et le serra contre lui comme s’il ne voulait plus jamais le laisser partir.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
  

avatar

Erre ici depuis : 23/08/2014
Âge : 29 ans
Missives : 80
Occupation : Employé des pompes funèbres/Embaumeur

Feuille de personnage
Dispo RP: 1/3
Son rêve: Pas encore fait
Relations:
MessageSujet: Re: Ô tidings of comfort and joy | Göran   Lun 1 Juin - 1:50

C'était dans des moments comme ça, alors que leurs deux corps étaient joint l'un à l'autre bougeant au rythme d'une mélodie millénaire que Dahud étaient absolument persuadé qu'ils étaient fait l'un pour l'autre. Bien sur, il avait su que leur rencontre était l’œuvre de la Déesse dès la première fois où il l'avait vu alors qu'il descendait du bus qui l'amenait de l'aéroport de Stockholm. Il avait eu cette sensation qui l'avait attiré à lui, qui l'avait fait s'adresser à lui, Göran, malgré son allure assez inquiétante, et à personne d'autre. Comme s'ils se connaissaient depuis très, très longtemps, depuis les temps jadis où la civilisation romaine n'en était qu'à ses prémices balbutiants. Dahud savait que chaque décision qu'il avait prise depuis qu'il avait fuit son île natale l'avait mené à cet instant précis, le corps encore marqué de l'amour douloureux d'un autre. Mais cette impression n'était devenu une évidence que lorsqu'ils avaient couché ensemble pour la première fois après cette interlude dans les toilettes du bar de la ville et elle n'avait fait que s'affirmer à mesure de leurs rencontres et de leurs ébats, à mesure qu'ils faisaient connaissance l'un avec l'autre. Et ce soir, à cette instant précis, dans le cocon que constituait la chambre de Göran, dans une bulle coupée du monde, c'était comme si cette évidence atteignait son paroxysme.

Ils étaient en parfaite harmonie l'un avec l'autre, leurs corps parfaitement emboîtés l'un dans l'autre et Dahud aurait voulu que jamais cela ne s'arrête, il voulait garder l'inspecteur là, entre ses cuisses, pour toujours, il aurait vraiment pu passer toute une éternité comme ça, subissant avec joie les assauts du suédois et y répondant avec toute la sensualité qui était la sienne et qui avait réduit des héritiers fortunés à néant. Il avait été un pu déçu que Göran se libère si vite de ses liens pour renverser la situation mais cela lui avait vite passé. Il n'était pas de ces gens qui considéraient que les personnes qui recevaient lors des jeux d'amour étaient également les plus faibles, les plus soumises. Au contraire, il savait le pouvoir qu'il possédait et qu'il exerçait dans ce genre de situation, et il avait très bien l'utiliser. Alors il noua ses jambes encore habillées de ses bas et de ses stilettos et tendit tous ses muscles sachant exactement l'effet que cela aurait sur Göran. Et comme en réponse à son action, ce dernier accéléra le rythme alors que leurs bouches partageaient leur propre assaut.

Ce n'est que quelques longues minutes plus tard que les deux amants se laissèrent retomber sur le lit, essoufflés et détendus, les lèvres ourlées par un sourire béat. Dahud se blottit contre Göran lorsque celui-ci l' invita, prêt à profiter de cette langueur post coïtale avant, peut être, un nouveau round qui sait ? Cependant, un rire lui échappa en entendant les paroles de l'inspecteur, brisant quelques peu l'atmosphère.

-Quel compliment ! Je t'en remercie. Mais avoue qu'il y a des façon plus désagréable de mourir non ?

Tout en parlant, il s'était mis à déposer de petits baisers aériens sur le magnifique torse dénudé du suédois avant de se redresser de nouveau. Il se débarrassa rapidement des derniers vestiges de son costumes avant de se réinstaller sur Göran, à califourchon sur ses hanches étroites et allongé sur son torse, sa tête posé sur ses mains tandis que ses yeux, brillant d'une lueur malicieuse, plongeaient dans les siens. Une pose à la fois terriblement innocente et incroyablement obscène comme il savait si bien le faire, le genre qui pouvait rendre son amant fou de désir et de luxure. Mais encore une fois, l'humeur de Dahud était plus changeante que le mouvement des vagues et au lieu de continuer sur la voie du stupre, l'irlandais se contenta de déposer un doux baiser sur la peau qui lui était accessible avant de se blottir tout contre le corps chaud sous le sien, le visage au creux de son cou. Et l'atmosphère devint beaucoup plus intime, comme chargé de sentiments aussi tendres que pesant.

-Je pourrais passer le reste de ma vie comme ça, dans tes bras. Ça serait merveilleux je pense.

Et sur ses mots, il s'endormit sans le vouloir et sans se rendre compte du « Je t'aime » qui lui échappa alors qu'il entrait dans le royaume de Morphée.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: Ô tidings of comfort and joy | Göran   

Revenir en haut Aller en bas
 

Ô tidings of comfort and joy | Göran

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Louis Comfort Tiffany [1848-1933]
» LES VERRERIES DE TIFFANY
» we're a thousand miles from comfort Δ red

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Résidences-