AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | .
 

 Curiosity killed the cat — Damian

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
  

avatar

Erre ici depuis : 06/09/2014
Âge : 28 ans
Missives : 319
Occupation : Fossoyeur de Dödskalle, le maniaque à la pelle, il creuse
DC : Noah et Saria, les étrangers

Feuille de personnage
Dispo RP: Disponible
Son rêve: Il meurt après avoir supplié son frère jumeau, Kjell, de ne pas partir.
Relations:
MessageSujet: Curiosity killed the cat — Damian    Mar 28 Oct - 21:13


Curiosity killed the cat
Damian & Yngve


Pour Yngve, les bonnes journées étaient de plus en plus rares. Les nuages s’étiraient sur Dödskalle et quelque part peut être dans son coeur. Et l’absence de Kjell se faisait ressentir, et les jours passaient et il y pensait et parfois, il n’y pensait pas.

Il oubliait qu’il avait un frère jumeau, quelque part et il avançait comme s’il était un être à part entière. C’était une de ses journées là. Le brun avait réussi à trouver le sommeil après avoir écouté la pluie hurler contre le toit, au bout d’une heure, la fatigue avait repris le dessus et sans même qu’il ne se rende compte, ses yeux s’étaient fermés, et il avait été emporté ailleurs. Pour quelques heures, quelques heures de répit et de quiétude, où son coeur ne battait pas trop fort dans sa poitrine et qu’il ne se sentait pas inadéquat. Il s’était réveillé avec un sourire aux lèvres et après s’être étiré, Yngve avait rassemblé les billets qu’il avait laissé trainé dans le salon de la vieille et il s’était rendu à l’épicerie. Ce n’était pas souvent que le fossoyeur pouvait dire qu’il avait de l’argent sur lui. Le brun était un éternel fauché, il ne savait pas comment économiser. Ce n’était pas quelque chose qu’on lui avait appris, avant la mort de ses parents, Yngve n’avait jamais entendu parler de facture ou même d’échéance. C’était des concepts de grands et il en avait peut être les épaules, mais il n’était pas un adulte, loin de là. Mais le brun souriait et il souriait toujours en poussant la porte de l’épicerie. Encore vide si tôt le matin mais peu importe, Yngve choisit rapidement ses articles et finit par rentrer chez lui presque en courant. Le pauvre animal ne mangeait pas souvent, tout son argent passait dans les factures pour payer et entretenir cette grande maison familiale. Oui, le fossoyeur de Dödskalle était mal payé, lui qui rendait un grand service à la ville vivait presque comme un chien errant.

Le brun s’en fichait, il était en vie, il avait un toit et un travail… Il ne lui fallait rien d’autre vraiment. Il avait englouti rapidement son petit-déjeuner, il n'avait tellement pas l'habitude de manger si tôt le matin, qu'Yngve avait l'impression que tout allait disparaître s'il ne se dépêchait pas. C'était sans doute un sentiment stupide mais il y avait bien un sourire sur le visage du jeune homme et après avoir rapidement fait la vaisselle, il fila en direction du cimetière. Si on lui avait demandé s'il voulait faire autre chose de sa vie, Yngve aurait répond non sans absolument aucune hésitation, c'était sa ville et il ne se voyait pas faire autre chose. Techniquement, le jeune homme n'était même pas allé à l'université, il avait pris des cours par correspondance, et grâce à internet, il avait des diplômes. Mais là encore, c'était un concept très absrait pour lui, Yngve n'état même pas certain de pouvoir utiliser des diplômes là dans le monde réel. Pour lui, le monde réel, c'était le monde en dehors de Dödskalle, et quand on savait avec quelle précision il connaissait ses rues-là, il était normal de comprendre que le jeune homme soit un peu effrayé. Pas que ce soit son genre de l'admettre à voix haute. Non, son genre à lui s'était plus d'attraper sa pelle et de retourner la terre, et ce fut ce qu'il fit toute la journée. Encore une fois.

Trois nouveaux suicides au compteur ce jours-là. Un couple de jeunes amoureux, ils ne devaient pas avoir plus de la vingtaine, qui avait été trouvé dans la nuit et une ancienne mère de famille. Il avait leur nom et la cause de leur mort mais franchement, ça n'intéressait pas Yngve. Il avait leur nom donc il allait leur creuser une tombe. Les histoires ne l'intéressaient pas, il avait enterré ce Sebastian, ce fou, sans absolument aucun scrupule et il était passé à autre chose. Les visages et les histoires, il finissait toujours par les oublier, il ne se rappelait que des tombes et de leur emplacement. Il ne se rappelait que de sa pelle qui soulevait la terre, inlassablement, sans jamais se fatiguer semblait-il. Yngve finissait toujours par se fatiguer, tard dans l'après-midi ou tôt dans la soirée, il ne comptait plus vraiment. Quoi qu'il en soit, comme tous les jours, il termina sa journée avec les ongles plein de terre et traînant sa pelle derrière lui, presque comme un membre fatigué qu'il n'aurait pas réussi à soulever, il se dirigea vers la sortie du cimetière.

Yngve rêvait de dormir, d'allumer cette télévision dont il ne se servait jamais et peut être regarder un film en terminant un paquet de crackers. Il songeait à tout ceci sans remarquer le nouveau venu dans les allées vides…

_________________
blood on my lips.
Deep in the ocean, dead and cast away Where innocence is burned in flames A million mile from home, I'm walking ahead I'm frozen to the bones, I am...@ ALASKA.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
  

avatar

Erre ici depuis : 23/10/2014
Âge : 31 ans
Missives : 157
Occupation : Journaliste
DC : Adrian <3

Feuille de personnage
Dispo RP: Dispo
Son rêve: Les cauchemars c'est pour les enfants.
Relations:
MessageSujet: Re: Curiosity killed the cat — Damian    Ven 31 Oct - 11:55


Curiosity killed the cat


But Hopefully cats have nine lives...





Yngve & Damian



Meurtres, piscines pleines de sang et des suicides. Oh, ça pourrait être les premiers mots d'un super roman d'Agatha Christie. Une petite ville de Suède qui se retrouve avec des gens qui meurent dans des situations de plus en plus étrange… Finalement, j'ai beau dire que mon patron est un gros con, semblerait que parfois, ce vieux coyote a un peu de flair. Ou alors c'est simplement moi qui a le don d'attirer de ce genre de truc… Va savoir. Bref en ce jour presque agréable, enroulé dans une écharpe à carreaux rouge, d'un sweat aux couleurs d'un groupe des années soixante dix et d'un manteau épais. Ouais j'arriverais jamais à me faire à ce froid. Je ne sais pas comment ils font, je ne sais même pas comment je vais faire pour résister à l'hiver. Peut-être que je vais me terrer dans un coin, genre dans mon appartement et câliner mon radiateur tout l'hiver, avec mon ordinateur sur le ventre histoire de pas m'ennuyer pendant mon hibernation. Hum je pourrais rattraper mes saisons de Supernatural. Bref. Revenons-en à nos petits meurtres.

Bien évidemment, la police refuse de me parler, pire encore ils m'ont plus ou moins demandés d'éviter de me montrer trop insistant, me faisant comprendre qu'il n'y avait rien d'étrange là-dedans et que je ferais mieux de m'occuper de mes affaires. Alors voyant que personne ne semblait vouloir me parler, je me suis dit qu'il était temps d'aller questionner les morts eux-même. Je vous rassure, je ne parle pas d'aller attraper une planche de Ouija et d'invoquer les esprits autour d'un verre de vin et de deux voir trois bougies à la vanille, mais plutôt d'aller au cimetière. Et non, je ne suis pas assez débile pour faire ça devant une tombe. Non mais attendez, faut arrêter de me prendre pour un idiot. Vous savez ce qu'on trouve là-bas ? Bon à part des morts, y'a surtout le fossoyeur. Qui de mieux pour vous parler de tout ses meurtres et autre que le mec qui passe son temps à retourner la terre pour permettre aux morts de reposer en paix. Alors je suis sûr qu"il a bien une histoire ou deux à me raconter. Puis si il refuse, je pourrais toujours revenir avec une bouteille de rhum, parait que ça les radoucit. Du moins, par chez moi, c'est comme ça qu'on soudoie les fossoyeurs… Ou alors c'est juste que ça fait partie des offrandes pour les trucs vaudou bien louche… Je dois avouer que je ne sais pas. J'ai jamais été dans ce genre de truc, enfin peut-être une fois à la fac, mais c'était n'importe quoi, on était ivre et tout ce qu'on a réussis à faire c'est imbiber la tombe d'un mec avec tellement de rhum de mauvais qualité que les alligators du coin en étaient ivre rien qu'en approchant. Je vous jure, et entre nous, un alligator ivre, c'est une créature bien amusante à voir.

Je remonte tranquillement les allées du cimetière, appréciant étrangement le calme qui y règne. Au loin je distingue la silhouette de ce qui me semble être le fossoyeur. En même temps avec la pelle, c'est un peu compliqué de le prendre pour autre chose. Je m'approche de lui les mains dans les poches.

"J'espère qu'ils sont sages et qu'ils ne remuent pas trop... Sinon il parait qu'une petite histoire et un coup de pelle suffit à les renvoyer au lit…"

Enfin même si je pense que si cela devait arriver, leur donner un coup de pelle de ne changerait pas grand chose… J'adresse un immense sourire au fossoyeur lui présentant ma main tandis que je présente :

"Damian Beauchamp, j'espère que je ne vous dérange pas trop…."

De toute façon que je sois désiré ou pas… Je me ferais insistant. Je suis sûr qu'il a bien des choses à me raconter, même si entre nous, j'aimerais éviter de prendre un coup de pelle.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
  

avatar

Erre ici depuis : 06/09/2014
Âge : 28 ans
Missives : 319
Occupation : Fossoyeur de Dödskalle, le maniaque à la pelle, il creuse
DC : Noah et Saria, les étrangers

Feuille de personnage
Dispo RP: Disponible
Son rêve: Il meurt après avoir supplié son frère jumeau, Kjell, de ne pas partir.
Relations:
MessageSujet: Re: Curiosity killed the cat — Damian    Mer 5 Nov - 18:03

Yngve n'avait honnêtement pas vu l'autre homme qui se dirigeait vers lui. Pour lui, la journée était finie, il n'appartenait plus à personne, il n'était plus obligé de rester dans ce cimetière et il était socialement acceptable qu'il rentre chez lui pour se rouler en boule sous ses couvertures et respirer. Il se forçait à respirer fort, si fort qu'il avait l'impression que quelqu'un d'autre venait hanter ses draps et qu'ainsi il n'était plus seul. C'était un beau mensonge pour finir une belle journée. Ou non, la télévision et ses programmes abrutissants l'appelaient pour une raison inconnue. Peut être qu'il arriverait à s'effrayer devant un polar ou un autre film du genre. Ou même une série télévisée américaine, du genre bien cliché qui passait souvent sur quelque chaîne avec une affaire de meurtre et une famille qui demandait des réponses.

Mais non, l'inconnu, un homme à la carrure plutôt imposante, avait fini par entrer dans le champ de vision de Yngve. Le visage du fossoyeur se referma encore plus que d'ordinaire, il fallait comprendre que le Angsar n'était pas une personne qu'on abordait facilement. Yngve fuyait la compagnie des autres et il lançait souvent des regards noirs et meurtriers à ceux qui l'approchaient et il lâchait rarement sa pelle. Sa main se ressera sur cette dernière et il fixa le nouveau venu. La blague sonnait fausse et Yngve le fixait avec cet air si caractéristique qu'avaient les enfants lorsqu'on venait de leur arracher leur jouet préféré. L'avantage dans le fait de n'avoir jamais quitté la ville, c'était qu'Yngve connaissait tous les visages et tous ceux qui peuplaient les rues et il savait que cette tête là était ... Nouvelle. Il serra les dents alors qu'on lui tendait la main. Une main qu'il observa comme s'il s'agissait du diable en personne. Puriste par nature, le fossoyeur avait une sainte horreur des étrangers, leur ville, sa ville était tellement belle et les enfants qui naissaient ici mourraient ici et tout était beau et tout était parfait. Personne n'avait besoin de nouveauté ou de petits curieux qui venaient déranger cette équilibre.

"Vous êtes le journaliste." lança abruptement Yngve, prenant enfin la parole. Il le savait parce que... Parce qu'il ne se passait rien à Dödskalle et que les nouvelles voyageaient vite et que lui écoutait et surtout on lui disait tout, une de ses voisines par exemple, une vieille dame qui avait vu grandir Kjell et Yngve venait de temps en temps toquer à sa porte pour lui apporter des vieux biscuits secs, des boites de pâtés et des nouvelles. Damian et son sourire et son accent avait été la nouvelle il y a de ça quelques semaines. Il avait grincé des dents et il se retenait de le faire encore une fois aujourd'hui. Au lieu de quoi, il souleva sa pelle, la faisant passer sur son épaule toisant l'autre homme. "Vous n'êtes pas d'ici." Un autre fait simple et clair, Yngve n'avait pas l'habitude de parler aux gens qu'il jugeait indigne, sa voix semblait presque rouillée, mais cela était dû au fait qu'il avait beaucoup creusé aujourd'hui. Il était fatigué et n'avait donc aucune patience à offrir. Surtout pas ici, dans l'endroit le plus sacré de la ville, ici dans le cimetière. Pour qui se prenait-il bordel?  "Si vous me dérangez. Et pas que moi, eux aussi. Vous ne devriez vraiment pas être ici. Vraiment pas." Cracha Yngve, tel un venin qu'il comptait répandre tout autour de lui et de tous ses souvenirs et ses trésors qu'il protégeait.

Il pouvait les entendre murmurer, tous, ceux qui étaient venus mourir ici et qui ne voulaient pas qu'on les dérange. Qu'il parte, que Damian parte loin d'ici et qu'il les laisse tranquille. Comme pour appuyer les propos d'Yngve, un coup de vent passa, soulevant les feuilles des arbres qui surplombaient le cimetière. L'atmosphère était pesante mais Yngve baignait dans cette bizarrerie, il était tôt dans la soirée et le soleil disparaissait et les morts parlaient. Ses morts à lui parlaient et il lui disait de mettre Damian dehors, il le savait. "Vous entendez?" lança le fossoyeur, un sourire presque fou apparaissant sur les lèvres du jeune homme. "On ne veut pas de vous ici... Non, on ne veut pas de vous."  

_________________
blood on my lips.
Deep in the ocean, dead and cast away Where innocence is burned in flames A million mile from home, I'm walking ahead I'm frozen to the bones, I am...@ ALASKA.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
  

avatar

Erre ici depuis : 23/10/2014
Âge : 31 ans
Missives : 157
Occupation : Journaliste
DC : Adrian <3

Feuille de personnage
Dispo RP: Dispo
Son rêve: Les cauchemars c'est pour les enfants.
Relations:
MessageSujet: Re: Curiosity killed the cat — Damian    Jeu 13 Nov - 22:33


Curiosity killed the cat


But Hopefully cats have nine lives...





Yngve & Damian



Je ne sais pas si vous avez vu ce film, celui où un enquêteur débarque dans une ville un peu perdu des États-Unis, essayant de résoudre je ne sais trop quel meurtre… Et alors qu'il essaye de sympathiser avec les habitant, ses deniers passent leur temps à lui dire qu'il n'a rien à faire ici et que les étrangers ne sont pas les bienvenues ici. Et je vais être honnête avec vous, c'est un super film qu'il faut regarder… Mais j'aurais aimé ne pas avoir la désagréable impression de me retrouver à la place du personnage principal. Et c'est franchement désagréable pour être honnête. Déjà parce que c'est limite xénophobe, tout ça parce que je ne suis pas un suédois c'est ça ? Et ensuite parce que c'est quasiment injustifié. Bon ok, mon entrée en matière était un peu de mauvais goût… Mais oh, pas la peine non plus de devenir complètement désagréable, moi qui essayait de vaguement réchauffer l'ambiance. Voilà que les fossoyeurs n'ont vraiment aucun humour. J'aurais peut-être dû lui apporter du rhum finalement.

Je reste donc sans bouger tandis qu'il m'accueille plus que froidement. À ce que je vois les nouvelles vont plutôt vite dans le coin, j'ai à peine le temps de débarquer ici, que tout le monde semble en savoir plus que moi sur ma propre personne. Je vous jure qu'un jour y'a un mec dans la rue qui va me faire remarquer que le café que je bois n'est pas celui que je prends habituellement. C'est presque effrayant. Je fourre les mains dans les poches de mon manteau, pas le moins du monde impressionné par ses menaces. Qu'il crache le vieux corbeau. Faut plus qu'un oiseau de mauvaise augure pour me faire reculer.

"Bien joué. Comment vous avez deviné ? Oh laissez-moi tenter ma chance, toute la ville parle du journaliste qui vient de débarquer ? Votre mère vous a jamais dit que c'était mal vu d'écouter les bruits de couloirs ?"

Le sourire sur mes lèvres transpire une insolence que bien des gens essayeraient de me faire ravaler d'un bon coup dans les gencives. Mais la suite ne me plaît pas tellement plus. Je le dérange ? C'est vrai qu'il à l'air de crouler sous les cadavres à enterrer. Allons, je ne demande pas grand chose, quelques minutes de son temps, juste un petit tête-à-tête avec un vivant. Ça le changera. Par contre, j'avoue perdre mon éternel sourire lorsqu'il m'annonce le plus sérieusement du monde que je n'ai rien à faire ici. Pardon ? C'est parce que je suis encore vivant ? C'est limite raciste. Je ne vais pas me trancher les veines, simplement pour avoir le plaisir de te parler, parait de toute façon que les morts manquent un peu de conversation. Seule le vent accompagne ses paroles, une brise légère qui secoue les branchages des arbres et qui soulèvent les quelques feuilles mortes à nos pieds. Silence. "On" ne veut pas de moi ? Comme si les morts pouvaient lui chuchoter à quels points je les dérange. Un autre sourire, plus arrogant cette fois-ci, se dessine sur mes lèvres tandis que je hausse vaguement des épaules.

"Désolé, c'est pas parce que je suis américain que le vent souffle des mots à mon oreille. Tout ce que j'entends pour le moment ce sont les menaces d'un fossoyeur un peu acariâtre et visiblement de très mauvaise humeur. Et pour être honnête, si c'est tout ce que vous avez pour accueillir les étrangers, je comprends mieux pourquoi vous passez votre temps ici. Y'a bien que les morts pour vous supporter, vu qu'ils ne peuvent pas vraiment vous fuir."

Ok là c'est officiel je vais certainement le prendre ce coup de pelle, et je pense que pour une fois ce sera largement justifié. Mais oh, je suis sympa comme garçon, mais faut pas non plus me prendre pour une bonne poire. Le fossoyeur veut se la jouer menaçant ? Très bien. À mon tour d'être désagréable. Je penche légèrement la tête sur le côté tandis que je conserve cet air insolent, celui qui finit toujours par agacer.

"Alors, je crois que je vais rester, j'aime bien le coin et la bouffe est pas immonde. Va donc falloir me supporter un peu, fossoyeur."

Mon sourire revient tandis que je fais un pas de plus vers lui. Allez, maintenant qu'on a finit de s'aboyer dessus, il est peut-être de repartir du bon pied. Mon ton se refait plus agréable et plus mielleux qu'avant, le genre qui tuerait un diabétique sur le champ.

"D'ailleurs, il me semble ne pas avoir eu le plaisir de saisir votre nom… Moi qui pensait que la politesse était une vertu chez les européens. Je me rends compte que c'est pas ça qui vous étouffe dans le coin. Je viens juste quémander un peu de votre temps. J'ai quelques questions à vous poser, rien de bien méchant… Les morts peuvent bien attendre dix minutes, non ?"

De toute façon, c'est pas comme si ils allaient s'enfuir. Enfin, sauf si aujourd'hui est le jour de l'apocalypse et qu'une nuée de zombies sortent de terres mais, selon ma grand-mère qui disait voir l'avenir, ça ne devrait pas arriver avant que les démons sortent de l'ombre alors… Je me dis qu'on est tranquille pour aujourd'hui.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
  

avatar

Erre ici depuis : 06/09/2014
Âge : 28 ans
Missives : 319
Occupation : Fossoyeur de Dödskalle, le maniaque à la pelle, il creuse
DC : Noah et Saria, les étrangers

Feuille de personnage
Dispo RP: Disponible
Son rêve: Il meurt après avoir supplié son frère jumeau, Kjell, de ne pas partir.
Relations:
MessageSujet: Re: Curiosity killed the cat — Damian    Sam 22 Nov - 16:06

Yngve aimait se dire qu'il était un grand.

Qu'il terrifiait les gens dans cette petite ville et que si beaucoup s'écartaient sur son passage, c'était à cause de son métier et de sa proximité avec les morts et pas juste à cause de son caractère. C'était un enfant, et à ce moment précis, il était tellement persuadé d'avoir chassé Damian d'ici, de sa demeure, de son terrain de jeu, qu'il aurait pu éclater de rire. Seuls les enfants pensaient qu'ils suffisaient d'un souffle pour que les problèmes s'envolent… Seuls les enfants et comme un enfant il se mordit la lèvre inférieure et ravalant ses insultes alors que Damian lui expliquait des notions qui le dépassaient dans le fond. Il n'était pas ici, il n'était pas comme eux, il n'avait pas le temps pour les politesses, il était celui dont personne ne voulait entendre parler. Il enterrait les corps, il hochait la tête et il passait à autre chose. Yngve récoltait leur reste, les restes de la ville avec un sourire aux lèvres et sans jamais rien demander en retour… Pouvait-on lui reprocher de ne pas connaître les conventions? Non, il en était persuadé, cet inconnu devait fuir et boiter loin de lui et de ses pierres tombales. Tant pis s'il passait pour un puriste, un nationaliste ou juste un putain de suédois, c'était ce qu'il était.

Et Damian ne comprenait rien, tellement rien de son rapport avec les morts que la main du brun se serra sur la pelle et il jeta à l'autre homme un regard mauvais, se demandant s'il pouvait lui briser la mâchoire avec un coup de pelle très bien placé. Peut être même lui faire tomber une dent ou deux… Il n'aurait plus son beau sens de la réparti alors… Plus rien pour faire le malin et lui donner des leçons de morale et il serait bien obligé de partir… Bien loin de Dödskalle. Yngve montra les dents, littéralement, comme un animal sauvage alors que Damian se rapprochait. La pelle heurta le sol d'un bruit lourd, un des sourcils d'Yngve dressé, signe que le fossoyeur était plus que disposé à montrer à quel point il était adroit.

Qu'il pose ses questions, il aurait sa réponse sous la forme d'une jolie et une nouvelle cicatrice. Yngve se força à respirer, pour penser clairement. La fatigue pouvait se lire sur ses traits ainsi qu'une colère sourde qui voulait sortir, sortir et passer ses mains autour du cou de Damian et le regarder lutter pour de l'air. Yngve ne cédait jamais à ses envies, avant, quand cela lui prenait, il avait toujours son briquet sur lui pour regarder quelque chose d'autre réduire en cendres, c'était une vision qui le détendait assez… Il n'aurait qu'à se brûler le bout des doigts en rentrant et voilà, tout irait beaucoup mieux après. Inspirant et expirant profondément, le fossoyeur fixa Damian quelques secondes avant de retrouver l'usage de la parole: "Nous n'aimons pas les questions et nous n'aimons pas les étrangers. Le dernier ramène souvent le premier et ça nous ne pouvons pas vraiment le supporter. Nous sommes vieux et fatigués et nous avons nos secrets. Nous avons nos peurs et nos propres démons, bien enterrés pour que personne ne puisse les trouver."

Il ne parlait pas seulement que de lui, mais de sa ville et de toutes les mines fermés que Damian allaient rencontrer. Ceux qui savaient, connaissaient déjà les circonstances de leur mort et qui n'étaient pas disposé à partager leur horreur… Pouvait-on vraiment leur en vouloir? Non, selon Yngve on ne pouvait tout simplement ça, c'était ainsi que fonctionnait leur belle Dödskalle et celui qui ne pouvait pas comprendre cela était tout simplement… stupide. Et que personne ne vienne le traiter de gamin si même lui pouvait comprendre cette subtilité. "Et pour le nom… Yngve… Yngve Angsar et vous feriez bien de vous souvenir de ce prénom car je serais sans doute celui qui vous mettra en terre." lança t-il dans un sourire mauvais avant de tourner les talons, bien déterminer à mettre le plus de distance entre Damian et lui.

_________________
blood on my lips.
Deep in the ocean, dead and cast away Where innocence is burned in flames A million mile from home, I'm walking ahead I'm frozen to the bones, I am...@ ALASKA.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
  

avatar

Erre ici depuis : 23/10/2014
Âge : 31 ans
Missives : 157
Occupation : Journaliste
DC : Adrian <3

Feuille de personnage
Dispo RP: Dispo
Son rêve: Les cauchemars c'est pour les enfants.
Relations:
MessageSujet: Re: Curiosity killed the cat — Damian    Dim 7 Déc - 0:13


Curiosity killed the cat


But Hopefully cats have nine lives...





Yngve & Damian



Le bruit de la pelle qui frappe violemment le sol me fait presque sursauter. Wow. Aurais-je réussis à énerver le fossoyeur du coin ? Semblerait. D'ailleurs entre nous, ça m'étonne presque qu'il ne m'ai pas encore filé un bon coup de pelle. Juste histoire de me faire comprendre un peu plus que je ne suis pas le bienvenue ici. Bon, je sais que je suis un peu trop vivant pour avoir réellement ma place ici, mais ce n'est peut-être pas une raison pour se montrer aussi désagréable. Attends moi qui me faisait charmant et agréable, voilà que l'autre m'agresse sans raison, ne cessant de vouloir me foutre hors de sa précieuse ville. Je commence à croire qu'il est limite xénophobe notre petit fossoyeur. Je conserve mon sourire certes un peu insolent tandis que je l'écoute me sortir son petit discours de suédois qui ne supporte pas que l'on vienne bousculer son quotidien plus qu'ennuyeux. Allons, pour une fois qu'une personne un peu exotique débarque dans ce pays de Viking, voilà qu'il faut que tout de suite, on vienne me dire qu'on ne veut pas de moi et que je ferais mieux de rentrer dans mon bayou natal. Seulement désolé de te l'apprendre mon grand, mais je ne suis pas le genre à baisser les bras simplement parce que je ne suis pas désiré.

Je fourre mes mains dans mes poches tandis que je hausse un sourcil, étrangement amusé par son comportement. C'est presque mignon cet volonté qu'il a de vouloir me faire des cachotteries. On dirait un gosse qui essaye d'en effrayer un autre, simplement pour garder ses petits secrets au chaud. Sait-il simplement ce que c'est d'être journaliste ? Je commence à croire que non. Mais mon petit, c'est mon travail que de découvrir les secrets des autres. C'est un pour ça qu'on me paye. Alors désolé de devoir le dire aussi froidement mais avec moi dans les parages, considère que ce n'est qu'une question de temps avant que je ne finisse par tout savoir. Alors bon, montre les crocs autant que tu veux… Ça ne changera rien. Je finirais par savoir.

Mais le plus drôle, c'est qu'une fois son petit numéro de fossoyeur grognon, voilà qu'il m'adresse le genre de sourire bien malsain qui fait courir sur votre échine un frisson bien désagréable. Non pas qu'il m'angoisse. Mais… Plus le temps passe et plus il ouvre la bouche, plus je le trouve quelque peu… dérangé. Et pas dans le bon sens du terme. Excentrique il l'est, enfin en même temps il faut l'être pour avoir envie e passer sa vie à mettre des gens en terre… Mais lui il me laisse cette impression malsaine. Et sur ce sourire et cette menace, je le regarde me tourner le dos, commençant à s'éloigner. Non mais sérieusement ? Je ne lui laisse pas la plaisir de se débarrasser de moi. Je commence à le suivre, boitant bien que mal à sa suite.

"Vous savez que je ne suis pas un gosse de dix ans à qui vous pouvez sortir ce petit numéro ridicule de fossoyeur de mauvais film d'horreur. Va m'en falloir plus… Sans compter que votre petite menace… C'est pas du meilleur des goûts… Mais bon, je ne vais pas vous juger pour ça, tout le monde ne peut pas être parfait…"

Un sourire m'échappe tandis que j'arrive à ses côtés, suivant le rythme en boitant. Ouais, on a vu mieux, mais avec ce froid, c'est compliqué pour moi de gambader comme un faon. Stupide genou.

"Puis bon, je ne sais pas si vous êtes au courant… Mais étant journaliste, c'est mon boulot de déterrer les secrets des gens, et malheureusement, plus on me dit de ne pas faire quelque chose que je m'empresse de faire le contraire… Alors bon, maintenant je n'ai plus qu'une envie : insister jusqu'à ce que vous vous décidiez à me céder 10 minutes de votre temps. C'est pas grand chose. Dix minutes. Je vous pose quelques questions,vous y répondez, et après je vous laisse avec vos macchabées. Promis."

Enfin… Je dis ça… Disons que je vais surtout faire en sorte de bien me faire voir auprès de ce cher…. Yngve. Parce que bon… Ce serait dommage de ne pas m'entendre avec le type qui est au courant de toutes les morts du coin… Sans compter que bon… Ce serait triste de prendre un coup de pelle.

"Allez… Dix minutes. C'est pas la mort que je sache ?"


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
  

avatar

Erre ici depuis : 06/09/2014
Âge : 28 ans
Missives : 319
Occupation : Fossoyeur de Dödskalle, le maniaque à la pelle, il creuse
DC : Noah et Saria, les étrangers

Feuille de personnage
Dispo RP: Disponible
Son rêve: Il meurt après avoir supplié son frère jumeau, Kjell, de ne pas partir.
Relations:
MessageSujet: Re: Curiosity killed the cat — Damian    Ven 19 Déc - 22:50

Damian ne comprenait vraiment pas qu'Yngve Angsar n'était pas le genre d'homme à faire des menaces. Il ne disait pas une seule parole en l'air et il préférait dire la vérité. Et la vérité était faite ainsi: si Damian restait suffisamment en ville, qu'il laissait tomber sa garde et qu'il devenait confortable, Dödskalle allait finir par l'engloutir tout entier. Et ses os qu'allait finir par recracher cette cruelle maîtresse, c'était Yngve qui allait les mettre en terre. C'était aussi simple que cela. Près de dix ans qu'il exerçait ce métier, près de dix ans qu'il retournait la terre et que son royaume ne cessait de s'agrandir. Que pouvait-il donc faire contre lui? Si Damian ne disparaissait pas maintenant, il finirait par se faire avoir tôt ou tard, il finirait par succomber car Dödskalle avait besoin de son fossoyeur et rien qu'en cela, Yngve était éternel. Complètement éternel et quasi immortel et il avait plus que conscience que rien ne pouvait l'atteindre. Son rêve se dessinait de la sorte: Kjell partait et lui mourrait. Mais Kjell avait quitté la ville depuis des années et Yngve avait survécu, sans cette autre moitié de lui-même, il avait survécu et il savait à présent que ce rêve n'avait été qu'un petit jeu du destin. Juste un test pour voir s'il avait la foi et s'il croyait. Oh mais il croyait aux miracles de cette ville et ce qu'elle pouvait avoir de bon. Il y croyait dur comme fer, il était toujours le premier à dire aux gens de ne pas s'inquiéter de leur rêve, de garder leur propre secret pour eux et pour leur promettre de leur creuser une jolie tombe.

Damian le fatiguait plus que nécessaire et il n'était franchement pas d'humeur à jouer, il voulait rentrer chez lui et effacer le souvenir de cet étranger avec ses questions toutes plus déplacées les unes que les autres. Oui, c'était Yngve qui mordait et c'était bien lui qui trouvait les questions des autres franchement déplacées. Cependant Damian ne le lâchait pas, il semblait plus que déterminé à avoir des réponses et cela eut le don d'irriter le brun. Il détestait les gens de son espèce, les étrangers, quelque part, il aurait voulu que Dödskalle n'apparaisse sur aucune carte et qu'on les oublie. Et que tout ceux qui osent quitter la ville finisse eux aussi par l'oublier et que les rumeurs finissent par s'éteindre et qu'on les oublie tous, eux les habitants de Dödskalle. La voix de Damian lui tapait sur le système et Yngve songea quelques instants à lui faire perdre l'équilibre avec un bon coup de pelle bien placé. Il pourrait alors fixer le journaliste droit dans les yeux et lui dire qu'il avait un scoop pour lui avant de lui briser la boite crânienne à l'aide de sa fameuse amie. Le fossoyeur pourrait traîner son cadavre jusqu'à une tombe et l'enterrer là. Comme ça. Tout ce sang serait alors magnifique et Yngve effacerait les traces du meurtre d'un coup de pelle, encore une fois.

Ce train de pensées réconforta bien Yngve qui se mit à sourire avant de stopper le pas. "Dites moi vous faites toujours des blagues aussi vaseuses? Someone should really punch you in the face some day…" Le brun dit cela avant d'agiter sa pelle, signe que cela le démangeait vraiment. Mais non, les élans meurtriers d'Yngve étaient depuis bien longtemps éteints, depuis le départ de son grand frère à dire vrai. Il fixa Damian, ennuyé au possible, penchant la tête sur le côté. "Juste un conseil, ceux qui déterrent des secrets ici finissent eux-mêmes en terre. Vous êtes prévenu monsieur le journaliste." Encore une fois, cela n'avait rien d'une menace, Yngve disait la vérité. Qu'est-ce que Damian croyait? Qu'il était le premier à s'être posé des questions, à vouloir craquer le fameux mystère de leur ville? Qu'il essaye donc, il finirait soit fou soit très loin de cette ville sans absolument aucune réponse. Yngve ignorait lui même ce qui se passait ici, il ne savait pas si les rêves avaient une signification profonde ou s'il s'agissait juste d'un délire collectif, cependant, c'était le genre de phénomène qu'il n'avait pas besoin de comprendre mais dans lequel il pouvait croire, sans aucune hésitation. La vie à Dödskalle était faite ainsi et il n'avait jamais cherché à se déroger aux règles ou même essayer d'échapper à ce petit désagrément. La mort n'avait rien d'effrayant pour lui, tout le monde finissait par mourir et c'était une chose essentielle que la vie, le fait de savoir quand et comment ne changeait absolument rien pour lui. Son regard froid se promena sur Damian avant qu'un sourire pervers et malsain franchisse son visage. Peut être qu'ils pouvaient trouver un compromis.

"Videz vos poches. Vous avez combien sur vous? Dix? Vingt couronnes suédoises? Donnez moi ce que vous avez et vous aurez vos précieuses dix minutes." Tout s'achetait non? Oui, c'était très américain comme pensée, Damian devrait tout de suite se sentir beaucoup moins déboussolé.

_________________
blood on my lips.
Deep in the ocean, dead and cast away Where innocence is burned in flames A million mile from home, I'm walking ahead I'm frozen to the bones, I am...@ ALASKA.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
  

avatar

Erre ici depuis : 23/10/2014
Âge : 31 ans
Missives : 157
Occupation : Journaliste
DC : Adrian <3

Feuille de personnage
Dispo RP: Dispo
Son rêve: Les cauchemars c'est pour les enfants.
Relations:
MessageSujet: Re: Curiosity killed the cat — Damian    Mar 30 Déc - 2:14


Curiosity killed the cat


But Hopefully cats have nine lives...





Yngve & Damian



Un rire m'échappe. Le premier depuis que je suis en compagnie de l'acariâtre fossoyeur. Me tenant à ses côtés, je lui jette un regard amusé. Il est vrai que bien des gens ne supportent pas mon humour, j'en tiens pour preuve la douce Sanja qui a du mal avec mes traits d'humour. Paraitrait que j'en fais trop. À ma défense je dirais simplement que je suis un incompris. Ou alors que tout le monde n'a pas d'humour dans ce pays, chose qui commence à se révéler vrai à mon goût. Je hausse une épaule, un sourire presque insolent sur les lèvres.

"Always. C'est presque une seconde nature chez moi, et pour ce qui est de me frapper… Va falloir prendre votre mal en patience. Au pire, prenez un numéro et faites la queue."

Je regarde la pelle gigoter sur son épaule, craignant presque de voir cette dernière s'échouer sur mon crâne dans les seconde qui suivent, mais non. Cette dernière ne bouge pas pour mon plus grand plaisir. Seulement son regard se fait subitement plus ennuyé, comme si tout d'un coup j'avais perdu tout intérêt. Je hausse un sourcil. Lunatique comme mec tout de même. Le genre qui est presque à la limite du bi-polaire. C'est presque effrayant pour te dire. Bon pas autant que sa menace à peine voilée qui retombe une fois, chanté comme un refrain d'une rengaine qui nous reste en tête. C'est pas vrai… Change de disque mon grand, j'avais compris les deux premières fois, j'ai peut-être un humour de merde, mais je ne suis pas sourd.

"J'en prends note. Mais bon si il suffisait de ça pour me décourager, je serais un bien mauvais journaliste…"

Même si je commence à croire qu'il va vraiment finir par me foutre sous terre. Je ne suis pas le genre à avoir peur de finir enterrer vivant… Mais pour être franc, je préférais attendre avant de devoir commencer à réfléchir à la composition florale sur ma tombe. Je fronce les sourcils lorsqu'il me demande de vider mes poches, me proposant alors d'échanger ses informations contre un peu de monnaie. Un sourire se dessine sur mes lèvres tandis que je lève les yeux au ciel. Bah voyons.

"Moi qui pensait que ça payais bien d'enterrer les autres… Vous cherchez à vous faire un peu d'argent de poche sur mon dos ou je rêve ?"

Les mains dans mes poches je cherche les quelques billets qu'il me reste de mes derniers achats. Allez, j'ai quoi… vingt couronnes. Je fais rapidement la conversation, souriant presque à l'idée que le fossoyeur essaye réellement de m'acheter dix minutes pour quelques dollars. Tout s'achète après tout dans ce monde. Le temps, la parole, le silence… Même la vie. Je fais la moue, mon regard passant du fossoyeur aux vint couronnes que je tiens entre mes doigts.

"Sérieusement ? Chez moi, on paye après. Alors on va plutôt faire ça ainsi… Vous m'accordez dix minutes et je vous paye pour le désagrément. Comme ça, je suis sûr que vous n'essayez pas de vous foutre de moi."

J'accompagne le tout d'un immense sourire. Si tu espères te jouer de moi mon petit, tu te trompes lourdement, je n'en suis pas à mon coup d'essai et tu es loin d'être le premier à vouloir me faire ce coup-là. Alors j'ai peut-être l'air sympa comme ça mais faut pas non plus trop tirer sur la corde. Je suis aussi capable de mordre. Surtout si on me prend pour un crétin complètement désespéré. Y'a que la bleusaille qui se fait avoir par ce genre de stratagème, qui pense que quelques billets peuvent délier toutes le langues. Je ne dis pas que c'est faux, simplement qu'il faut savoir bien s'y prendre et surtout ne pas se faire avoir. Et j'ai comme l'impression qu'en plus de vouloir me voir disparaitre de son cimetière, le fossoyeur aimerait bien se jouer de moi. C'est ça. Essaye donc.

"Allez, rendez pas ça plus compliqué. Dix minutes, je disparais et en plus vous gagnez vingt couronnes. Ce serait pas une si mauvaise journée en plus..."

Bon sauf le fait qu'il ai du m'avoir sur le dos. Mais ça, c'est pas mon problème.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
  

avatar

Erre ici depuis : 06/09/2014
Âge : 28 ans
Missives : 319
Occupation : Fossoyeur de Dödskalle, le maniaque à la pelle, il creuse
DC : Noah et Saria, les étrangers

Feuille de personnage
Dispo RP: Disponible
Son rêve: Il meurt après avoir supplié son frère jumeau, Kjell, de ne pas partir.
Relations:
MessageSujet: Re: Curiosity killed the cat — Damian    Mar 13 Jan - 0:13

"Allez vous faire foutre." grogna Yngve en bon Suédois. Il était certain que même s'il ne comprenait pas, Damian ne serait pas stupide au point de ne pas comprendre qu'il s'agissait d'une insulte. Non vraiment, s'il continuait, Yngve allait se faire un plaisir de le tuer lui-même et de lui faire ravaler son si joli petit sourire et sa mine trop assurée. Non, personne ne lui avait dit dans quel genre d'endroit il mettait les pieds en arrivant à Dödskalle et Yngve avait envie de lui ouvrir les yeux... Littéralement. Toute cette conversation lui donnait une furieuse envie d'aller prendre le briquet qu'il avait abandonné depuis des années et brûler quelque chose. Ou quelqu'un. Certains détestaient l'odeur de la chaire brûlée mais pas lui, cela avait toujours rassuré le fossoyeur et son corps comportait encore de nombreuses traces de sa passion passée. Ce n'était pas quelque chose qu'il avait partagé avec d'autres personnes, même avec son jumeau, il avait menti et prétendu que c'était des marques accidentels. C'était probablement ce qu'il dirait à propos de Damian, ou alors il prétendrait qu'il ne l'avait jamais vu. Il poussa un soupir et se retint de cracher sur le sol alors que le journaliste exposait ses conditions. Non, il ne pouvait pas venir ici, avec son sourire supérieur et repartir avec ce même air si certain de lui, non Yngve aussi devait retirer quelque chose de cet échange. Que ce soit de l'argent ou autre chose. Il avait toujours désespérément besoin d'argent mais hors de question d'admettre pourquoi. Il haussa les épaules avant de fixer l'autre homme, le regard mauvais, une forte envie de cogner se faisait ressentir. Il avait sa pelle juste là, ça serait tellement facile.

"Non, non, on va pas faire les choses de votre façon parce que c'est vous qui avez besoin de mes précieuses informations. Alors on va jouer à un jeu monsieur le journaliste..." C'était au fossoyeur de sourire et il se rapprocha de Damian, le fixant de ses grands yeux bleus, sans hésiter ou même cligner des yeux. "On va jouer à un petit jeu de devinettes, combien de personnes vont accepter de vous répondre à part moi? Vous croyez vraiment que beaucoup de gens savent quelque chose à part moi? J'ai vingt huit ans, je suis né ici, mon père était flic alors..." Yngve s'écarta avant d'hausser les épaules. Il était peut être contre les étrangers mais il n'était pas complètement stupide, il savait pourquoi Damian était venu le voir lui. Il savait comment chacune des personnes dans ce cimetières était morte et il avait des anecdotes à raconter, des incidents dont personne n'était au courant à relater. Comme ce qui s'était passé à la piscine il y a quelques jours de cela, il n'y était pas lui même mais l'incident n'avait pas échapper dans sa conversation quotidienne avec sa voisine.

Il savait également comment l'orphelinat avait été détruit toutes ces années auparavant, il avait vu le feu prendre forme et naissance et il savait pour l'arrivée de Göran en ville, ce dernier ayant étant exilé de la capitale et il savait également pour les jumelles Nordenskiöld... Oh il savait tellement de choses... Yngve finit par laisser tomber la fameuse pelle sur le sol, cette dernière faisant un bruit assez sourd et il écarta les deux bras, content de son petit effet. "Alors je vais aller au bar du coin et vous attendre, c'est vous qui décidez ... Je vous laisse du temps pour marcher... Vous risquez d'en avoir besoin." Et, sans attendre la réponse de Damian, Yngve tourna les talons, sortant enfin du cimetière.

_________________
blood on my lips.
Deep in the ocean, dead and cast away Where innocence is burned in flames A million mile from home, I'm walking ahead I'm frozen to the bones, I am...@ ALASKA.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
  

avatar

Erre ici depuis : 23/10/2014
Âge : 31 ans
Missives : 157
Occupation : Journaliste
DC : Adrian <3

Feuille de personnage
Dispo RP: Dispo
Son rêve: Les cauchemars c'est pour les enfants.
Relations:
MessageSujet: Re: Curiosity killed the cat — Damian    Dim 1 Fév - 22:29


Curiosity killed the cat


But Hopefully cats have nine lives...





Yngve & Damian



Pas besoin de parler le suédois pour comprendre que le fossoyeur est en train de m'insulter. Eh bien. Je pensais pas que vingt couronnes te feraient autant de l'oeil, enfin tout du moins au point que t'en viennes à m'insulter. Peut-être que tout ne va pas si bien pour l'homme à la pelle… Ou alors, c'est simplement qu'il est comme les dragons et qu'il aime bien amasser de l'argent. Ouais. Je vais pencher pour les problèmes d'argent. Soit des dettes, soit un vice dans lequel il se perd… A voir. Seulement le fossoyeur reprend, ne me laissant pas vraiment le temps de réagir à son insulte. Des devinettes ? Sérieusement ? Je le trouvais déjà pas engageant comme garçon, mais si il continue, je jure que je vais moi aussi finir par me montrer franchement désagréable. Et pelle ou pas, il se pourrait que ce soit lui qui se la prenne sur le coin d'une pommette. Juste histoire de lui faire ravaler ses manières de suédois mal léché. Je l'écoute sans broncher, mon sourire se dissipant doucement. Le pire… C'est qu'il a raison. Nombreux sont ceux qui m'ont, plus ou moins, gentiment envoyé sur les roses en m'assurant qu'ils ne savaient rien et que même si c'était le cas ils ne me diraient rien. Alors lui… Ouais, il a sûrement bien des choses à m'avouer. Le seul soucis c'est que je ne peux pas le supporter et je n'ai pas envie de lui faire la moindre faveur, et encore moins de lui céder pour quoi que ce soit. Alors dans les faits… La réponse se résumerait à "pas grand monde." Comme la vie est cruelle avec les journalistes, hein ?

L'homme se recule avant de hausser les épaules, comme content de son effet. Il peut l'être en tout cas, lui au moins a réussit à me faire fermer ma grande gueule. Au point que je me contente de serrer les dents en le regardant. Mais c'est qu'il serait un peu en train de se foutre de moi ou je rêve ? La pelle s'écrase au sol dans un bruit merveilleux si on adore sentir son ouïe souffrir tandis qu'il se pavane encore plus, comme un gosse fier de sa dernière acquisition. Je serre un peu plus les dents tandis qu'il me propose de le rejoindre au bar. C'est sans rien dire que je le laisser partir, poussant un long soupir lorsque je ne l'entends plus.

"J'te laisse de l'avance… C'tout."

Je me retiens de l'insulter, marmonnant dans ma barbe. En fait, j'ai du mal avec ce gars, mais genre, presque viscéralement. Pourquoi ? Je ne saurais dire. Peut-être parce qu'il tente depuis le début de me faire le coup du "tu n'es pas le bienvenue étranger". Ouais bah le climat me l'avait déjà fait assez largement comprendre. J'avais pas besoin qu'en plus les locaux soient aussi charmant qu'un pic à glace entre les deux omoplates. Je regarde la pelle à terre tandis que je pèse sérieusement le pour et le contre. Mon bon sens me dit de lâcher l'affaire et d'aller trouver quelqu'un de plus sain pour avoir ce genre de conversation et le journaliste en moi me tans pour aller le retrouver, m'assurant qu'au pire, tout ce que je perdrais ce sera un peu de temps. Je soupir une fois de plus à cette idée avant de ramasser la pelle et de la planter dans la terre meuble non loin d'une tombe. Allez… Au pire… Carpe Diem. À mon tour je quitte lentement le cimetière, avant de rejoindre le bar au coin de la rue. Et honnêtement ça me tue presque que de devoir le suivre, mais bon, parfois pour avoir ce que l'on veut, faut aussi accepter de brosser dans le sens du poil des cons. C'est la vie, hein. Je pénètre dans l'établissement, cherchant du regard le fameux fossoyeur. Ce qu'il faut pas faire tout de même. Et en plus je parie que je vais devoir payer ma tournée. On parie ?


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
  

avatar

Erre ici depuis : 06/09/2014
Âge : 28 ans
Missives : 319
Occupation : Fossoyeur de Dödskalle, le maniaque à la pelle, il creuse
DC : Noah et Saria, les étrangers

Feuille de personnage
Dispo RP: Disponible
Son rêve: Il meurt après avoir supplié son frère jumeau, Kjell, de ne pas partir.
Relations:
MessageSujet: Re: Curiosity killed the cat — Damian    Dim 22 Fév - 10:32

Yngve avait murmuré une autre insulte à l'adresse du journaliste avant d'accélérer le pas, ses foulées devenant de plus en plus grandes. Même s'il venait d'accepter leur marché, il ressentait quand même le besoin de mettre le plus de distance possible entre eux. Comme pour montrer à Damian qu'ils n'étaient pas pareils. Non, c'était sa ville ici et les informations qu'il consentirait à lui donner seraient celles dont il n'avait plus besoin lui même. À l'entrée du cimetière, il abandonna sa pelle, l'objet tombant sur le sol dans un autre bruit spectaculaire. C'était toujours ainsi que le fossoyeur annonçait sa sortie de ce lieu quasi sacré, il ne craignait pas qu'on lui vole le précieux objet non, tous dans la ville, savait que cette douce amante n'avait qu'un seul maître. Et c'était Yngve, c'était lui qui creusait à la tombée de la nuit et même pendant que les étoiles dansaient dans le ciel parfois... Il poussa un soupir, toujours aussi fatigué, il serait volontiers rentrer chez lui, avant d'emprunter le chemin du seul et unique bar de la ville. Vil au possible, le brun eut même l'audace de prendre un raccourci. Mais Damian ne pourrait jamais se faufiler entre les vieux bâtiments et les maisons, il avait donc le temps d'organiser ses pensées. Yngve mit les pieds dans le bar en un temps record, saluant silencieusement le propriétaire. Il lui demanda deux bières et un paquet de cigarettes, sachant que le propriétaire en cachant derrière le comptoir. "Oh ne t'inquiète pas, mon ami va te régler pour tout ça." lança Yngve, déjà la cigarette au coin de la bouche.

Il attrapa les deux pintes et alla s'asseoir à l'écart, sentant le regard du propriétaire dans son dos. Oui, Yngve était connu pour débarquer la nuit et profiter des âmes déjà bien imbibées pour réclamer des faveurs et encore plus d'argent. Le brun était un peu un mendiant des temps modernes et contrairement à Emrik, il n'avait pas besoin de dormir sous les ponts, non, il avait une maison plus que confortable. Yngve finit donc par s'installer et il fixa la porte, attendant l'arrivée de l'autre homme. Il ne pouvait pas marcher si lentement que ça non... Ennuyé, le brun commença donc à boire de sa bière, essuya la mousse qui se collait à sa barbe. Il n'avait jamais été un grand fan d'alcool comme son jumeau mais il devait admettre que cela pouvait avoir ses avantages.Ça le réchauffait un peu et puis ainsi, il n'avait plus le ventre vide... Yngve releva la tête alors que Damian rentrait enfin dans le bar, le cherchant du regard. Il lui adressa un simple signe de la main et tandis que le journaliste prenait le siège en face de lui, il poussa la deuxième pinte vers lui."Oh j'ai dit au barman que vous alliez le régler avant de partir, donc... n'y manquez pas sinon je pense que vous allez découvrir la vraie hospitalité suédoise." Yngve annonça cela avec un joyeux sourire, parlant en anglais cette fois-ci.

Il ouvrit le paquet d'allumettes qu'il avait également emprunté et en craqua une, allumant sa cigarette. Le brun tira sur la cigarette comme sa vie en dépendant, très content d'envoyer sa fumée au visage de Damian. "Je suppose que vous avez des questions mais comme je vous l'ai dit, je ne vais pas me montrer coopératif." déclama négligemment le fossoyeur. Il se leva pour glaner un cendrier sur une autre table, revenant à Damian. "Si une question ne me plaît pas, je ne répondrai pas et pas la peine d'essayer de la poser différemment, je ne répondrai pas, vous pouvez donc passer à la question suivante. Je ne me répéterai pas, c'est à vous de m'écouter, mes réponses seront uniques et si vous ne les comprenez pas, c'est votre problème." Yngve donna toutes ces règles là sur un ton monocorde, ne fixant même pas Damian. Ses yeux se promenaient sur les clients du bar, tous accrochés à leur verre comme si leur vie en dépendait. Damian n'avait pas grandi ici, il ne pouvait pas comprendre... "Voilà, monsieur le journaliste, alors allez y... posez les vos questions." Yngve s'appuya contre le dossier de sa chaise, ses yeux trouvant enfin ceux de Damian. Cela allait être les minutes les plus désagréables de son existence, le fossoyeur en était certains, il repartirait très certainement énervé au possible et Damian frustré. L'un dans l'autre, personne ne serait gagnant.

Spoiler:
 

_________________
blood on my lips.
Deep in the ocean, dead and cast away Where innocence is burned in flames A million mile from home, I'm walking ahead I'm frozen to the bones, I am...@ ALASKA.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
  

avatar

Erre ici depuis : 23/10/2014
Âge : 31 ans
Missives : 157
Occupation : Journaliste
DC : Adrian <3

Feuille de personnage
Dispo RP: Dispo
Son rêve: Les cauchemars c'est pour les enfants.
Relations:
MessageSujet: Re: Curiosity killed the cat — Damian    Lun 2 Mar - 17:32


Curiosity killed the cat


But Hopefully cats have nine lives...





Yngve & Damian



Je hausse un sourcil. Je l'avais dis non ? Qu'il allait me faire payer les consommations. Étonnant de la part d'un mec qui pour l'instant est aussi charmant qu'une plaque de marbre. Et encore, je suis persuadé que sa pelle est meilleure partenaire de poker que lui, mais bref. La question n'est pas là. Face à lui je m'installe, considérant rapidement les deux bières sur la table. Salaud. Efface donc ce sourire de tes lèvres, sinon se pourrait que je te fracasse la pinte sur le coin du nez. J'esquisse un semblant de sourire avant d'attraper le verre pour y tremper mes lèvres. La bière est étrangement amère et m'arrache une grimace. Pouah. C'est de la brune exigeante ça, le genre tellement épaisse que j'ai l'impression de manger de boire une soupe alcoolisée. Le fossoyeur sort un paquet d'allumette avant de s'allumer une cigarette en profitant pour me souffler sa fumée au visage. C'est ça… Joue-la moi polar noir des années trente. Oh pourtant, je vois bien le tableau. Une fumée lourde et poisseuse dans un bar perdu et glauque… La neige qui s'accumule dehors, et au lieu d'une bière brune infâme, juste deux verres de whisky. Ouais ok j'arrête. Revenons-en à notre situation actuelle.

"Et vous pensez qu'il me fallait boire un verre avec vous pour m'en rendre compte ?"

Alors comme ça, si la question ne plait pas à Monsieur, il n'y répond pas. Je vois le genre. Je ne sais pas pourquoi, je sens que plus de la moitié de mes questions vont rester en suspens. En clair je sens que je vais surtout perdre mon temps et le coût de deux bières. Fantastique. Je sens que je vais encore perdre une journée… Journée qu'honnêtement, je préférais passer avec Sanja, à je sais pas… L'embêter pendant qu'elle cuisine, ou l'agacer sur le fait qu'elle n'ait pas vu tel ou tel film. Ouais… Être avec elle, ce serait sympa, mais à la place je dois me coltiner le fossoyeur… Ce que le boulot ne me fait pas faire. J'attrape le paquet qui traine sur la table et glisse entre mes lèvres une cigarette. Puisqu'on est là pour un long moment… Autant se mettre à l'aise. Je sors le Zippo qui traîne dans ma veste, allumant la cigarette. Je tire une fois dessus avant de souffler un peu de fumée du coin des lèvres. Ça va être long.

"Au moins c'est clair. Mais n'ayez crainte, je vais pas m'éterniser… Vous répondez à mes questions et je file. Vous entendrez plus parler de moi…"

Je prends une autre gorgée de bière avant de bien peser mes mots. Autant aller à l'essentiel. Autant éviter de perdre mon temps. Je pourrais lui demander si il est toujours aussi désagréable avec tout les étrangers ou si c'est juste avec moi, mais je commence à me dire que vu que je tape sur le système de presque tout le monde en ville, ça doit venir de moi.

"Parait que y'a de drôles de choses qui se passent en ville… Les rêves des habitants, le meurtre à la piscine… Seulement ce qui est marrant avec vous, les suédois, c'est que vous refusez d'en parler… Alors dans l'idée, qu'en est-il ? Que se passe-t-il réellement en ville ? Que s'est-il passé cette nuit là, à la piscine municipale ?"

Je plonge mon regard dans le siens, ma cigarette se consumant lentement au coin de mes lèvres.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
  

avatar

Erre ici depuis : 06/09/2014
Âge : 28 ans
Missives : 319
Occupation : Fossoyeur de Dödskalle, le maniaque à la pelle, il creuse
DC : Noah et Saria, les étrangers

Feuille de personnage
Dispo RP: Disponible
Son rêve: Il meurt après avoir supplié son frère jumeau, Kjell, de ne pas partir.
Relations:
MessageSujet: Re: Curiosity killed the cat — Damian    Sam 7 Mar - 15:00

Yngve eut un sourire des plus hypocrites aux premiers mots de Damian. Bien entendu qu'il allait entendre parler de Damian, cette ville était tellement petite. Bien sûr que ce journaliste allait lui pourrir la vie. Rien que dans ce bar, le brun pouvait sentir le regard de certains sur eux. On se demandait certainement ce que le nouveau venu fichait avec Yngve. Le fossoyeur n'était pas réputé pour son hospitalité, il était aussi chaleureux que les morts dont il s'occupait et il n'avait pas de tolérance pour les étrangers. Mais le brun ne voulait pas faire office d'exemple, ce petit interrogatoire avec Damian, c'était exceptionnel et cela ne se reproduirait probablement plus jamais. Il surveillerait le journaliste de loin bien entendu, pour être certain qu'il ne remuait pas trop de poussière sur son passage. Auquel cas il faudrait trouver un moyen de le convaincre de partir. Il eut un soupire alors que les fameuses questions arrivaient. Damian avait bien fait son boulot et il avait entendu parler des rêves et des évènements d'Octobre dernier. Yngve jeta un regard noir sur les clients du bar, il aurait préféré que tous soient en mesure de se taire. Qu'ils gardent leurs lèvres scellées et qu'ils portent leur malheur dans le coeur comme lui qui ne disait jamais rien. Personne ne le voyait suppliait ou implorer quelqu'un tout ça parce que son frère n'était pas là non. Yngve gardait sa peine et ses malheurs pour lui et il n'allait pas déranger le reste du monde avec… Il ne comprenait tout simplement pas pourquoi le reste de la ville ne pouvait pas faire pareil. Ce n'était pas si difficile.

Sa colère demeura silencieuse et muette et après un bref regard sur la clientèle du bar, il reporta son regard froid sur Damian, grattant sa barbe et tirant sur sa cigarette. Il tira une dernière fois dessus douloureusement, comme s'il avait peur de l'abandonner avant de l'écraser dans le cendrier. "Dödskalle est Dödskalle… Il n'y a rien qui cloche dans cette ville." lâcha doucement Yngve. Là, l'homme n'était pas sarcastique, il croyait dur comme fer dans ce simple fait. Cette ville, c'était tout ce qu'il connaissait, il avait grandi ici, il allait probablement mourir ici, pour lui, il n'y avait pas d'autres rues que les rues de cette ville, pas d'autre vérité, pas d'autre monde. On lui avait dit pour les rêves et il n'avait guère été surpris, il n'avait pas protesté, il ne s'était pas dit que c'était étrange. Comment aurait-il pu? Dödskalle était son seul point de référence alors bien entendu, tout ceci lui paraissait normal… Pouvait-on véritablement le blâmer? Peut être, peut être pas. Yngve passa une nouvelle fois la main dans sa barbe, cherchant les bons mots. La réunion que le maire de la ville avait organisé était une belle blague selon lui, il n'avait pas jugé bon de se déplacer, trop occupé à pourrir dans sa propre maison. "Et je ne me trouvais pas à la piscine moi-même, donc je ne peux pas vous renseigner. Je sais seulement qu'il ne s'agissait pas d'un meurtre et qu'un vieil homme y est mort de cause naturelle. Une crise cardiaque il me semble, je l'ai enterré moi-même." Encore une fois, Yngve disait la vérité. Il était parti chercher le corps à l'hospice, le médecin légiste avait simplement déclaré qu'il s'agissait d'une crise cardiaque.

L'homme en question était âgé, c'était à prévoir. Rien ne se passait à Dödskalle, juste une série d'événements normaux. Pas de quoi affoler un journaliste… enfin, il y avait toujours les rêves et ça Yngve avait compris depuis longtemps que c'était une caractéristique propre de leur ville. Mais il n'avait rien à dire là-dessus, rien qui pouvait intéresser Damian et rien qu'il avait envie de révéler. "… Et de quel rêve parlez vous? Vous pensez vraiment que nous sommes du genre à raconter nos songes entre nous? Ça doit être une pratique américaine ça…"  Un sourire s'était dessiné sur son visage et il releva la tête vers Damian avant de nouveau attraper sa bière et de boire. Il avait parlé beaucoup plus qu'il ne l'aurait imaginé en réalité…

_________________
blood on my lips.
Deep in the ocean, dead and cast away Where innocence is burned in flames A million mile from home, I'm walking ahead I'm frozen to the bones, I am...@ ALASKA.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
  

avatar

Erre ici depuis : 23/10/2014
Âge : 31 ans
Missives : 157
Occupation : Journaliste
DC : Adrian <3

Feuille de personnage
Dispo RP: Dispo
Son rêve: Les cauchemars c'est pour les enfants.
Relations:
MessageSujet: Re: Curiosity killed the cat — Damian    Mer 25 Mar - 15:43


Curiosity killed the cat


But Hopefully cats have nine lives...





Yngve & Damian



Rien qui cloche en ville ? Il se fout de moi ou il espère réellement que je suis suffisamment con pour ne pas poser plus de questions que cela ? En fait je ne sais pas ce qui est le plus insultant : qu'il pense que je suis le dernier des cons et qu'une lapalissade faussement mystérieuse suffise ? Honnêtement, si il n'y avait pas autant de monde autour de nous, je pense que je lui aurait renversé le contenue de mon verre sur les cuisses. Juste pour lui montrer que moi aussi je peux faire chier mon monde. Seulement je me contente de serrer les doigts autour du vers à bière, alors que je laisse filer entre mes lèvres serrés une mince volute de fumée. Je n'appréciais déjà pas tellement le comportement du fossoyeur au début de notre entretiens et je dois avouer que plus le temps passe, plus j'ai envie de lui briser le nez, simplement pour tenter de faire disparaitre ce sourire hypocrite de ses lèvres. Allez du calme Damian, contente-toi de siroter un peu de bière et de l'écouter bien sagement… T'auras bien une occasion pour lui faire ravaler ses paroles… Seulement la suite ne fait que me faire un peu plus grincer des dents. L'homme âgé aurait donc simplement eu une pauvre crise cardiaque lors de cette réunion à la piscine, rien de plus ? Alors pourquoi en faire tout un mystère ? Si ce n'est qu'une mort naturelle, pourquoi vouloir à tout prix faire taire quiconque essaye de m'en toucher deux mots… C'est bon, je veux dire, au pire je l'aurais lu dans la rubrique nécrologie du journal… Mais soit. Je tire une fois de plus sur ma cigarette avant de regarder les cendres échouer dans le cendrier. Peut-être qu'il me dit la vérité…. Peut-être que j'essaye juste de brasser de l'air dans cette histoire… Un petit vieux qui a le coeur qui lâche… Ce serait pas si étrange que ça. Ouais. Peut-être que je vois le mal partout… Et pourtant…. Quelque chose me dit que c'est vraiment louche cette histoire, et qu'entre nous, ce serait bien facile de simplement dire que c'était la faute à pas de chance et que le journaliste que je suis brasse du vent pour pas grand chose… M'ouais. Permettez-moi de rester assez sceptique.

Mais voilà que le fossoyeur en vient à cette histoire de rêve. Immédiatement je lève les yeux vers lui, bien plus intéressé par son éventuelle réponse que par cette histoire de crise cardiaque. Et en même temps, qui ne le serait pas ? Je veux dire… Une ville où les habitants ont visiblement des songes bien étranges… Le genre qui les pousse à en faire un secret d'état tandis qu'ils tentent de repousser tout étranger qui tenterait de s'approcher. De quoi vous donner envie d'en savoir plus, pas vrai ? Mais encore une fois, il joue les sphinx et tente de repousser la question au loin, osant même jusqu'à prétendre que c'est une habitude américaine que de se raconter ce genre d'histoires. Je serre les dents, alors que mes doigts se crispent autour de mon verre. D'accord. Alors jusque-là, j'avais tenté d'être le plus charmant possible, quitte à l'être pour deux mais je pense qu'on est tous d'accord pour dire que c'est terminé. Je lâche le verre avant de pousser un soupir, écrasant mon mégot dans le cendrier.

"Franchement… Jusque-là je tentais de sauve les apparences et d'être agréable mais je vois qu'avec vous ce n'est pas vraiment la peine, c'est même pour être franc une perte sèche de temps. Vous voulez jouer à ça avec moi ? Fort bien, de toute façon j'ai dix minutes à tuer avec vous. Donc autant vous apprendre un truc… Chez nous quand on parle de nos rêves, c'est plus parce qu'on a rêvé d'un truc qui pourrait éventuellement faire marrer les potes… Alors qu'ici… On dirait presque que c'est tabou… Suffit de voir la crainte qui se peint dans le regard de certains quand j'ose leur poser la question… Sans compter cette putain de manie que vous avez à toujours dire aux étrangers de ne pas se mêler de vos histoires… C'est dingue, pour des européens, vous n'êtes pas réellement chaleureux, pire vous êtes si secrets que je ne peux m'empêcher de venir mettre mon nez dans vos affaires… Alors jouer ce petit jeu avec moi, ça ne va pas me donner envie de lâcher l'affaire, au contraire… Je vais insister et insister jusqu'à enfin connaître le moindre secret de cette ville. Que ça vous plaise ou non."

Je bois une longue gorgée de bière avant de me racler la gorge. Bon je m'avance très certainement sur le fait de tout découvrir, mais bon ça, il n'est pas vraiment obligé de le savoir. Un petit mensonge de plus ou de moins… Bon, il va s'en remettre.

"Mais en même temps… Je ne vois pas vraiment ce que je pouvais attendre d'un homme qui passe son temps à remuer de la terre pour les morts."

Un sourire presque méprisant m'échappe alors que je repousse doucement le verre sur la table. Ok. Je pense que ça par contre, c'est une bien mauvaise idée que d'énerver le mec qui est capable de me fracasser à coup de pelle...


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
  

avatar

Erre ici depuis : 06/09/2014
Âge : 28 ans
Missives : 319
Occupation : Fossoyeur de Dödskalle, le maniaque à la pelle, il creuse
DC : Noah et Saria, les étrangers

Feuille de personnage
Dispo RP: Disponible
Son rêve: Il meurt après avoir supplié son frère jumeau, Kjell, de ne pas partir.
Relations:
MessageSujet: Re: Curiosity killed the cat — Damian    Ven 27 Mar - 20:41

Damian quelque part n'avait pas été très difficile à énerver. C'était décevant et Yngve ne savait pas à quoi s'attendre de la part du journaliste. Ce dernier était tellement déterminé à trouver tous les secrets de la ville qu'il passait à côté des vérités que voulait lui dire le fossoyeur. Le vieillard était vraiment mort d'une crise cardiaque, le rapport du légiste le confirmait, et Yngve ne s'était vraiment pas rendu à la piscine en Novembre. Il était resté tranquillement chez lui, beaucoup trop fatigué pour supporter cette réunion de crises. Le maire le faisait bien rire dans le fond et Yngve avait jugé bon de ne pas montrer le bout de son nez. Son père étaut l'ancien chef de la police alors oui, le petit fossoyeur en savait des choses sur cette ville. Parfois... Sa présence dérangeait. Mais ça Yngve l'avait compris depuis bien longtemps et c'était quelque chose qui le faisait doucement sourire dans le fond. Les gens le craignaient parce qu'il ne comprenait pas et parce qu'il n'avait pas vraiment d'inhibition. Cela se voyait dans la façon que le jeune homme avait de manier les cadavres. Il n'avait pas vraiment peur de mettre les mains là où il ne fallait pas et quand il posait les corps dans la terre, Yngve le faisait avec un détachement certain. Pouvait-on le blâmer ? Bonne question.

Yngve avait grandi dans cette ville, bercé par les larmes et par les chagrins et la mort tout autour. C'était comme ça, même avec toute la bonne volonté du monde, il n'aurait pas pu faire comprendre ça à Damian. Mais soit... C'était lui qui était borné et mal poli et pas chaleureux. Le brun ne releva même pas et il finit lentement son verre, fixant le journaliste. Yngve ressentait un semblant de pitié pour lui. Il allait s'écraser, se fracasser contre les murs et les mystères de cette ville et en ressortir brisé... Voilà ce qui allait se passer. Purement et tout simplement. Yngve regarderait le spectacle de loin comme à chaque fois. C'était de son devoir de prévenir cet étranger rien de plus. Personne ne réalisait qu'en effrayant certaines personnes, il épargnait leur vie. Yngve finit par hausser les épaules, las de cet échange.

"Je crois que vous pouvez continuer à brasser de l'air... Vous ne trouverez rien." Ceci étant dit, le fossoyeur poussa un soupir et se redressa. Il n'était plus d'humeur joueuse, Damian n'avait qu'à apprendre de la pire façon qui soit. Yngve était fatigué, il rêvait de son lit et d'un bon bain chaud. Deux choses que même le bar ne pouvait pas fournir. Et puis... Il allait forcément entendre parler de Damian. Ses questions allaient déranger d'autre personne et tout ceci reviendrait aux oreilles d'Yngve qui finirait par hausser les épaules et dire aux gens de laisser Damian s'amuser s'il le voulait. Le journaliste ne comprendrait jamais, pas de doute là-dessus. "Sauf si peut être la ville décide de s'amuser un peu avec vous, je vous dirai de vous méfier dans vos recherches Damian, tout ceci pourrait se retourner contre vous." Lâcha-t-il tout simplement. Son sourire avait disparu et il n'abordait même pas l'air terrifiant qu'il avait voulu se donner dans son cimetière. Non, c'était juste la pure et simple vérité. Dödskalle avait une fâcheuse tendance à faire payer le prix fort à tous ceux qui ne suivaient pas les règles. Yngve l'avait vu quelques fois et Damian était en train de remuer des forces qu'il ne maîtrisait pas et le pire c'était qu'il ne s'en rendait même pas compte.

"Et non, ce n'est pas une menace, je vous l'ai dit..." Yngve le fixa une dernière fois avant de se pencher vers le visage de l'autre homme et murmurer : "C'est moi qui vais vous enterrer." Tout aussi imperturbable, Yngve finit par se relever. "En attendant... bon courage, vous allez en avoir besoin..." Ceci étant dit, le fossoyeur tourna les talons, se dirigeant vers la sortie et loin du bar. Le destin avait une curieuse façon de jouer avec les gens et ici, tous ceux qui étaient curieux étaient... punis tout simplement.

RP terminé

_________________
blood on my lips.
Deep in the ocean, dead and cast away Where innocence is burned in flames A million mile from home, I'm walking ahead I'm frozen to the bones, I am...@ ALASKA.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: Curiosity killed the cat — Damian    

Revenir en haut Aller en bas
 

Curiosity killed the cat — Damian

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Curiosity killed the cat [Indira & Arabella]
» Curiosity killed the bird
» Intrigue n°15: Curiosity killed the cat
» Haitian official says 2 journalists killed in mob attack
» commandes dessins - Damian

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Cimetière-