AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | .
 

 To love is to destroy

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
  

avatar

Erre ici depuis : 06/09/2014
Âge : 28 ans
Missives : 319
Occupation : Fossoyeur de Dödskalle, le maniaque à la pelle, il creuse
DC : Noah et Saria, les étrangers

Feuille de personnage
Dispo RP: Disponible
Son rêve: Il meurt après avoir supplié son frère jumeau, Kjell, de ne pas partir.
Relations:
MessageSujet: To love is to destroy   Sam 6 Sep - 21:33

Yngve Angsar
❝To love is to destroy ❞

Il est temps de faire tomber le masque, il y a bien trop de mystères à Dödskalle... Je me présente, Yngve Angsar. Je suis venu au monde le le 7 Juin 1983 et j'ai donc 28 ans. Originaire de Dödskalle, je suis arrivé en ville il y a 28 années et je n'ai jamais quitté la ville. Vous me croiserez certainement dans les ruelles sombres de ce trou perdu puisque je travaille en tant que fossoyeur, je ne me sépare d'ailleurs jamais de ma pelle et je suis souvent sollicité pour enterrer les cadavres. Je suis actuellement célibataire et si toutefois on vous demande, je suis toujours partant à enlever mes vêtements, homme ou femme, je ne fais pas la différence et j'ignore tout des labels. On me dit souvent que je ressemble comme deux gouttes d'eau à Jamie Dornan mais je me fonds parfaitement dans la petite foule des Männiksor . Maintenant que les présentations sont faites... Souhaitez-moi bonne chance et longue vie à vous.



things aren't what they seem


Votre rêve :  Pour Yngve, cela n'est pas une surprise que son rêve soit directement lié à son frère jumeau. Le rêve commence simplement, une respiration saccadée, un coeur battant trop vite dans sa poitrine, une sensation de vide complet, du noir qui l'entoure... Et enfin une voix qui s'élève, sa propre voix, simple, claire, désespérée. "Kjell... Please don't go." Voilà, il suppliait ce frère, son frère, son grand frère de ne pas le laisser, de ne pas le quitter et puis... Plus rien. Yngve ne peut pas vivre sans son frère, c'est un fait certain mais ce n'est pas pour autant qu'il est enclin à partager son rêve... avec qui que ce soit, c'est son fardeau. Mais son frère a déjà quitté la ville, plus d'une fois, et Yngve n'est pas mort alors... Alors il rêve le petit, se dit qu'il a peut être réussi où tout le monde a échoué, il a réussi à défier la mort et plus rien ne peut l'atteindre.

✞  Dödskalle : C'est sa ville, Yngve ne pourrait pas se voir autre part. Il ne peut pas vraiment quitter les murs de la maison dans laquelle il a grandi et encore moins cette ville qui renferme des souvenirs trop chers pour lui. Oui, lui qui ne s'attache jamais à rien d'ordinaire ne peut se résoudre à quitter Dödskalle et ce malgré l'apparente misère de la ville. Les visages sont fermés et les rêves normaux se font de plus en plus rares. Qu'ils partent tous ces étrangers, ils ne sont tout simplement pas dignes de Dödskalle, c'est une ville taillée pour les plus robustes et pour les plus endurants. C'est ici qu'il a été fait et qu'il a été conçu, Yngve fait parti de cette ville. Sa mère repose au cimetière, son père a été enterré dans les bois par ses soins et quand Kjell et lui finiront par mourir, il demandera à Selma de leur creuser une belle et grande tombe, pour qu'enfin il puisse reposer dans les bras de son frère.

✞  Caractère : Yngve est tout simplement exécrable. Ancien enfant chéri et aimé, quelque part, et en dépit de son grand âge désormais, il n'a jamais vraiment quitté ce statut d'enfant. Quand il veut les choses, c'est maintenant et tout de suite et il est tout à fait capable de piquer des crises de colère et ce sans aucune honte. Le monde des adultes et les responsabilités lui échappent tout simplement car il ne les comprend pas, il est même surprenant qu'il se présente à son travail tous les matins. Ça l'intéresse, tout simplement, ça le fascine de soulever toute cette terre et de creuser des tombes absolument parfaites pour les morts de la ville. Ils ont tous leur nom et tous grâce à Yngve peuvent rester en ville. C'est une sensation qu'il apprécie particulièrement. Les choses qu'il aime sont rares et le Angsar n'est tout simplement pas sociable, il cherche toujours la compagnie des autres lorsqu'il a besoin de quelque chose, que ce soit quelques billets pour payer ses factures, une étreinte pour se sentir moins seul... Opportuniste et nombriliste, Yngve ne voit pas plus loin que le bout de son nez et ses propres intérêts doivent toujours passer avant ceux des autres. De l'affection? Il en a très peu à offrir et à donner, les deux seules personnes qui comptent pour lui sont sa mère désormais morte et son frère jumeau, Kjell. D'ailleurs, il a souhaité plus d'une fois retourner dans le ventre de sa mère pour éteindre son frère, juste encore une fois.

Précédemment : Yngve a bien ri de la mort de Sebastien et il a enterré le corps de jeune homme sans aucun remord. Pour qui se prend t-il à vouloir défier la mort? Yngve le méprise donc à un point qui est très élevé et il n'est guère surpris des phénomènes étranges qui se passent en ville. On murmure et on chuchote et Dödskalle reste la plus belle.

meet the player


Pseudo : Moose ou Noah.
Âge : 22 ans.
Code du règlement : Je l'ai écrit avec petit Tim donc... XD
Déjà un compte ici ? : Noah Diesbach le grand le beau, le magnifique facteur.
Où avez-vous connu le forum ? : Je vous hante la nuit.
Un commentaire ? : Ce forum est parfait.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
  

avatar

Erre ici depuis : 06/09/2014
Âge : 28 ans
Missives : 319
Occupation : Fossoyeur de Dödskalle, le maniaque à la pelle, il creuse
DC : Noah et Saria, les étrangers

Feuille de personnage
Dispo RP: Disponible
Son rêve: Il meurt après avoir supplié son frère jumeau, Kjell, de ne pas partir.
Relations:
MessageSujet: Re: To love is to destroy   Sam 6 Sep - 21:33

Falling is never the problem
❝ When I'm falling I'm in peace ❞

"Est-ce que tu veux ajouter quelque chose d'autre Yngve?"

Il n'avait été à beaucoup d'enterrements dans sa vie au final.

Pourtant c'était bien lui qui avait insisté pour creuser cette tombe et lui qui avait insisté encore pour que Guillaume libère son après midi afin de venir réciter quelques mots. Il ne savait même pas pourquoi, peut être que c'était complètement idiot, mais la présence de l'autre homme avait quelque chose de réconfortant. Yngve ne croyait pas en Dieu, c'était un concept qui lui échappait totalement, mais pas parce qu'il ne croyait pas justement en la présence d'une quelconque puissance divine au dessus de sa tête non... C'était juste qu'il n'en avait pas besoin pour justifier ses actes, pas besoin pour pouvoir se lever le matin et pas besoin pour vivre. Dans le fond, le brun ne demandait pas grand chose et quand il se levait le matin, le dos rond dans son lit, les yeux encore fermés et encore nu, il se surprenait à rêver des jours qui avaient été meilleurs, pour lui, dans cette maison vide. Il ne lui restait que cela et les draps froids que parfois, certains ou certaines venaient réchauffer. Mais pas ici, pas dans sa chambre, pas dans leur chambre, dans le salon principalement.

Et puis il y avait eu elle. Le jeune fille qui reposait, livide, dans cette tombe qu'il venait de creuser et qu'il observait de haut, les mains encore couvertes de terre sur sa pelle, la silhouette du pasteur pour seul réconfort. Petite cérémonie en petit comité, à croire que personne ne savait qui elle était. C'était souvent le cas pour les enfants de Dödskalle. Sauf qu'elle n'était pas d'ici, non, Yngve lui venait d'ici, il avait été fabriqué, façonné par ses rues, par le mauvais temps, la dépression et les relans de poissons l'été et les visages fuyants. C'était sa ville, sa Dödskalle, et comme un amant fidèle, un poète acharné incapable de renoncer à ses premières muses, il avait été incapable de partir. Beaucoup était parti, Kjell était parti mais... pas lui. Dödskalle tenait et lui il demeurait. Il demeurait avec ses pulls trop grands, ses costumes noirs, ses sourires d'anges parfois et sa pelle à chaque fois que Selma avait besoin de lui, il prenait forme, il respirait, il vivait, il avançait.

Yngve avait une vie simple à présent, une vie bien rangée, pas du tout bordélique et presque aussi lisse que les pans de toutes ses chemises. Il connaissait du monde, il connaissait la ville et puis il y avait eu elle. Ils s'étaient tournés autour au bar de la ville... Ça n'avait rien de romantique vraiment, elle avait l'air triste, il n'avait pas envie d'être seul ce soir là. Deux personnes qui n'allaient pas se mentir et qui ne cherchaient rien d'autre que du réconfort. Il s'était assis à côté d'elle et avait commandé pour deux. Ils n'avaient pas beaucoup parlé, ils avaient bu, coude contre coude, échangeant un sourire parfois. À quoi bon? Elle le voyait bien qu'il y avait quelque chose qui clochait chez lui. Just look at me, I'm not finished, avait eu envie de murmurer Yngve, il manquait quelque chose.

Kjell Angsar manquait.
Ce frère, cette moitié, sa raison de vivre, son tombeau, sa peine, sa chair. Son frère.
Kjell.
Ses souvenirs.
Tout ce qu'il avait un jour été était pour Kjell. Il avait appris la valeur de l'amour, du désir, de la perte et du sacrifice pour et par Kjell.

Jumeaux.
Ils étaient en réalité faux jumeaux mais peu importe Yngve avait été éduqué dans un but précis : obtenir tout ce qu'il voulait. Plus petit, à la maison, il était le maître, il était roi. Sa mère avait toujours des mots doux et des caresses pour lui, son père s'écrasait face à son regard et Kjell... Kjell était là, Kjell l'aimait, Kjell avait un coeur qui battait juste là, juste pour lui. Kjell avait été à lui pendant quelques années, peu importe qu'il soit mis de côté ou même ignoré par ses parents, Yngve n'ignorait jamais son frère, sa moitié, cette main, cette étreinte. Il hurlait lorsqu'on voulait les séparer, maudissait son père qui ne comprenait rien. Ils avaient grandi, ensemble, pendant neuf mois au sein de cette femme parfaite, ce n'était pas pour être séparé une fois qu'ils étaient ici. Oh Yngve croyait dur comme fer en cette vérité à l'époque et la nuit, il s'endormait dans les bras de Kjell, en paix, un sourire aux lèvres, quasiment certain d'être de nouveau à l'intérieur de sa mère.

Kjell lui manquait à en crever. Il était parti et  son frère le haïssait à présent. Il l'aimait, il avait besoin de lui mais il avait appris à vivre sans, à survivre. Oui, sans Kjell, il ne vivait plus, il survivait et dans ce bar, assis à côté d'elle ce n'était qu'une nuit de plus. Ils étaient rentrés chez lui et Yngve l'avait embrassée. Elle avait le goût de la cigarette et cela lui avait rappelé son dernier baiser échangé avec son frère. Il n'en fallait pas plus, il l'avait embrassé encore et encore et il l'avait soulevée pour la poser dans le canapé. Kjell n'avait jamais compris ce qu'il pouvait trouver aux femmes et pourtant cette nuit-là, Yngve n'était pas différent, il lui avait enlevée sa robe lentement, doucement, avant de couvrir cette peau nue de baisers, souhaitant la brûler, désirant la voir se consumer sous son regard.

Les femmes étaient les femmes et elles intriguaient toujours autant le jeune homme. Aucune étreinte ne valait celle partagée avec son frère, les mains de Kjell sur son corps l'électrisait, le galvanisait et il sentait son coeur battre dans sa poitrine tellement vite. Embrasse moi. avait-il murmuré la première fois et Kjell ne l'avait pas déçu. Yngve était mort sous le poids de cette langue se disant qu'il ne lui fallait rien d'autre, si jeune et si fou et si heureux de sentir le corps de son jumeau pressé contre le sien alors qu'ils exploraient alors que les mains se faisaient baladeuses et Yngve devenait à Kjell pour toujours. Cette langue qui roulait sur sa peau avait le don de le tuer, lentement, sûrement, les yeux de son frère sur lui aussi, son souffle chaud également, son corps nu sous ses doigts... Évidemment que sa première fois avait été dans ses bras-là, ses bras connus, qui pouvaient le maintenir, l'aimer, le caresser, le faire gémir, le regarder périr... Il était à jamais à Kjell.

À l'époque, il y avait peu de choses qui l'intéressait, il avait une quinzaine d'années, il détestait le monde et le monde le lui rendait bien, il y avait bien son briquet, un rare cadeau de son père qu'il allumait en permanence. Il faisait tout brûler à l'époque, tout, les morceaux de papiers, les animaux morts au bord des routes, le bout de ses doigts, l'orphelinat... Yngve se savait... Instable, il voyait ce même quelque chose dans les yeux de Kjell parfois, quand quelqu'un se tenait trop près de son frère ou même lorsqu'ils s'embrassaient. Ils étaient des Angsar, quelque chose n'allait pas et ils avaient grandi ensemble alors ils partageaint forcément cette tare. Brûler n'importe quoi, inhaler la fumée qui en résultait le calmait... Vraiment, cela avait quelque chose de beau et trop souvent Yngve jouait avec ce briquet. Il y avait ça, les filles et Kjell. Les femmes le fascineraient toujours, elle pouvait donner la vie et il avait tellement hâte de trouver une femme digne de ce nom qui accepterait de porter son propre enfant à lui... Tellement hâte.

Mais ce n'était pas celle qui était là dans cette tombe. Il ne connaissait même pas son prénom, il lui avait fait l'amour, là sur leur canapé de famille, collectant chacun de ses cris et respirant à grandes goulées d'air mais ça n'allait pas plus loin. Cela n'avait été qu'une nuit parmi tant d'autres, une nuit qu'il allait oublier, une nuit qui n'avait absolument aucun sens vu que Kjell n'était pas là.

"What are you going to do now? Leave? Just leave? Please fucking do so Kjell, leave, leave but next time you come back, don't even bother coming here. Don't even try to ask for my forgiveness, because we're done, I'm not going to beg and I'm not going to miss you. So just fucking leave, like you always do."

Les mots avaient été tellement froids lors de leur dernier échange. Mais que dire? Que pouvait-il dire bordel? Leur mère était morte et Kjell était parti. Leur père était mort et Kjell avait jugé bon de réapparaître à ce moment-là. Il ne pouvait pas pardonner son grand frère, il y avait beaucoup trop de ... de... trop de tout dans son coeur qu'il avait failli imploser. Il l'aimait, il voulait lui lacérer le visage et le voir à genoux en train de supplier et de clammer qu'il n'était rien sans son autre moitié mais en même temps... Non. Yngve avait gardé ses lèvres scellées pendant l'enterrement de leur père lui seul et Selma sachant vraiment que le cercueil du Angsar était vide. Yngve avait enterré son père dans les bois juste après la crise cardiaque de ce dernier, pas une seule larme versée... pas comme quand leur mère était morte. Il avait tellement hurlé, hurlé qu'on lui donne son frère et qu'on le laisse pleurer dans ses bras mais non. Et ça, il ne pouvait pas le pardonner, il ne pouvait pas pardonner son absence à Kjell.

Surtout pas au vu de la nature de son rêve.

"JUST FUCKING LEAVE LIKE YOU ALWAYS DO." avait-il lancé avant de pousser son frère et d'attraper les premiers objets qui lui passait sous la main pour le faire partir.

Il l'aimait ce frère.
Il le détestait ce frère.
Il avait besoin de ce frère pour vivre.
Il avait besoin de ce frère pour mourir.

Près de huit ans de silence et il était toujours ici, toujours à Dödskalle. Un jour, Kjell reviendrait et demanderait certainement son pardon. Yngve aviserait à ce moment là et surtout, il aurait un sourire aux lèvres parce qu'il n'était pas encore mort. Mais pour l'instant... Il avait encore de la terre à verser sur ce si joli cadavre.

"Hmm... Non ça ira." finit-il par répondre à Guillaume. "Elle aura eu une belle fin."


© fiche codée par potterbird
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
  

avatar

Erre ici depuis : 03/09/2014
Âge : 15 ans depuis peu.
Missives : 352
Occupation : Collégien, mendiant à mi-temps, emmerdeur à temps plein.
DC : Tim & Eija.

Feuille de personnage
Dispo RP: Libre.
Son rêve: Succombe à la maladie le jour de son 22ème anniversaire.
Relations:
MessageSujet: Re: To love is to destroy   Sam 6 Sep - 21:38

face face

Je ne te baverais pas dessus, je n'ai pas encore le compte approprié angel
(quoi que Emrik pourrait baver en le regardant creuser ses trous dans le cimetière là)

Re-bienvenue donc, tu connais la maison. hehe

Bon courage pour cette deuxième fiche, hâte de lire tout ça cookie (quand je te dis que mes smileys sont toujours accurate)

bounce bounce bounce

_________________

We found love in a hopeless place
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://potterbird.livejournal.com
  

avatar

Erre ici depuis : 20/07/2014
Missives : 258

Feuille de personnage
Dispo RP:
Son rêve:
Relations:
MessageSujet: Re: To love is to destroy   Dim 7 Sep - 21:49

lejd våldsman
❝ félicitations, tu es officiellement validé❞

Bravo à toi, te voilà très officiellement validé. Tu fais maintenant partie de la vénérable troupe des Dödskalliens et tu as gagné le droit de venir errer avec nous dans cette charmante ville suédoise ! Mais n'oublie pas de t'occuper de certains détails...























Toute l'équipe administrative de YODO te souhaite encore une fois la bienvenue et espère que tu passeras d'agréables moments par ici. Après tout, les rues de Dödskalle sont réputées pour être calmes, pas vrai ?...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://yodo.forumactif.org


Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: To love is to destroy   

Revenir en haut Aller en bas
 

To love is to destroy

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» To love is to destroy
» Absolarion Love.
» Love me now or hate me forever!
» « CENTRAL PARK » New York i love you .
» Let Love Lead The Way [PV]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Présentations validées-